POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques

Accueil > Nations & sociétés > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > écologie, planète, mer, sauvegarde, générations futures, avenir, verts, (...) > Une chaleur jamais atteinte pendant mai et avril en Sibérie.

Une chaleur jamais atteinte pendant mai et avril en Sibérie.

Des points brûlants du globe toute l’année, une pénibilité qui avance.

dimanche 21 juin 2020, par Rebel Kazimir

C’est le signe d’un été caniculaire auquel se préparent déjà plusieurs régions du Monde. Selon les relevés météorologiques, dès avril qui est le plus chaud au niveau du globe terrestre, jamais enregistré, l’alerte a été donnée. En entraînant des températures arctiques élevées qui ont atteint une moyenne étonnante de 17 degrés Fahrenheit (9,4 degrés Celsius) au-dessus de la normale, selon les données de la NASA.

Ecouter l’article.

Ici, vous pouvez simuler les cartes périodiques avec l’outil de la NASA. La vague de chaleur est massive dans l’ensemble de l’Arctique. Et comme certaines nations ne se préoccupent pas, comme les Etats-Unis qui se livrent déjà à la campagne électorale pour le vote prévu pour le mois de novembre outre la catastrophique pandémie du COVID-19, il est question ici d’une alerte. Certainement, il aurait prochainement plus d’escalade pour grande canicule qui semble être bien suivie en Sibérie qu’ailleurs !

- Les "climatosceptiques" aux USA neutralisent science et institutions.
vendredi 10 janvier 2020

Une étrange chaleur, jamais croisée en Sibérie, a été constatée le week-end du 19 au 21 juin 2020, avec un relevé de 38° Celsius (originellement enregistrée à 100.4 degré fahrenheit). Pour l’instant, elle est historique comme dernière horreur dans l’Arctique, alors que la région subit une dégradation inégalée par le fort impact du changement climatique. Fléau pour lequel les climatologues ne cessent d’alerter.

Précédemment, lors du mois dernier, de mai, la superficie de la glace maritime s’est rétrécie atteignant le seuil le plus bas, jamais enregistré pour la 5ème mensualité de l’année. Les limites sont maintenant dépassées en matière de réchauffement, une montée au créneau inimaginable et vraiment catastrophique.

Ici, vous pouvez simuler les cartes périodiques avec l’outil de la NASA.
Global Maps : une carte interactive pour aller à toutes les périodes.

En effet, depuis le mois dernier, la Sibérie a signalé des températures près de 40 degrés au-dessus de la normale pour une période prématurément chaude de l’année. Des incendies se sont déclenchés dans certaines zones de la région. L’année passée, 2019, fut la plus chaude jamais enregistrée par la Russie. Mais la nouvelle précipitation, des hautes températures, augure que 2020 sera encore plus torride.

Du Monde entier et même la militante suédoise du changement climatique Greta Thunberg ont l’an dernier montré leurs réactions de suffocation. Et les rapports sur les records de chaleur ont fait de vastes tournées et échanges en ligne, partagés par les météorologues qui scrutent avec anxiété les dégâts répercutés sur le climat. Cette année semble déjà prête à dépasser celle qui précédé.

La petite ville de Verkhoïansk de la République de Sakha (Iakoutie), en Russie, où habitent quelques 1000 personnes, détient également le particulier record, où vous pouvez vivre les plus grandes variations des plages de températures sur Terre. L’endroit a vécu pour la soirée du même samedi, de cette hyper chaleur, 26°, alors que moins - 67° est l’un des fréquents piques de fraîcheur.

- Quand les politiciens méprisent la science du climat.
jeudi 2 janvier 2020

Le mode d’analyse comparatif explique grandement la situation. En changeant de contexte géographique, l’explication serait judicieuse. Fairbanks, en Alaska, a eu le même nombre de 10o -degrés de jours enregistrés à Miami, en Floride. C’est ce qui s’est à Verkhoyansk, qui une ville encore plus au nord que celle des Etats-Unis au nord même du Canada. Et le phénomène touche tout l’arctique.

Il y a 23 heures, avant notre publication, un spécialiste sur Twitter s’est exprimé, en haut, ainsi (traduction) : Probablement la température la plus chaude jamais enregistrée dans l’Arctique s’est produite aujourd’hui-100,4 F- Ce qui se passe en Sibérie cette année est tout simplement remarquable. Le genre de temps que nous attendons d’ici 2100, 80 ans plus tôt. Pour la perspective, Miami n’a atteint 100 degrés qu’une seule fois.

Depuis des semaines qu’une vague de chaleur anormale brûle la majeure partie de l’Arctique. Elle a battu des records donc samedi, hier, lorsque la température a atteint un maximum, l’une des régions les plus septentrionales de la Russie. Elle sera certainement dépassée lors de la prochaine saison estivale.

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don