POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Les épouvantables droits humains en Arabie Saoudite...

Censure des médias et influence négative sur les organismes internationaux

 

dimanche 20 décembre 2015, par Azouz Benhocine

Pas moins de 151 personnes ont été décapitées en Arabie-Saoudite depuis le début de l’année 2015, alors qu’elles étaient seulement 90 pour toute l’année 2014. 50 autres sont sur le point de passer sous le sabre qui sépare la tête du reste du corps, d’après le journal « Oukadh » (appelé aussi « Okaz »), proche des services du ministère de l’intérieur. Les familles et les organisations concernées par les droits de l’homme ont été alertées à la suite de ces publications et ont appris que des visites médicales ont été effectuées aux condamnés.

Voir en ligne : Notre dossier : Arabie Saoudite.

La monarchie, où les deux courants sunnites « wahhabisme et salafisme » prévalent devant le chiisme qui compte 17 à 20 % de la population, est imperméable aux médias. Malgré que les «  lanceurs d’alertes » ne cessent de dénoncer les atteintes aux droits humains et les agissements sur le terrain diplomatique international, comme la crise syrienne, la censure est omniprésente. Elle touche désormais de lourds médias et des pays qui se déclarent de grandes démocraties.


- Alliance islamique antiterroriste : contrefaçon sur l’identité de l’ennemi.
- National-Géographic censuré en Arabie-Saoudite pour une image du pape à sa "une".
- A qui est appliquée la peine au royaume qui abrite la tombe du prophète ?

Cette monarchie réactionnaire impose maintenant au grand jour, depuis qu’elle noyaute le comité des droits de l’homme de L’ONU, un contrôle sur les directions des chaînes de télévisions, de journaux et même les chancelleries des Etats et des organismes internationaux. L’Arabie Saoudite supervise un comité influent au sein du conseil onusien et nomme les fonctionnaires qui produisent les rapports des droits humains, spécifiques à chaque pays.

Un article paru sur les sites d’Al-Jazeera, signé Arjun Sathi qui collabore avec le Washington Post, le Los Angeles Times et CNN, a été finalement retiré des contenus de la chaîne du Qatar. Il avait pour titre « Arabie Saoudite utilise le terrorisme comme une excuse pour violations des droits humains  ». Dans un premier temps, après 15 jours de sa parution, le 3 décembre, il a été visible sur la version diffusée aux Etats-Unis. Mais aussi, il vient de disparaître. Voici la réaction de son auteur sur Twitter.

Nous avons rapporté dernièrement que l’Arabie-Saoudite a fondé un coalition islamique pour mener une guerre contre le terrorisme, sans que ne soit fixé une identification de l’ennemi, tel l’Etat Islamique créé par des hordes terroristes sur les territoires à cheval entre la Syrie et l’Irak. Les condamnés à mort en Arabie Saoudite sont nombreux parmi les chiites locaux, les étrangers des pays pauvres et les minorités qui se défendent de l’hégémonie de la famille régnante.

Parmi les 50 prochaines exécutions prévues d’être accomplies avant la fin de l’année 2015, les cas de six militants chiites originaires de la ville d’Awamiya dont trois étaient mineurs au moment de leur arrestation et parmi eux un certain Cheikh Nemr. Cette région, dans la province de l’Est, est largement chiite. Elle rengorge de pétrole, sans que la population en bénéficie et fait face à la persécution du gouvernement. Les six militants ont été condamnés pour avoir protesté contre ces mauvais traitements et d’autres infractions connexes au milieu des soulèvements arabes en 2011.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT