POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Raqqa la syrienne, les FDS détruisent le dernier bastion du peuple barbare

La dévastation de la Syrie : prix du maintien de Bashar dit choix souverain du peuple

 

mercredi 18 octobre 2017, par jaco

Maintenant, les Américains, les Russes et les Européens vivent dans la terreur dans leur pays, craignant les grèves des Moudjahidine. Mais quotidiennement les pays arabes et musulmans sont exposés aux actes de l’islamisme armé, que seule sa désignation de "radicalité" n’évite guère sa propagation. Les premiers la source de causalité pour les attaques, leurs interventions à l’étranger. Tandis que les seconds, ils demeurent sur leur croyance que des minorités de croyants, or la corruption locale ou le monopole sur les richesses font l’essentiel des ruptures.

Voir en ligne : Notre dossier : SYRIE

La fin du Daesh, après sa chute à Mossoul en Irak en juillet dernier, puis son extraction de Raqqa en Syrie, dès le 17 octobre, se dessine. L’organisation ne contrôle ville, donc perd le bastion où sont les moyens essentiels de propagande. Surtout la Syrie a un nouveau paysage politique. Le régime aura maintenant affaire à seulement ses opposants, auxquels il a réservé d’ailleurs tous ses efforts, dont la dévastation du pays. La fin symbolique de la domination ISIS au Moyen-Orient commence vraiment par cette ville syrienne...

C’est depuis cette ville que les commanditaires lançaient leurs appels pour les cellules et les adeptes, afin de les inciter à recruter et à frapper partout où ils sont. Même libérée Raqqa reste dangereuse selon nombreux avis. D’ailleurs les libérateurs « FDS » des Kurdes et leurs alliés arabes, ont lancé des appels aux habitants de ne pas revenir tout de suite, avant un nettoyage. Alors que deux présences doivent être contextualisées, ou précisé, dans cette victoire : l’alliance internationale dite pilotée par les USA et le rôle de l’armée syrienne ?

Raqqa

En effet, l’absence de l’armée de Bashar à Raqqa, met en exergue les puissants FDS aidés par les Américains. Au sein desquels les milices kurdes du PYD, la branche du PKK « marxiste-léniniste » qui guerroie en Turquie, sont très majoritaires. C’est leur force de frappe qui a détruit le ramassis de criminels internationaux et locaux, maintenant aucune territorialité où préconiser l’éphémère EI (Etat Islamique).

La nouvelle étape des combattants Peshmergas dans le fatras des ruines de la ville de Raqqa est de les peigner au moindre recoin. Le pourvoi des Kurdes en armements a traditionnellement eu pour sources la récupération des équipements repris sur l’ennemi. Donc l’une des premières tâches des combattants FDS a été de se déployer dans les rues jonchées de décombres pour chercher des munitions non explosées.

Les pièges laissés par les terroristes ne manquaient pas. La certitude que se terrent encore des terroristes survivants dans des trous et autres tunnels, a pour signe les mines fréquentes dans les artères éventrées et les immeubles déchiquetés. La chute finale a été plus rapide que prévue, selon des combattants des FDS, alors que depuis plus de 4 mois la résistance a été farouche.

Alors que le nombre de terroristes n’a pas encore révélé, certaines questions se demandent : quel sera le sort de ces criminels ? Or c’est à la justice de se prononcer, notamment celle du pays concernée. À Raqqa se sont déroulés 4 mois de combats où plusieurs milliers de civils avaient été utilisés comme boucliers humains aussi par ISIS que par les militants syriens, qui sont souvent parents. Ces derniers ont réussi à se faire pardonner. Les étrangers qui ont, par le passé, diffusé des images et organisé des actes sont dans leur majorité pris.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT