POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le film qui explose les conflits latents.



Les islamophobes provoquent des colères à effet mondial !


jeudi 13 septembre 2012
par Damien Djamel Bouch’Raf


La colère s’amplifie contre les USA dans le monde musulman suite au film intitulé « Innocence des musulmans », réalisé par un mystérieux israélo-américain se disant promoteur immobilier. Les minorités fanatisées, et soutenues par des opinions n’ayant souvent jamais vu ou su qu’en est-il exactement de cette provocation, sont passées à l’action. Bien en retard aussi, après 2 mois et demi, que la chose prétendant au cinéma existait sur You Tube...

Les Frères Musulmans égyptiens ont diffusé sur la télé cairote des extraits en matinée du mardi 12 septembre, voir plus bas comment ils ont été manipulé à partir des USA. Puis dans l’après-midi, des manifestations éclatent dans la capitale devant l’ambassade américaine. La mèche allumée et la traînée de poudre a pris feu...

Simplement, c’est une œuvre de propagande comme en recèle Internet de bien nombreuses aussi écœurantes, les unes que les autres, et d’une platitude d’amateurs pouvant aussi écorner des sensibilités. L’islamophobie devenue le thème majeur des relations internationales, et aussi le jeu préféré pour les idéologies du "Clash des civilisations". Les violences obscurantistes que partage Al Qaeda avec les cercles réactionnaires et "traditionnalistes" de certains croyants, méchants et égarés, sont comme planifiées...

Quelque soi la prétention philosophique (voire idéologique) dont il distille le venin, ce film qui ressemble plus à un casting, au regard de sa durée rendue public depuis des semaines, associe la question de la liberté d’expression et aussi interpellent sur les problèmes politiques mondiaux. Une affaire qui rappelle les caricatures danoises de 2005.

Une première remarque mérite d’être précisée : la vidéo était visible sur YouTube au début depuis début Juillet –le 2 du mois-, sans se faire remarquer par le large public. Et après avoir longtemps échappée à l’attention des internautes, elle a fini par trouver son auditoire, sinon son plein succès.

Seul un extrait, de 13 minutes actuellement visible sur le Web (voir ici-bas) en versions anglaise et arabe, a mis le feu aux poudres. Les promoteurs de ce film parlent de 60 acteurs, mais rien n’est encore vrai… En après-midi de mardi le 12 septembre, devant l’ambassade américaine au Caire, la manifestation est virulente avec 2000 personnes. Dont quelques unes ont escaladé la façade puis arraché le drapeau USA pour le remplacer par un étendard noir proclamant : « Il n’y a qu’un seul dieu et Mahomet est son prophète ».

… Quelques heures plus tard une manifestation à Benghazi en Libye, a pris d’assaut le consulat américain. Une horde d’une centaine de « salafistes » ou « extrémistes » lourdement armés au point que les services réguliers n’ont pas tenu devant le déchaînement de leurs arsenaux, l’attaque est comme programmée ? Après avoir mis le feu au lieu, les individus ont disparu. L’ambassadeur des Etats-Unis a été tué avec 3 autres employés de la représentation américaine.

Extrait :

Le lendemain, mercredi, des manifestations ont eu lieu en Tunisie et au Maroc, dispersées par les services d’ordre sans dégâts. Mais la vague de protestations qui se lève dans le monde musulman, où l’intégrisme tient sa veille pour passer à l’acte afin de semer des violences et lancer des agressions, est redoutée. Encore plus dense et menaçante, elle continue de se propager à tous les pays. Ce film a aussi gagné son effet sur la scène internationale.

Parmi les officiels qui se sont déjà exprimés, dans la soirée de mercredi, le président afghan Hamid Karzaï et l’Egyptien Morsi ont dénoncé le film. L’une des manifestations attendue est celle de l’Iran programmée pour le jeudi 13 septembre. Barack Obama de son côté, certainement indisposé en plein campagne électorale, a condamné le crime dont a été victime l’ambassadeur et a promis que justice sera rendue. Un groupe de militaires américains, marin’s spécialisés dans la traque des terroristes, a été dépêché sur place.

Si seulement 13 minutes du film sont visibles et ont fait le buzz, le réalisateur répondant au nom de Sam Bacile qui est certainement un pseudonyme, reste un inconnu. Il a aussi fait la promotion sur de non-moindres importants titres de la presse américaine dont le « Wall-Street Journal », où il qualifie « l’islam en cancer » et prétend que le film dure deux heures et a été financé par une centaine de donateurs juifs. Aucune trace n’a été trouvé du projet, ni de la personne alors que la levée de fond, dite par la presse, est de l’ordre de 5 millions de dollars.

Le prétendu cinéaste se dit en clandestinité et de nouvelles questions apparues quant à son identité. Aussi bien les Etats-Unis qu’Israël ont déclaré n’avoir trouvé aucune trace du nom de Sam Bacile.

La vidéo était restée inconnue depuis juillet, jusqu’à ce que un certain Morris Sadek, copte égyptien vivant aux Etats-Unis et proche des milieux islamophobes dont le pasteur Terry Jones, en a fait la promotion. Avec l’aide des frères musulmans qui ont montré à la télé égyptienne les extraits en question de You tube, c’était en matinée des manifestations du Caire.

Ce pasteur américain avait créé la polémique en brûlant des exemplaires du Coran ou en s’opposant à la construction d’une mosquée à New York. Il a apporté son soutien à cette production, et compte en diffuser des extraits dans son église. Il s’est fait connaître avec ces gestes qui ont créé des manifestations en Afghanistan, en 2010, qui ont causé la mort de soldats américains.