Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > écologie, planète, mer, sauvegarde, générations futures, avenir, verts, (...) > Sur 70 000 espèces d’arbres, des milliers sont inconnus.

Sur 70 000 espèces d’arbres, des milliers sont inconnus.

Surprises de l’éthique pour l’extinction avec la crise climatique.

mercredi 23 février 2022, par Jaco

En dépit que l’humain domine l’existence sur Terre et porte ainsi que partage largement moult connaissances entre ses composantes, il lui échappe de connaitre toutes les choses de la nature qui l’entoure. L’environnement forestier renferme plus de 73 000 espèces connues d’arbres, dont bien des milliers lui restent dissimulées.

Bien des découvertes de nouveaux genres d’arbres, situés en pleines jungles ou dans des contrées lointaines et isolées, ayant d’autres caractéristiques est encore possible, d’après une recherche récente de scientifiques. L’étude reste à terminer pour cerner, uniquement en partie, son sujet.

Leçons des incendies conséquents du stress climatique planétaire.
19 septembre 2021

Ils indiquent, dans le résultat de leurs travaux publiés sur PNAS (Comptes-rendus de l’Académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique, publications qui existent depuis 1915) que quelques 9200 autres types d’arbres sont inexplorés, par même les plus pointus aventuriers et observateurs des forêts profondes.

Communément, on pensait par croyance répandue que ce sont les habitants des mers et des océans, la faune aquatique naturelle, que les scientifiques considéraient plus inconnus ou non-encore observés. Mais aussi des espèces végétales manquent dans le grand répertoire que l’humain tente de dresser.

Cette insistance à rechercher et révéler des arbres existants et non-encore constatés, est bien sûr liée à la situation alarmante sur le réchauffement du climat. Ce qui se caractérise par l’angoisse pour la fin de certaines espèces, notamment de divers règnes animaliers et des plantes aussi. Mais la protection des plus introuvables par leur rareté est donc une urgence.

En effet, la crise climatique favorise l’intéressement à ce genre travaux, d’où les recherches qui se multiplient. Celle-ci concernant les arbres aura impliqué plus de 140 scientifiques à travers le monde. Elle s’est appuyée sur les plus grandes bases de données forestières rassemblées à ce jour. Elle estime qu’il convient de rajouter au moins 14 % au nombre actuel d’espèces d’arbres connues.

Ainsi, les chercheurs estiment que près de 9 200 espèces n’ont pas encore été découvertes. Plusieurs méthodes permettent de préconiser des éventualités d’existence de cas, avec des rencontres (ou découvertes) déjà établies, notamment dans la nature que traverse quotidiennement les humains. L’estimation de la fréquence de Good-Turing est la méthode la plus utilisée, où des boules sont tirées d’un lot de même couleur, pour fixer la rareté.

Des écologistes ont découvert qu’il y avait beaucoup d’informations cachées dans le nombre d’espèces qui n’apparaissent qu’une ou deux ou trois fois dans un grand échantillon. Elles sont donc rares et devaient être vérifiées si elles sont constatées parmi les variétés. Il faut aussi présumer plusieurs années de travail scientifique.

L’Algérie désarmée de canadairs, ses forêts en proie des flammes.
20 juillet 2017

Deux ensembles de données, mondiaux des plus fournies, ont servi au travail. Ce qui a permis de dresser un résultat qui peut être avéré des plus justes. Les chercheurs ont combiné les datas de la « Global Forest Biodiversity Initiative » (outil de surveillance des forêts), pour classifier l’abondance et l’occurrence des arbres dans 90 pays.

D’après l’analyse, environ un tiers de ces espèces non découvertes sont probablement rares et très localisées. En conséquence, elles pourraient être vulnérables à l’extinction en raison des changements d’utilisation des terres et de la crise climatique. Certaines espèces pourraient également disparaître avant même que les scientifiques n’aient la chance de les identifier et de les décrire.

Ces travaux fournissent en effet les outils permettant de cartographier les endroits les plus probables où de nouvelles espèces peuvent être trouvées. En cas de succès, les chercheurs pourraient alors mettre en place des actions immédiates dans le but de les protéger.

Environ 40% des espèces d’arbres non découvertes se trouvent en Amérique du Sud. De plus, près d’un tiers de toutes les espèces déjà bien constatées peuvent être rares, avec de très faibles populations et une distribution spatiale limitée, se situant probablement dans les basses terres et les montagnes tropicales éloignées.

Bien de non-moindre autres espèces, il y a 73000 types d’arbres connues. Ils restent encore largement inconnus, car peu rencontrés et sont estimés à plus de 9000 cas. La question d’être suivante : "Combien d’espèces habitent la Terre ?" mérite d’être assimilée. Elle est loin d’être simple. Puis le concept d’espèce avec les formes de vie considérées existantes, pour leurs importances sont étudiées, telles que les arbres.

Mise à jour, le 31 juillet 2022 : Identification de 76 types d’arbres. /

Les zones vertes représentent le couvert forestier global. Le GFBI consiste en des enregistrements basés sur l’abondance d’environ 38 millions d’arbres pour 28 192 espèces. Dont seulement quelques-unes des espèces les plus fréquemment enregistrées sur chaque continent.


Voir en ligne : Réchauffement Climatique.

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?