POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.

Accueil > High-tech / Sciences > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > Avancée scientifique pour toute collusion de la Terre avec un (...)

Avancée scientifique pour toute collusion de la Terre avec un astéroïde

Du cinéma à la réalité, voilà comment la NASA et l’ESA s’exercent en cas où...

jeudi 13 juillet 2017, par N.E. Tatem

D’innombrables scénarii cinématographiques se sont intéressés au sujet de la collusion d’un astéroïde avec la Terre. Aussi, la plausible des thèses sur l’extinction des êtres du Jurassique, même si elle peut être démentie par une autre théorie, comme une rupture de la chaîne alimentaire de l’époque ou bien la dissémination d’un microbe ravageur de toutes les espèces, inspire à ce que le désastre revienne, du fait du mouvement imprévisible et méconnu des astres célestes.

La fin des dinosaures, causée par un élément des objets qui se baladent dans l’espace sidéral, retenue actuellement par les scientifiques, a augmenté la probabilité que la catastrophe se reproduise. Comme les moyens de scruter l’univers se sont grandement améliorés, l’humanité compte vraiment éviter son extinction avec un tel incident. La recherche y travaille pour sauver les habitants de notre planète du péril popularisé par le 7ème art. - {{La fusée révolutionnaire pour atteindre des planètes lointaines}} 25 février 2017 Même si cette possibilité est sans aucun doute assez rare, la {{NASA}} a décidé d’être préparée à l’éventualité, avec son programme appelé "AIDA", à {{consulter ICI}}. Ce dernier consiste à une évaluation de l’impact et d’opérer la "{{déflection}}" (qui s’écrit aussi "déflexion" et signifie changement de direction) de tous astéroïdes. La découverte d’un risque d’entrer en collusion, de ces derniers, avec la Terre, est, comme dans les films, de faire en sorte d’éviter le contact dévastateur. C’est avec une collaboration internationale, entre l’Agence spatiale européenne ({{ESA}}), la {{NASA}}, l’Observatoire de la Côte d’Azur ({{OCA}}) et le Laboratoire de physique appliquée de l’Université Johns Hopkins {{(JHU / APL}}) que ce projet entame désormais sa nouvelle étape. La conception d’une opération pour tester si réellement il est possible d’atteindre l’objet et de le dévier de sa trajectoire ? - {{ExoMars : l’Europe & la Russie pourchassent la vie imaginaire}} 13 mars 2016 En expérience véridique, qui n’est pas une simulation en imagerie artificielle, le duo "{{Didymos}}", un astéroïde Apollo binaire potentiellement dangereux découvert le 11 avril 1996 par Spacewatch à l’observatoire de Kitt Peak. Il servira pour cette démonstration réelle. Se préparer à l’évitement d’une tragédie qui peut détruire les principales formes de vie qui lui seront inéluctablement exposées, est devenue donc une réalité. L’utilisation du couple, Didymos et son satellite, dans l’expérience préventive s’y prête. Et gr ce aux connaissances qui concernent ce couple, dont disposent les milieux scientifiques, se présente comme un site d’expérimentation. L’astéroïde primaire fait environ 800 m de diamètre. Son satellite est d’un peu moins de 160 m et évolue sur une orbite distante d’environ 1,1 km du primaire. La période de rotation de Didymos est rapide, soit 2,26 heures. Il a une densité qui n’est que de 1,7 ± 0,4 kg/m3. - {{Barack Obama écrit un éditorial sur la conquête de la planète Mars}} 11 octobre 2016 Cet astéroïde est l’un des plus facilement accessibles depuis la Terre. Il convient pour sa catégorie d’après la taille, nécessitant un delta-v de seulement 5,1 km/s. Il aura rendez-vous avec une sonde spatiale, à comparer aux 6,0 km/s nécessaires pour la Lune. Officiellement, il est la cible de la sonde {{AIDA}}, proposée par l’Agence spatiale européenne et la NASA, dans le cadre des préparatifs d’évitement du danger. C’est déjà le teste qui permet de voir plus facilement les résultats de l’impact, pour veiller à ce que l’expérience change pas l’orbite de la paire qui se déplace avec la terre autour du soleil. La sonde, de la taille d’une cuisinière domestique, devrait frapper l’astéroïde à environ 6 kilomètres par seconde. Ce qui théoriquement peut changer quelque peu son orbite. Les scientifiques surveilleront donc les changements pour déterminer l’effet exact d’une telle technique. {{On attend les résultats !}} - {{Marche pour la science : mobilisation des sauveurs de la Terre et de l’humanité}} 22 avril 2017{{{Comment est prévu ce projet "AIDA" visant {{Didymos et son satellite.}}}

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


Articles les plus lus.
  1. Fetwa d’Ahbab Errassoul en Mauritanie contre Aminatou 2014-06-23 19:28:50 - 117966 visites
  2. Carte professionnelle aux artistes et auteurs algériens, un acquis social... 2015-02-16 23:42:03 - 35590 visites
  3. Wikileaks avertit sur 140 choses que les journalistes ne devraient pas dire à propos d’Assange 2019-01-09 19:58:33 - 33763 visites
  4. Guerre sans issue contre la Russie accusée d’avoir la main sur la Maison Blanche 2018-12-18 18:04:55 - 32743 visites
  5. Grève des enseignants algériens, l’incurie des sous-valeurs traditionnelles 2015-03-04 15:01:37 - 29825 visites
  6. Les USA quittent les instances de l’ONU pour les violations des droits de l’homme 2019-01-05 14:26:17 - 29762 visites
  7. MALI (Maroc) : Mouvement alternatif pour les libertés individuelles 2010-01-08 11:04:24 - 29126 visites
  8. Les horreurs scientifiques de la CIA, même Frankenstein n’avait pas tant imaginé 2018-12-12 12:52:26 - 27529 visites
  9. Gaza totalement clôturée, le but du bagne à ciel ouvert est atteint par les sionistes 2019-01-03 20:25:59 - 26908 visites
  10. Etats-Unis et France : plus de visiteurs du sondage sur présidentielle 2019 en Algérie 2019-01-03 16:28:55 - 26221 visites
Soutenir par un don