POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > L’UNESCO reporte une exposition sur la présence juive en Terre (...)

L’UNESCO reporte une exposition sur la présence juive en Terre sainte



Le processus onusien de paix israélo-palestinien, ne se fait pas oublié !


samedi 18 janvier 2014
par Gros Emile


Sur plaintes de plusieurs nations, notamment arabes au nombre de 22 Etats qui ont exprimé unanimement leur préoccupation pour le processus de paix, soutenant la lutte du peuple palestinien, l’UNESCO a reporté à plus tard, une exposition qui a pour intitulé : « Le Peuple, le Livre, la Terre, 3500 ans de relations entre le Peuple Juif et la Terre Sainte ».

Voir en ligne : Notre dossier : conflit israélo-palestinien

Le siège de l’organisation des Nations Unies chargée principalement de l’éducation, la science et la culture, est à Paris où les poussées pro-sionistes, voire alliées au colonialisme israélien, sont très puissantes.

L’UNESCO s’est astreinte à publier un communiqué pour justifier sa décison de report. LIRE le communiqué sur le site de l’UNESCO. L’organisation onusienne a préparé avec le Centre Simon Wiesenthal cette manifestation, mais s’est gardée de juger nombreux aspects de cette exposition en suspens.

En effet éclaircir plusieurs éléments relatifs aux effets textuels et visuels historiques sont considérés potentiellement contestables. Ils pourraient être perçus par les États membres comme susceptibles de mettre en danger le processus de paix. Auquel l’UNESCO, en se conformant à l’organisation mère « l’ONU » qui travaille sans relâche pour mettre fin au conflit israélo-palestinien, doit éviter de nuire.

Si l’Etat hébreu, isolé dans la diplomatie internationale et largement boycotté par plusieurs nations, s’est gardé de protester. La mission israélienne à l’ONU aussi, complètement isolée, n’a pas eu de réaction immédiate.

Cependant l’ambassadeur américain aux Nations Unies , Samantha Power, a exhorté l’UNESCO à repenser sa décision de report l’exposition. La réussite du processus de paix, afin de parvenir à la stabilité et la paix dans la région, est aussi une orientation mondiale.

Répliquant, outre son communiqué, l’UNESCO s’est justifiée en déclarant que son secrétariat a reçu une lettre de 22 Etats - du groupe arabe - qui expriment leur inquiétude que « l’exposition prévue pourrait avoir un impact négatif sur le processus de paix et les négociations en cours en cours au Moyen-Orient. »

Dans la droite ligne de l’ONU pour un processus de paix définitive dans la région du Proche-Orient.

Le processus de paix est actuellement freiné, alors cette conséquence est générée comme tant d’autres. Les négociations entre Israël et les Palestiniens sur une « solution à deux Etats », dans lequel il existerait des Etats juif et palestinien en paix et côte à côte ont été rompues en 2010.

Le principal différend de ce blocage est la colonisation israélienne et les constructions illicites par rapport à la légalité internationale. Les pourparlers de paix ont montré peu de signes de progrès, depuis leur renaissance ou leur reprise de l’an dernier.

Le Centre Wiesenthal, une ONG créée en 1977 reconnue par les Nations unies et l’UNESCO dont le siège est Los Angeles a protesté, a publié sa réaction. En fait, il est l’une des officines au service d’Israël, tel le CRIF en France, sclérosé sur le chantage fait avec la Shoah .

Sur son site, il promet qu’il tiendrait une conférence le lundi, 20 janvier, pour montrer les médias de l’exposition de l’UNESCO. Et que cette dernière ne voudrait pas montrer.

L’organisation des Nations Unies a suspendu les droits de vote des États-Unis et Israël en Novembre 2012, après les deux ans que les deux pays, USA et Israël, ont cessé de payer les cotisations à l’UNESCO. C’était leur commune protestation contre l’octroi de l’adhésion complète aux Palestiniens.

La Maison Blanche a exhorté le Congrès des États-Unis de reprendre cotisants afin de retrouver sa voix. Côté israélien, le mutisme reste complet.

Répondre à cet article