POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Une discussion à l’enfer !

En Algérie les oiseaux discutent, les arbres aussi, mais jamais les humains.

samedi 30 août 2014
par MOUSSI NASSIM


Devenir cadre d’Etat en Algérie ne signifie pas avoir des compétences. Il suffit d’être rusé et avoir des parents riches qui ont des liens avec les autres cadres. En Algérie la discussion ci-dessous a eu lieu dans chaque maison d’un cadre d’Etat, avec ses descendants ou ascendants. Ce dialogue illustre comment devient-on cadre d’état en Algérie. Une discussion entre grand père, père et fils. Le 1er (grand-père) fit fortune avec l’argent sale, afin que ses descendants puissent prendre place au gouvernement algérien. Et comment ?

Envoyer des SMS : c’était devenu le geste universel, depuis des années. Le signe de reconnaissance de l’être humain. Les soixante-huitards qui nous avaient endettés avaient gagné par les brouhahas mais jusqu’à quand ? : les gens n’avaient plus rien à se dire, mais ils communiquaient. Sur Facebook, on trouve des groupes de discussion. J’aime les frites et J’aime pas les oiseaux , sont presque égaux.

« La raison pourquoi la plupart des gouvernements de la Terre sont despotiques, cela se fait naturellement tout seul. Mais, pour des gouvernements modérés, il faut combiner, tempérer les puissances ; savoir ce qu’on donne à l’un et ce qui reste à l’autre. En enfin il faut un système, c’est-à-dire une convention entre plusieurs forces discutant leurs intérêts. Le gouvernement despotique est uniforme partout : il saute aux yeux. »

Montesquieu détestait ce genre de discussions commencées par un grand écrivain qui a laissé ses manuscrits à paris. Récupérés plus tard, par son neveu, nous instruisent…

- Ali : je vous laisserai une fortune pour réaliser mes projets, n’est ce pas mon fils ?

- Oui papa, merci infiniment, j’ai tant osé exaucer et concrétiser vos théorèmes mais je n’ai pas pu. Ils disent de la pratique ; c’est quand tout marche mais on ne sait pas pourquoi.

- J’ai même dupé les démunis en utilisant le conseil de la tribu a des fins politiques mais sans résultats, que le déshonneur pour toute une tribu, que les gens qui l’habitent ne se sont pas rendu compte déshonorés car, ils croient que le déshonneur se limite que dans le coté sexuel. Répliquait Mohamed, puis continua…

- Mohamed : papa puis-je vous poser une question ?

- Oui mon fils répondait le père.

- Mohamed : papa, j’ai fait les étincelles pour devenir notable dans tout le pays. J’ai étudié avec des gens moins intelligents que moi, eux ils ont réussi à avoir connaitre la notoriété, qui est un rêve inné de l’être humain, mais moi non. Mon nom résonne que dans la contrée ou j’habite, pourquoi ?

- Vous vous déplacez avec la voiture que je vous ai achetée, c’est pour ça, répondait Ali avec un air lugubre et épuisé.

- Mohamed : papa ! Je n’ai pas accompli la besogne que vous m’avez chargé d’accomplir. En revanche, je suis âgé Ali, je vais ourdir une machination afin que Benyamin puisse continuer.

- Benyamin : je tiens à vous remercier sur la fortune que vous nous avez laissé, j’ai tant aidé mon père à exécuter vos théories, j’ai même ravagé ceux qui l’ont aidé a leur manière.

- Pourquoi, interrogea le vieux avec une aire nerveuse ?

- Benyamin : c’est ce que j’ai trouvé dans vos manuscrits. Ali : mais non ! Connaissez-vous Hitler ? Savez vous que son philosophe préféré est bien que Nietzsche ? Il a bien lu le sur humanisme pour devenir « anti-humaniste ». C’est ce que vous devez faire aussi avec mes manuscrits, il faut lire au delà de ce qui est écrit, vous êtes entrain de fortifié une force qui s’appelle "la volonté de puissance" fiston, conclut t il.

- Benyamin : vous nous avez démunis d’une substance qui nous permettra de mettre en place ce projet.

- Laquelle, interrogea le vieux hâtivement ?

- Benyamin : l’intelligence grande père.

- Vous allez l’acquérir de vos ennemis, répond le vieux.

à suivre....

JPG - 84.8 ko

Portfolio

Répondre à cet article