POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les Casques Blancs en Syrie : Tueurs la nuit sauveteurs le jour !



De faux humanitaires sélectifs dans leurs sauvetages à membres des hordes criminels


samedi 29 décembre 2018
par Azouz Benhocine


En donnant priorité à l’éviction du régime baâthiste syrien, Populi-Scoop n’a pas lésiné sur la dénonciation de l’islamisme et son bras armé. Mais se concentrer uniquement sur le départ et la défaite pouvoir dynastique de Bashar El-Assad, oblige ou entraîne à apporter de l’aide aux maîtres de la cruauté. Ils ont gavé les médias de leurs spectaculaires horreurs. Cependant l’anonymat des têtes couvertes et visages masqués ne donnait point d’indications sur les auteurs. Ceux qui agissent en toute légalité côté opposition commettent des crimes et leurs victimes sont adversaires.

Voir en ligne : Notre dossier Syrie

Le mystère des « casques blancs » en Syrie commence à être déchiffré, malgré que sa devinette n’était si alambiquée. C’est certainement le sujet journalistique qui mérite bien une investigation, surtout le Moyen-Orient et ses conflits est un cadre qui attire nombreux reporters et analystes. Car une organisation surgissant en plein crise, suscite moult questionnements pour sa médiatisation avec en prime l’essentiel se résumant à : qui est derrière ?

L’occasion d’en parler nous est donnée, uniquement après Ils se font connaître par « La Défense civile syrienne », un débat, de plus d’une heure, leur a été consacré à l’ONU le 20 décembre 2018. Mais peu de médias occidentaux en parlent, malgré que l’instance internationale n’est de moindre importance. L’omission n’est pas due à l’absence des journalistes, non…

- Idleb devant l’offensive qui peut faire l’épilogue de la catastrophique crise en Syrie 3 septembre 2018

Vidéo du direct de la réunion de l’ONU sur les "casques blancs" syriens que les médias ne citent pas...

En plus l’évolution de la situation en Syrie continue dans le sens inverse que les aspirations du peuple venues en 2011. Le despote crie au complot ourdi à l’étranger et ses opposants reculent encore plus, après épousé la cause islamo-terroriste fomentée par les monarchies arabes de la région et leurs soutiens, voire financiers et initiateurs, occidentaux en mal de légitimité suite à leurs ingérences.

Les bénévoles de la population, sortis de l’anonymat sous l’appellation « Casques Blancs » ont largement sur la communication par vidéos que par la mission humanitaire mijotée sans moindre humilité au temps de conflit. Les images poignantes relayées sur les réseaux sociaux, montrent ces Syriens, casques sur la tête, après bombardement russe. Ils extraient des survivants, les enfants bien filmés, sortis des ensevelissements.

La vénération des casques blancs par les ONG, auxiliaires dans les opérations d’ingérence, et plus lamentablement par les médias corporatistes et traditionnels, devient une collaboration dans des crimes guerre. Car la vérité, sur ces volontaires présentés comme humanitaires effectuant des sauvetages, sur les agissements de ses sauveteurs pousse aux questionnements, à moins qu’il faut fermer les yeux. Puisque d’autres les présentent en anges...

Abu Mohanad Al Mahamid, dirigeant du centre Casques blancs de Daraa Al Balad, s’entretient avec Vanessa Beeley le 20 septembre 2018. (Photo : capture d’écran de la vidéo de l’interview)

- La dernière bavure d’Obama, avant son départ, en Syrie... 19 septembre 2016

Le culte des Casques blancs entre dans le système quasi connu. Avec des soutiens diversifiés, bien huilés et financés par des fonds multilatéraux, venant de plusieurs caisses qui déversent des fortunes, en privant leurs peuples de la paix et de la délivrance sociale, ces factions éclipsent généralement de plus dévoués dans les actions de secourismes de la population en détresse.

L’un des premiers financiers des "Casques Blancs" est le ministère des Affaires étrangères du Royaume-Uni. Il dispose de département officiel alimenté par le denier des contribuables, qu’est Fonds pour les conflits, la stabilité et la sécurité (CSSF). Qui lui n’est gère destiné à l’aide humanitaire, mais à défendre la ligne de la politique étrangère du pays. Selon Vanessa Beeley qui a enquêté sur ce groupe, entre 2013 et 2016 2013 19,7 millions de £ ont été mobilisés pour la Syrie et uniquement cette cause, non compris l’action militaire.

Fille de diplomate, la blogueuse anglaise qui vit en France, est réputée pour ses investigations ainsi que pour les informations alternatives qu’elle rapporte. Elle a enquêté sur ce groupe et a interviewé un de ses membres, lire ICI Pour elle, les "casques blancs" ne se différencie pas des autres groupuscules terroristes. «  Un membre du groupe Casques blancs a été filmé en train de grimper sur les corps brisés et ensanglantés des soldats, tandis que l’un des membres du groupe armé tenait la tête coupée en triomphe.  » raconte-t-elle...

AbdulAziz Maghrabi assis au centre, avec les combattants d’Ahrar Al Sham et Abu Amara. (Photo : page Facebook du Maghrabi)

Répondre à cet article