Accueil > International > Grands événements : Gigantisme de l’inattendu. > Démission du président du Vietnam pour indifférence à la corruption.

Démission du président du Vietnam pour indifférence à la corruption.

Aucun secret pour cet autre modèle de socialisme qui émerge avec une florissante économie

samedi 21 janvier 2023, par Azouz Benhocine

C’est parce que la couverture médiatique est rare, en dépit que le Vietnam est en constante progression économique et sociale, qu’on juge dans les articles journalistiques lointains que les hauts faits politiques sont mystérieux. Le soudain écartement du président Nguyen Xuan Phuc n’est pas plus énigmatique que d’autres inconnues actualités. Voilà donc un cas où la méconnaissance peut se targuer de révéler dictature et autres règlements de compte entre clans et sans désigner les structures de ces derniers.

Quand des cercles sécuritaires, d’élus et d’analystes ont préconisé que des hackers russes ont travaillé pour faire, en 2016, de Donald Trump président des Etats-Unis, Poutine ironisa que c’est une république bananière. Des chercheurs scientifiques se sont pensés sur cette intrigue qui relève de la théorie du complot. Le fruit de leur travail vient d’être publié par la revue « Science ». Dans le cadre d’une vaste purge anticorruption, le président du Vietnam, Nguyen Xuan Phuc, a été contraint de jeter l’éponge. Une démission qui parle de la radicalité des institutions. Un fait qui n’a pas de précédent dans l’histoire du pays et du parti à l’indiscrète coutume de prendre ses décisions à huis clos.

Le modèle d’émergence économique de la Chine suivi par le Vietnam.
8 juillet 2022

Le Parti communiste au pouvoir a déclaré est, on ne plus être clair !, que Phuc devait assumer la responsabilité des actes répréhensibles des fonctionnaires qui lui sont redevables des comptes. La nouvelle survient alors qu’une campagne anti-corruption est supervisée par le secrétaire général Nguyen Phu Trong. Ce qui montre que ce dernier se classe au-dessus du président dans la hiérarchie du parti et des institutions du pays.

Nous avons rapporté pour notre appréhension éditoriale envers ce pays, la dynamique économique qui opte au modèle chinois (voir lien ci-dessus). Elle est parmi les plus en constante croissance en Asie, depuis déjà 2 décennies. Mais ce n’est pas sans des revers du genre que la bureaucratie génère des défauts et sans des oppositions critiques.

C’est avril 2021 que M. Phuc, actuellement âgé de 69 ans, a été élu président. Il fut 1er-ministre depuis 2016 jusqu’à la date de son accession au sommet du pays. Ce poste est l’un des 4 centres de décision qui a en charge la politique vietnamienne. Aucun n’est apparemment plus prépondérant que l’autre.

Pour nombreux observateurs locaux et des milieux du PC, cette décision serait temporaire. Suggère-t-on qu’elle signifierait que les décideurs soient moins divisés. Mais elle pourrait également conduire à une augmentation de l’autoritarisme envers les groupuscules convergents sur des bases d’affinité fictives ou personnelles, suggèrent les responsables.

Vaccin anti-COVID-19 du Vietnam, en phase 3 des essais.
25 janvier 2021

Pour d’autres plus rigoureuses visions adeptes de plus de discipline, le second scénario potentiellement vraisemblable, il s’agit d’un changement de la direction. Dans ce cas un autre membre du principal organe décisionnel du parti, le Politburo, pourrait être promu pour remplacer M. Phuc à la présidence.

Bien que le président détienne une autorité importante et incontournable, le secrétaire général du Parti communiste, actuellement Nguyen Phu Trong, est le plus puissant des quatre postes. Les deux autres sont le premier ministre et le président de l’Assemblée nationale.

Deux vice-premiers ministres ont également été licenciés ce mois-ci et des dizaines de fonctionnaires ont été arrêtés pour corruption.

Une campagne anticorruption de grande ampleur bat son plein ces temps-ci. Un rapport du parti a rendu-public le bilan de 2022 qui s’est soldé 539 membres poursuivis ou « sanctionnés », pour ce méfait spécifiquement ou d’autres « actes répréhensibles délibérés ».

Des ministres, des hauts fonctionnaires et des diplomates ont été punis. La police a également dit avoir enquêté sur 453 cas de corruption. Ce qui est marquant mais pas une fatalité, avec une augmentation de 50% par rapport à l’année précédente. Le travail est donc fait !

Le Vietnam est en plein boom économique avec une agriculture comme moteur de la croissance. Les autorités mènent un combat anticorruption mêlant dignité et éthique pour toutes les communautés nationales... Les réformes énoncent souvent qu’il y aura moult erreurs et dérives qu’il faut réparer avec justesse.

C’est le cas ici de cette démission qui est un acte moral. Le manquement pour responsabilité d’un chef d’Etat se trouvant astreint de démissionner. Communément l’accusation est : il a laissé faire et répond aux agissements de ministres, de fonctionnaires et de diplomates. C’est cette dignité prolétarienne qui s’inspire d’un marxiste comme on fait rarement.

XIIIᵉ congrès du Parti communiste du Viêt Nam, le buste de l’oncle Ho surveille une modernité de tradition révolutionnaire.

Partager sur les réseaux :

Voir en ligne : Vietnam

     
Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?