POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

L’éducation avancée du peuple, ce qui fait croître l’économie du Vietnam

Du communisme au capitalisme, où le culte de la modernité précède toutes considérations

 

jeudi 17 août 2017, par Hugo Mastréo

Du capitalisme fait avec le communisme, sans trop hésiter, comme l’a fait la Chine depuis 3 décennies, se résume par l’adoption de la démocratie économique. Où la création individuelle est totalement libérée. Ce n’est guère un contre-sens, le capital humain se développe au même titre que l’exploitation des potentiels naturels et ceux créés par le savoir d’une gouvernance à l’orientation cohérente. Cet exemple fait des émules. Cuba y lorgne, mais on ne voit pas venir de sitôt le changement. Au Vietnam les dégâts, des dioxines de l’agent orange dispersé par l’armée américaine, sont encore visibles, mais le pays a décollé exactement avec le 3ème millénaire !

Voir en ligne : Notre dossier : SOCIALISME & COMMUNISME.

Il n’est encore pas facile de définir, par un concept judicieux, si cette mutation que les dirigeants marxistes particulièrement d’Asie, marquée par le déterminisme, comme une mutinerie contre le dogme rigide que le "stalinisme" soviétique a généré en forme bureaucratique. Au Vietnam le décollage économique, avec l’année 2000, a réalisé un taux de croissance réel du PIB, passant de 4,7 % en 2001 à 7,8 % en 2007. Même s’il est redescendu à 6,3 % en 2008 et 5,3 % en 2009 à cause de la crise économique, toutefois, il est remonté en 2010 à 6,8 %.

Cette déclinaison de réaliser une industrialisation libérale sous la conduite de partis uniques à la tête de nations, fait maintenant ses vagues au Vietnam. En Chine les salaires ont été multipliés par 6 ou 5 au minimum lors de la grande relance qui a tenu pendant ses 2 premières décennies une croissance à 2 chiffres. Actuellement au ralenti, certains analystes voient que c’est la limite atteinte et d’autres croient qu’elle a été freinée par les autorités pour parer aux dérapages et d’autres encore pensent que ces nouveaux engagements font la pause de prudence ou bien l’ère faste est terminée.

Officiellement république socialiste, le pays de l’oncle Ho est dirigé par un parti communiste qui contrôle l’ensemble des institutions, soit une copie conforme et réduite du voisin chinois. Nous reprenons ici l’article 4 de la constitution : « Le Parti communiste du Vietnam, détachement d’avant-garde de la classe ouvrière, représentant fidèle des intérêts de la classe ouvrière, du peuple travailleur et de toute la nation, adepte du marxisme-léninisme et de la pensée de Ho Chi Minh, est la force dirigeante de l’État et de la société ».

Le 06 juillet 2017, le FMI Fonds Monétaire International reconnaît, encore une autre fois, que la dynamique de croissance du Vietnam reste robuste, lire ICI. Elle est soutenue par une forte activité manufacturière et de l’investissement étranger direct. Sa conclusion est que la croissance économique continuera, aidée par des fondamentaux solides. Même l’inflation globale devrait se stabiliser à environ 5%, alors que les prix encore administrés continueront d’être ajustés.

Le prêteur de monnaies soutient que l’élan est soutenu par le secteur manufacturier robuste et l’IED (Investissements Étrangers), en constatant que le « vaste programme de réforme » au Vietnam, affirme que le potentiel de croissance fait la résilience, sans s’exposer aux chocs. Cette forte demande intérieure est suivie le rebond de la production agricole, moins de récoltes dues à un climat difficile et l’incident écologique de la remontée des eaux salées sur les superficies constamment inondées.

À 6,2 la croissance en 2016 a été modérée en raison de la sécheresse et de la « salinisation » des terres dans l’agriculture et la baisse de production de pétrole. Cette dernière reflète le serrage des vannes pour préserver les stocks d’une richesse, contrairement à d’autres pays, dont les prix se sont effondrées lors de l’été 2014, afin de ne pas la brader sur un marché mondial aléatoire. Les prévisions pour ce rythme d’évolution se consolidera en 2017 et peut atteindre de bien meilleurs résultats en 2018, avec 6.3% reprenant sa cadence normale que poussive.

A quoi attribuer ces comportements de dirigeants communistes qui n’hésitent pas d’exposer leurs pays avec la sauvagerie du marché mondial du capitalisme ? C’est la grande confiance de l’éducation avancée de leurs peuples où le patriotisme se conjugue spontanément avec la tolérance et l’évitement des pratiques irrationnelles, comme le fonctionnement par les dogmes religieux. Cette vision d’appartenir à l’humanité et contribuer à la façonner et même de l’aider à fonctionner avec les échanges d’offre propres à la mondialisation.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT