POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.  ICI Vérifions les infos.

Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > USA > Guerre froide entre Chine et USA, des médias dans les coups bas.

Guerre froide entre Chine et USA, des médias dans les coups bas.

Les journalistes des USA plus contrôlés s’ils restent sur place.

mardi 26 mai 2020, par Hugo Mastrèo

Ecouter l’article.

Alors que la qualité de l’information s’effondre, du fait que les médias corporatistes et traditionnels s’adonnent aux "Fake News", les Etats-Unis et leurs alliés les plus aveuglés en occident perdent devant la montée des médias russes et chinois. Les supports indépendants qui travaillent, malgré le manque de ressources. Et les nouveaux canaux dits "alternatifs" que Trump a osé citer, s’aménagent du terrain. Les espaces des réseaux sociaux du Net exercent une nouvelle attraction.

Un communiqué d’un média chinois (lire ICI)nous montre désormais que l’expulsion de journalistes, pour les faire taire, est bien plus une pratique américaine qu’ailleurs. Les agents qui « démocratisent » à coups d’articles et de couvertures de faits, des pays dont les despotes s’accrochent à leurs trônes sans songer à céder au prochain le pouvoir, sont partout. Ils désignent par la locution « main étrangère », les paroles libres de leur contrôle.

- Le journalisme de Wikileaks, face aux médias corporatistes devenu biens des riches.
mercredi 22 mai 2019

Les Etats-Unis s’y adonnent à la traque des journalistes qui dérangent, depuis toujours. C’est même le pays de la « black-liste ». Un répertoire dressé pour la censure au temps de la guerre du Vietnam ou l’invasion de l’Irak, qui sont 2 exemples parmi des dizaines. La sphère des dénonciateurs des pratiques anciennes, maintenant entre les mains des capitaux, a toujours résisté et se renouvelle à chaque époque.

Cette 1ère puissance économique du Monde est, en dépit du 1er amendement de sa constitution, la plus redoutée, pour avoir chassé des correspondants de presse, notamment ceux venant de l’étranger. La vie de Julian Assange nous parle. L’affaire de Wikileaks nous apprend que les gros titres jouent le jeu des "infox" avec une souplesse dévouée au plus offrant.

Certainement que la guerre froide a repris, avec l’émergence de la Chine. Mais ceux qui s’opposent à l’hégémonie américaine, car les autres pays européens ils se font dépouillés de richesses sans brancher, ne sont pas en Europe. Même ceux qui font figures de modèles démocratiques se taisent pour éviter la colère du grand empire.

- Le redoutable William Blum est décédé, le plus critique de la politique étrangère des Etats-Unis
vendredi 14 décembre 2018

Il y a des cadres, notamment français, qui tentent d’expliquer et d’exposer les crimes économiques subis par leurs pays. Certains sont appréhendés par la justice américaine qui les condamne, tel Fréderic Pierruci d’Alstom… Son histoire racontée comme biographie tronquée en une aventure aux USA, instruit les lecteurs du grand silence médiatique.

La CGTN-news, anciennement CCTV-9, de la télévision publique chinoise, consacrée exclusivement aux informations en anglais et qui diffuse H-24 recueille les foudres des décideurs américains. Elle se demande si la liberté d’expression et de la presse est vraiment vigueur, car c’est son personnel qui est actuellement censuré aux Etats-Unis. Mais où dans ce cas RSF.

Avec sa branche internationale la télévision publique chinoise, emploie du personnel dans plus de 70 pays, dans cette chaîne. Ses bureaux ont des travailleurs locaux et chinois, avec des staffs de journalistes qui focalisent leurs éditoriaux sur les intérêts chinois dans les échanges et la diplomatie. Bien que les cadres sont chinois et ont le dernier mot sur les questions d’interprétations et d’expositions de l’actualité, il y émerge certaines individualités.

- LES USA - Etats-Unis.

Alors que les ONG et les services secrets occidentaux tentent par tous les moyens de déstabiliser, les pays qui dérangent l’establishment occidental. La pression sur les journalistes américains pour ne pas citer Cuba, maintenant c’est plus gravement envers la Chine, le contrôle est plus imposé. Les Américains doivent remplir obligatoirement un questionnaire s’ils travaillent avec ou à la CGTN.

Il y a quelques semaines, mi-mars 2020, la Chine a annoncé qu’elle expulserait des journalistes du New York Times, du Wall Street Journal et du Washington Post. Une escalade majeure des tensions avec Washington. Mais qui parle du contraire ? Une crise a l’air, par cette décision qui a été largement condamnée par les organes de presse internationaux, de gonfler.

« Les États-Unis prennent cette mesure (de liquider afin de communiquer clairement la gravité de nos préoccupations concernant le traitement abusif, injuste et non réciproque de la presse internationale en Chine… », a déclaré un responsable du Département d’État lors d’une conférence de presse tenue le 8 mars devant un parterre qui semble acquis au fait.

CCTV News.png
Par CCTV — http://cctv.cntv.cn/englishnews/, marque déposée, Lien

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don