POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Angélique et diabolique diplomatie entre Iran et USA

Confusions et confessions sur des relations sans éthique.

mercredi 12 novembre 2014
par jaco


L’Iran se fait inviter à combattre les terroristes de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie, avec une lettre d’Obama adressée au guide suprême. Mais c’est une vision tellement étriquée de la part du diable américain de briller d’incohérence, voire d’inefficacité dans sa diplomatie du mailing interventionniste…

Voir en ligne : Notre dossier : IRAN - USA

Le président américain Barack Obama ne cesse d’écrire aux dirigeants de la république islamique d’Iran, silence radio, il n’a aucun écho. Une nouvelle lettre parmi une panoplie de messages qui s’évaporent dans le silence...

C’est à la fois la menace du groupuscule ayant proclamé l’Etat Islamique, connu pour être sanguinaire envers le chiisme en Irak, au Liban et en Syrie… Et la condition pour lever l’embargo et clore le dossier du nucléaire iranien, auparavant soupçonné d’être pour ambition militaire. C’est ce que tente de soulever la dernière de la Maison Blanche...

S’il faut à la satire de traiter ces ambiguïtés, les USA ont un sérieux client en Daesh et cherchent un allié dans la région. En même temps, l’Iran déclare avoir acheté de nouvelles centrifugeuses chez le partenaire russe. Ce complément de répliques iraniennes pourrait agacer l’Etat hébreu mais cet allié, des USA, est pris dans une nouvelle intifada.

Ce genre de diplomatie hypocrite des Etats-Unis vous laisse perplexe ! Les américains justifient leur sollicitation de l’Iran, en qualifiant le but réel du locataire de la Maison Blanche, est de rassurer le chef de file de l’Iran que le "changement de régime" est pas le but de l’Amérique. Avec l’islamisme cruel, l’Arabie Saoudite n’a jamais dérangée les Etats-Unis et leurs alliés…

Cependant, le revirement est tellement à grand écart qu’il suscite un discours à sens unique : le président américain écrit et les Ayatollah gardent le silence. Même si c’est la 4ème missive du genre depuis 2009, du même président américain, le dégel est loin d’être acquis. Jusqu’à présent. Les iraniens daignent de ne pas répondre, ni d’accuser réception.

Mais le dernier courrier prend clairement en date de mire la date du 24 novembre fixée pour régler la confrontation sur le programme nucléaire de Téhéran avec un accord global. L’Iran et l’Amérique ont fixé une date limite, nous y approchons.

La position de l’Iran pour les islamo-terroristes est une inconnue, même la CIA n’a de rapports limpides dans la nébulosité islamiste d’Arabie Saoudite et d’Iran !

Répondre à cet article