POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Changement climatique au Sahel, le cycle de la mousson...



L’augmentation des précipitations au Sahara selon la météorologie...


mardi 27 janvier 2015
par jaco


Le changement du climat au Sahel est cyclique, il passe quelques décennies en aridité puis s’en suivent d’autres plus humides. Cela commence à s’expliquer avec les suivis des relevés modernes de la température et de la pluviométrie. Ils s’apprêtent à vérifier que les changements climatiques entament le retour des précipitations localisées sur l’ensemble du Sahel...

Dans une étude commune entre le CNRS (Centre national de la recherche scientifique : France ) et ONM (Office national de la Météorologie) en Algérie qui ont exploité les données des observations (enregistrées) pendant 30 ans. En les collationnant avec des analyses de modèles globaux de prévision météorologique, le changement climatique qui va toucher le Sahara, est prêt à le rendre plus arrosé avec des précipitations dans l’avenir. Un cycle arrive...

Une approche scientifique qui commence à être confrontée, par l’approche édictée par les relevés de la température, en baisse par rapport aux archives des années antérieures. Ils sont traités par la Scripps institute of oceanography (SIO, États-Unis) d’une manière globale. En cette saison, toutes les régions du Sahel connaissent un retour de cycles plus pluvieux, suite à des condensations des vapeurs d’eau marquée par le réchauffement climatique au sol.

Dans l’exposé intitulé : « Effet de serre au-dessus du Sahara et précipitations au Sahel » publié par la revue Techno-sciences.net, il est indiqué que la région du Sahel en Afrique de l’Ouest connaît des variations décennales de ses périodes de sécheresse avec de fortes précipitations estivales. Toutes la dernière décennie est marquée, à chaque an, par la progression des pluies.

Parmi les pays de la région, ce sont seuls les données produits par ONM (Office national de la Météorologie) algérien qui ont permis d’établir de telles conclusions. Comme le montrent les indications de l’image ci-dessous, concernant les villes d’In-Salah et Tamenrasset, où ont eu lieu les enregistrements.

30 ans de relevés météorologiques. Avec cette image vous accédez au site-Web Techno-science. (a) Séries temporelles, pour la période juillet-août, de la température de surface moyenne dans la région de la dépression thermique saharienne (7°W-5°E / 20°-30°N), issues de ré-analyses MERRA (noir) et des observations réalisées à Tamanrasset (vert), In Salah (rouge) et Bordj Mokhtar (bleu). Les lignes fines correspondent aux séries brutes et les lignes épaisses aux séries filtrées à 5 ans.

(b) Séries temporelles de précipitation moyenne saisonnière (juin-septembre) au-dessus du Sahel (18°W-20°E / 11°-17°N). La ligne fine correspond à la série brute et la ligne épaisse à la série filtrée à 5 ans. Dans les deux cas, les anomalies sont calculées par rapport aux valeurs moyennes sur la période (1980-2010).

Les résultats montrent qu’au cours de ces dernières années, la reprise progressive des précipitations au Sahel coïncidait avec le réchauffement de l’atmosphère dans la région de la dépression thermique saharienne.

Ce mécanisme cyclique important, même s’il n’est pas exclusif, agit avec un contrôle de l’intensité de la dépression thermique saharienne et a donc pour conséquence des précipitations au Sahel.

Dans cette image, le mouvement de la zone bleue vers le nord en 2015...

Répondre à cet article