POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Un général libyen décidé de restaurer son pays



Des manifestations en soutien à Khalifa Haftar pour demain vendredi.


jeudi 22 mai 2014
par Azouz Benhocine


Ecarté en 1980 par Kadhafi qu’il a combattu dès 2011, en revenant de son exil des Etats-Unis et prenant part à la sédition populaire, le général Khalifa Hefter est décidé de faire surmonter la crise à, son pays, la Libye. Il dirige une insurrection armée en Libye depuis mercredi, 21 mai, pour déloger le gouvernement et nommer un autre. Depuis le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011, la gravité de la situation dans le pays n’a cessé de se détériorer.

Notre précédent sujet : La Libye, bastion d’Al-Qaïda pour l’Afrique et le Maghreb Désarmer les Libyens est une fatalité pour les islamistes armés !


Il a lancé un appel solennel, lors d’une conférence dans la ville d’Abyar, une petite des environs de Benghazi, apparaissant avec plusieurs anciens chefs militaires qui ont rejoint sa révolte. Depuis, il n’a cessé ramassé des soutiens, pendant les deux jours suivants, par des officiers militaires actuellement en exercice et des anciens, ainsi que des milices qui dominent de nombreuses villes. Un grand ralliement...

Depuis 3 années, la Libye est plongée dans une guerre civile latente et larvée, caractérisée par une forte présence de l’islamo-terrorisme. Environ une centaine de personnes sont mortes dans une attaque menée sous le commandement du général Hifter, contre des groupes islamistes armés à Benghazi.

Cette action est le plus lourd combat dans le pays depuis la guerre civile d’il y a trois ans. Et après, la fin de l’opération, il a tenu une conférence déclarant sollicitant la destitution du gouvernement.

Après cette opération, les soutiens se sont manifestés. Il a demandé que le Parlement dirigé par des islamistes, appelé le Conseil national général, soit dissout.

Le général Khalifa Haftar s’est adressé au Conseil supérieur de la magistrature du pays, pour qu’il nomme un nouveau gouvernement civil d’urgence. Et a fixé que ce dernier remette le pouvoir au parlement après de nouvelles élections qui sont déjà prévues pour le 25 Juin.

Son principal adversaire est Ahmed Matiq, nommé Premier ministre il y a deux semaines lors d’un vote contesté. Ce dernier a déclaré, le même jour du 21 mai, qu’il ne quittera pas son poste. Misrata, d’où il est originaire est une ville de l’Ouest et faisant le fief à puissantes milices islamistes, travaillant avec le Parlement.

Mais d’un autre côté, le ministère de la Défense a publié une déclaration appelant à l’arrestation de tous les soldats qui se joignent à la campagne de Hafter. C’est-à-dire que l’armée rejoint l’initiative du général ...

La confrontation entre les dirigeants en place ménagent les milices qui sèment le désordre et transforment et peuvent mener la Libye dans à une guerre interne totale. Une des milices installée à Tripole, qui travaille le gouvernement est accusée être les assassinats de militaires depuis 2013. Composée d’une centaine d’hommes, elle a pour porte parole, un certain Ismail Salabi... Voici le portrait que lui dresse le quotidien français, LE MONDE.

Par ailleurs, la population libyenne qui suit les nouvelles péripéties, a exprimé son soutien au général Khalifa Haftar, à travers les premières réactions de la société civile. Une manifestation, de jeunes libyens, s’est faite dans une rue de Tripoli et sur les réseaux sociaux d’Internet. Et le plus grand groupe politique du parlement, l’Alliance des forces nationales, a ouvertement déclaré son appui au projet du général.

Notre précédent sujet : La Libye, bastion d’Al-Qaïda pour l’Afrique et le Maghreb Désarmer les Libyens est une fatalité pour les islamistes armés !

Répondre à cet article