Accueil > International > Grands événements : Gigantisme de l’inattendu. > L’Europe démunie de gaz aspire à une rapide transition énergétique.

L’Europe démunie de gaz aspire à une rapide transition énergétique.

La Russie pour le boycott de ses énergies serre les vannes, comme voulu !

vendredi 22 juillet 2022, par Gros Emile

La méthode la plus adroite de l’économie d’énergie est le relèvement des tarifs. Aucune autre manière n’est plus rapide et moins coûteuse. Faire face à la crise énergétique actuelle et réduire cette facture n’est chose aisée pour les pays européens. Les changements de comportement à court terme susceptibles de réduire la demande de gaz et de pétrole, de 5 %, se limite aux campagnes de communication spécifiques ciblant les ménages et l’industrie. L’UE aspirait à réduire sa dépendance du gaz russe, alors leur fournisseur leur démontra cette impossibilité en fermant les vannes...

La Commission européenne a présenté, dès début mai 2022, le plan REPowerEU qui est sa réponse aux difficultés et aux perturbations du marché mondial de l’énergie, causées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. La réduction de l’approvisionnement en gaz aggrave la crise énergétique à laquelle le continent était déjà confronté avant le début de la guerre en Ukraine.

La découverte de la Russie de ce qui se tramait en Ukraine.
8 mars 2022

Soit c’est une contradiction surestimée soit, c’est une incertitude menaçante. Les fournisseurs alternatifs sont contactés, pour le GNL. L’Europe qui n’a pas de ressource en gaz et tarde, là comme l’humanité à faire sa transition énergétique. Elle a seulement promis de se libérer du fournisseur russe. Mais la pénurie qui a pour conséquence l’inflation touche tous les produits et principalement le GNL.

La consommation totale de gaz au premier trimestre a diminué de 9 % par rapport à l’année précédente, le charbon et le bois sont revenus dans les foyers notamment. Les infrastructures européennes et l’approvisionnement mondial ont jusqu’à présent fait face à une baisse de 60 % des livraisons de gaz russe depuis juin 2021. A cause de la guerre en Ukraine, d’autres manquements surviennent aussi…

Même si les retombées économiques d’une absence fermeture du gaz russe en Europe de l’ouest, sont encore inconnues, car c’est inédit, la carence a des conséquences qui peuvent être partiellement atténuées. Des mesures déjà préconisées et mises en place montrent qu’il y a résistance. D’autres actions devraient se concentrer sur l’atténuation des risques et la préparation aux crises.

A court terme, l’accès aux sources d’approvisionnement diversifiées et d’énergie alternatives est possible, mais jusqu’à quelle échéance ? Et compte-tenu de la demande réduite à des prix précédemment élevés, ces derniers peuvent aller à la hausse. Alors que les capacités européennes rassurent encore sur la disponibilité et non le maintien des tarifs, d’après les observations du marché.

Les ultra-émetteurs de méthane dans le Monde désignés.
8 février 2022

Certains pays ont pu arrêter unilatéralement les importations russes. Ce qui a montré que la diversification des fournisseurs serait beaucoup plus difficile s’il y a un arrêt total. Des goulots d’étranglement pourraient réduire la capacité de réacheminer le gaz en Europe, en raison d’une capacité d’importation insuffisante ou de contraintes de transport.

2 atouts peuvent d’ores et déjà être déployés. Un stockage optimisé et une variété en sources d’approvisionnement. Ce que les gouvernements doivent assurer en redoublant d’efforts pour sécuriser leurs besoins de la dépendance non contractuelle qui est réelle dans les marchés mondiaux. Un cas d’école, dans les échanges internationaux, sans gouvernance mutuelle sans partenariat accrédité.

Les sources alternatives existent, c’est continuer à réduire les goulets d’étranglement des infrastructures pour importer et distribuer du gaz, afin d’assurer la consommation locale. Le partage des stocks en cas d’urgence dans toute l’UE, pour encourager les économies d’énergie tout en protégeant les ménages vulnérables, sont les préparatifs intelligents de rationnement du gaz.

Le plan européen contient des mesures, le plan REPowerEU, pour économiser l’énergie et réduire la dépendance aux carburants russes. Mais l’écart entre l’ambition et la réalité ne sont pas commodes. La meilleure alternative serait de permettre une plus grande transmission des parts acquises. Tout en offrant une compensation ciblée aux ménages qui ne peuvent pas se permettre des prix plus élevés.

L’Espagne marchande le gaz d’Algérie et le revend coûtant.
29 avril 2022

Ces facteurs pourraient entraîner des pénuries de 15 à 40 % de la consommation annuelle dans certains pays d’Europe centrale et orientale est vecteur de récession, car il s’agit d’énergie. Ce qui pousse à la transformation écologique qui elle renforcera la croissance économique, la sécurité et l’action climatique en Europe.

Les mesures qui sont en lien avec a crise climatique servent aussi dans le conflit européen de la dépendance au gaz russe. Réduits la TVA sur les systèmes de chauffage économes en énergie, l’isolation des bâtiments et encourager les appareils et produits efficaces sur le plan énergétique sont à la base des décisions universelles.

Réduire la TVA sur les systèmes de chauffage économes en énergie, l’isolation des bâtiments et encourager les appareils et produits efficaces sur le plan énergétique sont à la base des décisions universelles. Elles ont été induites dans le cadre des politiques pour atténuer ou freiner le changement climatique.

Ce qui est en lien avec la crise climatique sert de réponse vers Moscou le conflit européen et dans la dépendance au gaz russe. A cet effet, le 25 janvier 2021, le Conseil européen a invité la Commission et le haut représentant à élaborer une nouvelle stratégie énergétique extérieure. Ce mélange du genre brouille la politique générale.


Voir en ligne : UE - Union Européenne & Russie

     

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.