POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Insolite, informations atypiques, monde, étrange, inexplicable, réalité, (...) > 2 palestiniens décèdent à Alger, mystère autour d’un accident domestique

2 palestiniens décèdent à Alger, mystère autour d’un accident domestique

Rien n’est fortuit dans des situations où l’élimination sert des desseins publiquement révélés...

mardi 24 juillet 2018
par Rebel Kazimir


Pour un sioniste impliqué dans la colonisation en Palestine, la mort d’un ressortissant de la population qui gêne l’occupation, est une mesure de défense nécessaire pour Israël. L’élimination de scientifiques palestiniens est le jeu préféré des agents du Mossad. Les actes d’extermination, de ces derniers, sont souvent justifiés par l’appartenance à la résistance, qualifiée de terrorisme. Pour réjouir la galerie, présenter à travers les médias de scientifiques des personnes instruites fait la bonne affaire du Mossad...

Voir en ligne : Notre dossier PALESTINE

Les tueurs du Mossad sont intéressés par la non-détection de leur présence en Algérie. Ce pays est périlleux pour agir, du fait du savoir-faire de ses services secrets, notamment sur le terrain intérieur, où on ne sait pas qui est qui ? Si une main quelconque a déclenché la fuite du gaz à partir d’un réchaud pour tuer deux palestiniens à Alger, elle serait sans conteste celle d’agents israéliens.

Les exécutants agissant pour le compte de l’Etat hébreu ne se gêneraient jamais de tuer l’ennemi, même le plus insignifiant protagoniste. Certains ont été abattus gratuitement, parce que pris pour des palestiniens. Lors de la traque du commando qui a massacré les athlètes israéliens à Munich en 1972, qui a été sujet d’un film de Steven Spielberg, un barman marocain a été flingué explicitement à Stockholm. La police suédoise a donné son identité ainsi que la trace du Mossad. Sa famille a reçu des excuses, mais après coup…

Les avis sont partagés entre un coup du Mossad, les services secrets israéliens, ou bien juste un accident domestique. La mort de deux Palestiniens, originaires de Khan Younis dans la bande de Gaza, dans la capitale algérienne, présentés comme des scientifiques, ne trouve de présomptions exactes. L’inhalation de gaz est à l’origine de leur mort. Loin s’en faut, ce n’est pas la main criminelle des colonialistes du sionisme qui les a tués, d’après les déclarations d’officiels palestiniens. Certains médias algériens disent que ce sont des membres du Fatah.

Dans l’après-midi du dimanche, 22 juillet, la découverte a choqué l’opinion locale, en commençant par les voisins qui disent avoir senti l’odeur du gaz. En effet les effluves ont atteint les parages de l’appartement, dont l’adresse n’a pas été révélée. L’habitat est loué au nom de l’un d’eux : Suliman al-Farra qui, étudiant en science politique, est le représentant de l’ensemble de la communauté estudiantine palestinienne en Algérie.

Le second est Mohammed Albana, médecin de profession séjournant en Algérie officiellement pour suivre une spécialisation. Il devait continuer ses études en Europe et attendait un visa. C’est à partir d’une recherche de la famille de ce dernier que la découverte a été aussi faite. Dans l’appartement, l’un gisait au sol, certainement asphyxié après avoir perdu connaissance. Et l’autre était allongé, sans vie, sur le lit de l’une des chambres.

Des médecins cubains au nombre de six sont morts dans de pareilles circonstances, de fuite de gaz. Mais dans une telle situation, les soupçons, que nombreux médias se sont précipités de formuler, se dirigent sur le Mossad. L’ambassadeur de la Palestine en Algérie, Loai Issa, a affirmé qu’il n’y avait pas eu d’acte criminel dans cette affaire.

La presse internationale a présenté les deux victimes comme des savants ou des scientifiques, or il s’agit bien de palestiniens originaires de Gaza mais simplement un médecin et un étudiant en science politique. De même qu’il s’agit d’une suffocation accidentelle, survenue certainement en plein sommeil, qui a pour origine le gaz à usage domestique.

palestiniens, amb. Pal. Alg.L’ambassadeur de Palestine à Alger, Louaï Aïssa. New Press.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article