Accueil > Humanité > Explosion démographique, disparités & avenir de la Terre.

Explosion démographique, disparités & avenir de la Terre.

Contrôler les naissances, éternelle leçon de la Chine à l’humanité.

dimanche 24 avril 2022, par Rebel Kazimir

Ce n’est pas le surpeuplement de la Terre qui est grave ou est le premier danger à l’existence et l’avenir de l’espèce humaine, en dépit d’explosion démographique. Mais bien les activités auxquelles s’adonnent les personnes et l’effet néfastes qu’elles ont sur la planète et qui la rendront à terme invivable. Déjà la crise climatique frappe aux esprits mobilisant jeunes et scientifiques.

On savait que la gestion des territoires a des incidences sur les personnes qui y vivent ainsi que pour l’avenir des prochaines générations. Mais ces dernières seront aussi confrontées au surpeuplement de la planète. Elles cohabiteront dans une pression démographique qui n’est réellement pas le gros problème devant la surconsommation aux conséquences catastrophiques.

Plus de 13000 scientifiques pétitionnent pour freiner la démographie.
24 juin 2020

La question de la surpopulation est globale et plusieurs paramètres entrent en compte pour la gérer. Les datas de l’ONU nous apprennent le destin qui nous attend. C’est pour cela que même des sciences y sont consacrées à ce qui est l’explosion démographique présumée depuis des années déjà. Mais ce n’est pas le fait que les personnes soient nombreuses qui est fatal. Mais les modes d’existence qui ne préservent pas la planète qui, chaque jour de plus vécu ensemble, par ses néfastes conséquences écologiques, devient le danger.

Le regretté écologiste Pierre Rabhi, pointant davantage du doigt la mauvaise répartition des ressources disponibles, disait : «  Un cinquième de l’humanité consomme les 4/5e des ressources produites. Ce serait très pernicieux d’invoquer la démographie pour dire qu’on ne va pas s’en sortir. Non ! Plusieurs milliards d’humains ne s’en sortent déjà pas.  »

Nous sommes environ 7,9 milliards d’êtres humains en 2022. Alors qu’il a fallu 200 000 ans pour constituer le milliard, seulement 200 années ont multiplié par 8 le nombre d’âmes. Chiffre qui sera atteint dès la prochaine année de 2023. Pour nourrir cette croissante population qui n’est pas localisée mais mondiale, il faudrait développer une agriculture de plus en plus intensive et industrielle.

Ce qui a des conséquences comme la libération de composés néfastes (CO2, méthane, nitrates) ce qui est grave pour l’environnement. Et pour l’Homme, les effets sont davantage de maladies transmissibles de l’animal à l’humain, le 1er est consommé par le second. Les populations vulnérables sont plus susceptibles de développer des maladies par manque de soins de santé. COVID-19 a montré les disparités sanitaires entre les régions du Monde.

11 juillet : 50 ans que la planification familiale est critère des droits de l’Homme
12 juillet 2018

Avec la mauvaise répartition des richesses, les pays, où la croissance démographique persisterait, présenteraient par ailleurs une faible espérance de vie. Les estimations sur l’ampleur des inégalités indiquent que la moitié la plus pauvre de la population, l’équivalent de 3,5 milliards de personnes en 2015, était responsable de 10 % environ des émissions de CO² mondiales totales.

Ce qui est dû à la consommation individuelle de l’habitant. Alors qu’elle vit dans les pays les plus vulnérables au changement climatique. Le scénario catastrophe est manquer de nourriture de qualité et d’eau. Notre article, sur la bonne nutrition, est des plus lus sur notre site.

Avec l’épuisement des ressources de l’or bleu (l’eau potable notamment), le rejet d’eaux usées sans traitement et les décharges d’ordures, l’hygiène pourrait devenir problématique. En outre, les taux de criminalité pourraient aussi être augmentés par l’expansion de la pauvreté. Surtout en l’absence de régulation...

En effet, L’avenir des 11,2 milliards d’âmes en 2100 ne sera pas reluisant avec les disparités déjà criardes et tendent à se pérenniser. Ce n’est pas exactement l’augmentation de la population qui alimente une inquiétude chez les prévisionnistes. Mais les conditions qui s’établissent déjà depuis des siècles, en différenciant dominants et laissés pour compte.

Car l’humanité ne se prépare pas bien, en dépit des alertes des jeunes et des scientifiques sur la détérioration de la maison commune, notre planète. Les angoisses qu’il y ait davantage de naissances que de décès dans le monde n’est pas le problème, car les familles sont moins nombreuses que par le passé. C’est la continuité de la croissance démographique qui est sur une lancée de mauvaise répartition...


Voir en ligne : Population & Démographie

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?