POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Ce que Trump promet à la gauche en France !

Le populisme mobilise, qui peut mieux s’en emparer ?

vendredi 11 novembre 2016
par jaco


L’élection de Donald Trump qui est un pur produit de l’ensemble des institutions économiques et médiatiques du capitalisme, est un mélange d’arrogance, d’opportunisme et d’indifférence. Elle est l’aboutissement même de l’érection tant recherchée, par la classe dominante aux Etats-Unis, d’un pionnier du rêve tant popularisé être unique et américain. C’est au segment idéologique adverse, des socialistes où un certain Bernie Sanders a laissé sa marque, de profiler une réparation de la nouvelle adversité, d’autant que la nouvelle configuration des rapports mondiaux est désormais plus imprévisible. Le prochain vote en France est parmi les repères qui iront sur la voie de contagion ou modifiera la trajectoire promise aux pays occidentaux préservant une civilisation hégémonique.

Voir en ligne : Notre dossier : USA Etats-Unis

Laisser croire à l’opinion générale que ce nouveau locataire de la Maison Blanche, va faire exploser les rouages et les ferments qui l’ont mis au Monde, en tant qu’homme politique, est une hérésie chimérique. De nouveau le capitalisme se crée une crise factice et factuelle, alimentant des phobies collectives, pour proposer de la surmonter. Alors quand le peuple défie les systèmes qui ne se réforment que pour multiplier ses vieilles assises, il se révolte. Par les urnes, la conquête du pouvoir qui se transmet par les désignations inclusives des sociétés humaines, l’alternance, après Obama, est aussi le seul verdict.

Notre dernier article.
- Donald Trump où le triomphe du projet de société ultraconservateur mercredi 9 novembre 2016

Aussi bien à gauche qu’à droite, une introspection parcourt la classe politique française abordant l’échéance d’une élection présidentielle en 2017. Après l’élection de Donald Trump et le réveil de la vague droitière en Europe qui a atteint son apogée avec le Brexit, en France le spectre du FN est considérée, plus que jamais, la prochaine rupture avec les caciques et les vieilles officines qui ont stagné alors que le Monde, y compris la chute du mur de Berlin d’il y a plusieurs décennies, a changé.

La corruption de plus en plus flagrante, dans un capitalisme qui ne surmonte pas ses crises éternisées. Sous le règne des accumulations de richesses une forte collusion des systèmes banquiers, ce qui mobilise une nouvelle génération plus jeune en quête d’un nouveau paysage politique. L’héritage méprisable et éhonté ayant des caractéristiques de l’établissement qu’Hillary Clinton a représenté, est sur le banc des accusés. Le maintien d’un ordre statique n’est pas possible.

Ces jeunes descendances appelées, outre-Atlantique, les « millennials », rechignaient à l’administration Obama jugée comme une répétition qui a usité du maintien de l’ordre mondial désuet. Ils ont afflué avec le socialiste et démocrate Bernie Sanders, mais se sont confrontés à la rigidité du système politico-médiatique fermement inchangé. Cette dissidence juvénile n’a cesse de prendre distance avec le pouvoir de gauche que Hollande, pourtant bien aidé à son élection, a trahi…


- Assange explique qu’Hillary Clinton a bien armé le terrorisme... 3 novembre 2016

Le PS qui dirige en France incarne cet ordre, confortablement en accord avec le néolibéralisme en accumulant des tares, dont celle de l’obsolescence des institutions. Des ministres socialistes chargés de contrôler la fuite des impôts ont été les premiers à avoir des comptes bancaires offshores ou s’adonnent à ne pas payer au trésor public leurs contributions dues au titre de citoyens imposables. La gauche néolibérale a la manière trop flagrante de corrompre l’intégrité des médias et cherchant désespérément à édulcorer ses désagréables retournements.

Pour la droite, un récent débat entre les prétendants à l’investiture a permis de déblayer le terrain des embûches pour que le choix du candidat se fasse sans chamaille. A gauche par contre, la primaire échappe à l’adhésion de la famille qui peut assurer une victoire. La prépondérance du PS, qui tient au retranchement d’imposer son postulant, n’a pas l’approbation de l’aile qui n’est plus dans la cohésion et conditionne la dynamique de gagner la prochaine présidentielle.

Maintenant que Donald Trump est élu, alors qu’on disait qu’il n’est pas compétent, donc logiquement il détruirait ou réduirait la puissance des Etats-Unis, par la mauvaise gestion qui lui est vouée. Alors quel impact ce plébiscite sur le reste du Monde ? La perception du message de cette élection américaine est scindée à l’éventualité de l’arrivée de populiste de droite et non de gauche à l’Elysée. Or, si une logique de leçon à tirer puisse exister, c’est l’évitement d’une catastrophe que sa reproduction.


- Journalistes critiques envers Hillary Clinton, les services secrets manipulent 12 octobre 2016

Or Donald Trump portait bien un autre discours plus discursif sur la corruption qui gangrène les systèmes politiques occidentaux et sur les comportements diplomatiques des Etats-Unis lors des dernières décennies, voire depuis la seconde guerre mondiale. Sur le terrorisme par exemple, les discours des politiciens occidentaux, de leurs chancelleries diplomatiques et des médias corporatistes, connait l’alternative exprimée avec Trump et prône le rapprochement avec la Russie. Voir cette vidéo sur l’Irak et la Libye :

Répondre à cet article