POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, (...) > Russiagate : des mois d’accusations, pas de collusion de Trump avec la (...)

Russiagate : des mois d’accusations, pas de collusion de Trump avec la Russie



Le dernier rapport, résultant de l’investigation croisée à moult témoignages, fait "Pshitt !"


vendredi 19 avril 2019
par Azouz Benhocine


C’est une saga médiatique et judiciaire qui se termine aux Etats-Unis dans son "flop", comme un pétard mouillé qui n’éclate pas. D’ailleurs, en janvier 2018, à la Maison Blanche, le président Trump avait déclaré à la presse qu’il était "impatient" de s’asseoir face à M. Mueller pour être publiquement questionné. Et qu’il "souhaiterait le faire le plus tôt possible", se vantant même qu’il le ferait sous serment.

Voir en ligne : Notre dossier Donald Trump

Un document de 430 pages a été dressé, comme un constat, pour mettre fin, ou du moins en partie, à la procédure qui incriminait tant l’actuel président que la Russie. Pour rappel, il y a quelques semaines, en février dernier, Michael Cohen, ex-avocat de Trump, devenu son ennemi, était interrogé sous-serment par les membres du congrès. On s’attendait aux preuves, aux charges...

Des copies de sa déposition écrite adressée aux commissions du Congrès par Michael Cohen, ont été, en préalable à son audition, ont été remises à la presse, pour en développer l’idée de destitution pour connivence avec la Russie. On en retient que l’invective : «   raciste, menteur et escroc   », les détails étaient bien vagues !

- Nos articles sur les USA ¤ Etats-Unis.

Soupçonné Donald Trump d’avoir essayer d’échapper aux enquêteurs rappelle les limogeages qu’il a effectués sans moindre remords ou hésitation. Du directeur FBI,James Comey ainsi que que du directeur de sa campagne électorale Corey Lewandowski qui avaient été dans des fonctions clés, après son arrivée au pouvoir. Manifestement il s’est débarrassé de boulets qui auraient servi pour compromettre son avenir.

Aux Etats-Unis où sommeille une démocratie qui se demande si elle s’est faite vandalisée par la Russie ou bien par le richissime entrepreneur, un nouveau rapport reconnaisse qu’un président en exercice ne peut être mis en accusation, il mentionne également la capacité du Congrès à enquêter et à le destituer.

C’est l’enquête, la plus surveillée, qui est arrivée à l’épilogue que « Les preuves ne sont pas suffisantes pour prouver que les sessions ont sciemment donné de fausses réponses aux questions de la Russie à la lumière du libellé et du contexte de ces questions. »

Donald Trump Jr, Jared Kushner et les autres membres du personnel de la campagne sont blanchis. Leur rencontre de juin 2016 à la Trump Tower avec un avocat russe, n’a rien du délit. La dernière note, de l’un des enquêteurs des plus scrutés des Etats-Unis, finit avec le dogme de l’adversité hérité de la guerre froide.

- Nos articles sur la Russie.

Bien que le procureur spécial, qui conduit de 2017 à 2019 l’enquête sur l’affaire du « Russiagate », est d’une infaillible compétence, sa conclusion a détruit la thèse de l’establishment qui préconise la main étrangère, voire du Kremlin, qui aurai installé le locataire de la Maison Blanche, le plus honnis.

Le rapport conclut en fin de compte : «  Contrairement aux affaires dans lesquelles un sujet obstrue la justice pour dissimuler un crime, les preuves que nous avons obtenues n’établissent pas que le Président a été impliqué dans un crime sous-jacent lié à l’ingérence russe dans les élections  ».

Le rapport qui a pris le nom de l’ancien directeur du FBI, a aussi retiré toutes menaces qui atteindrait la présidence de Donal Trump. Notamment le refus de poursuivre le fils aîné et le beau-fils du président pour violations du financement de la campagne électorale. Ce qui advient faute de pouvoir prouver qu’ils avaient "délibérément" violé la loi.

Robert Mueller, ex-directeur du FBI et procureur spécial, il conduit de 2017 à 2019 l’enquête sur l’affaire du Russiagate. Director Robert S. Mueller- III.jpg
Par Federal Bureau of Investigationhttp://www.fbi.gov/about-us/executives, Domaine public,

Répondre à cet article