POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Député du Knesset poursuivi pour crime de guerre en Espagne, obligé d’annuler son voyage.



Plusieurs pays européens n’accueillent plus les criminels de guerre israéliens...


lundi 1er novembre 2010
par jaco


Obligé d’annuler sa visite en Espagne, un député israélien du parti Kadima est accusé de crimes de guerre. Il n’est l’unique personnalité de l’Etat hébreu à être privée de mouvement, même dans le cas de rapports diplomatiques internationaux, logiquement protégés par l’uminité, ou de démarches pour la paix... Il s’agit d’un grand criminel communément désigné parmi les faucons et rapaces de Tsahal.

Nombreux anciens responsables sans protection, d’immunité diplomatique, ne peuvent plus se déplacer. Mais certains pays, comme la France et les USA, continuent d’entretenir des complicités avec des criminels de guerre totalement bannis ailleurs.

Il s’agit de Avi Dichter, ancien président des services de renseignements israéliens "Shabak". De crainte d’être arrêté pour crimes de guerre contre les Palestiniens dans la Bande de Gaza, son dossier est plus lourd que d’autres criminels avérés parmi ses collègues. Il s’agit bien d’un cas de criminel de guerre qui peut être considéré, si une morale humaniste puisse exister, comme celui dont les mains et l’esprit sont totalement salis.

Le journal israélien Yediot Ahronot a rapporté, dans son édition de mardi 28 octobre, cette information. Alors que rares les médias internationaux, notamment occidentaux pleinement en connivence avec cette illégale colonisation, ne s’y sont intéressés.


Diaporama : Palestine - Diaporama

Avi Dichter, député du parti Kadima siège au Knesset sioniste, a été obligé d’annuler sa visite en Espagne. Car le ministre des étrangères espagnol ne lui a pas assuré qu’il sera pas arrêté et poursuivi. Les contacts pris par les services du ministère des affaires extérieurs israéliens n’ont pas réussi à garantir l’impunité. Contrairement à ce qui se passe dans certains pays occidentaux, dont la France et les USA où les complicités sont tellement établies dans les rouages étatiques.

Depuis l’année 2009, nombreux responsables israéliens et particulièrement les généraux à la retraite ont dû annuler des voyages en Grande-Bretagne pour l’accusation crimes de guerre. Au Royaume-Uni, les lois permettent à tout citoyen de déposer plainte et d’ouvrir une action en justice contre quiconque. Si les faits portés par la plainte sont authentifiés, le jugement peut avoir lieu. Tzipi Livni a annulé son voyage à Londres, en décembre 2009, alors qu’elle devait assister à une réunion de la fondation nationale juive d’Angleterre.

Cette vidéo met en évidence "LES CRIMES DE GUERRE A GAZA"


Gaza : l’évidence de crimes de guerre
envoyé par Amnesty_France. - Regardez les dernières vidéos d’actu.

Selon plusieurs sources qui ont tenté de décrypter cette information qui reste peu répandue, à l’instar de celles du même genre, Avi Dichter répondait à une invitation d’un congrès de la coalition des organisations de la paix pour discuter de l’initiative arabe de paix. Et même pour cette action qui travaille pour un "pseudo" arrêt du conflit, il ne lui a pas été donné aval d’arriver en Espagne.

Partout dans le monde des organisations, humanistes et juridiques espagnoles, préoccupées et soutenant les palestiniennes avaient déposé des plaintes, nominatives, contre des responsables israéliens. Surtout de responsables directement impliqués dans des crimes de guerre. Il ne s’agit pas des crimes de Gaza entre 2009 et 2010, mais remontant jusqu’à 2002.

A cette époque l’armée d’occupation israélienne avait lancé une bombe pesant une tonne, contre une région résidentielle pour assassiner Salah Chahadeh, l’ex-leader des brigades d’al-Qassam. La déflagration a causé le martyre de 14 civils palestiniens dont 9 enfants alors que des dizaines d’autres ont été blessés. Et c’est surtout pour ce crime qu’Avi Dichter est poursuivi.