POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > International > Grands événements : Gigantisme de l’inattendu. > L’armée nigériane publie 86 noms de terroristes de Boko Haram.

L’armée nigériane publie 86 noms de terroristes de Boko Haram.

Recherchés, mais connus dans leurs villages : une méthode déjà éprouvée

jeudi 12 novembre 2020, par N.E. Tatem

Par le passé, le Nigeria avait diffusé des listes de terroristes recherchés, afin de tenter de récupérer des repentis. Ce qui aidait les arrestations avec les dénonciations du public et rendait plus concluante la traque. Très peu de bilans ont été publiés à ce sujet, comme si le résultat réside, comme partout, dans l’éradication.

Ecouter l’article.

L’armée nigériane a encore une mercredi, 11 novembre, une liste de 86 personnes recherchées, pour des motifs en relation avec l’acte de terrorisme. Elles seraient membres de la célèbre secte Boko Haram, dont le nom évoque « non à la culture occidentale ».

C’est le quatrième communiqué de genre, ce dernier publié par les autorités militaires du grand pays africain, dont la population dépasse les 120 millions et se compose de 50% de musulmans. Par le passé ces listes, de terroristes recherchés, ont été déployées, mais en vain ou avec vraiment de faibles résultats de repentis.

- BOKO HARAM : ISLAMO-TERRORISTE DU NIGERIA
26 février 2012

Le chef de file de la secte Boko Haram, Abubakar Shekau, qui a été déclaré mort, à plusieurs reprises dans le passé, figure en bonne place sur la liste. Ce qui le rend sûrement en vie. Et c’est principalement en sa direction que nouveau appel est émis.

D’autres noms, certainement connus dans leurs communautés et villages, sont cités. Cette nouvelle liste, comprend des noms déjà cités précédemment. Elle a été lancée par le chef d’état-major de l’armée, le lieutenant-général Tukur Buratai aux côtés du gouverneur de l’État de Borno, Babagana Zulum, au Super Camp de l’armée nigériane, Chabbal, dans la zone de gouvernement local de Konduga.

Ces individus sont certainement identifiables, puisque leurs photos sont aussi mises au-devant : Musa Al Barnawi, Modu Sulum, Malkam Umar, Mallam Bello Husba, Abu Musab Barnawi, Abu Imma, Ibrahim Abu Maryam, Baka Kwasari, Mallam Yan Kolo, Bana Gonna, Mohammed Abu Maryam et Abu Dardda.

La proclamation de cet avis de recherche, a été faite lors d’une cérémonie du lancement de la JTF (Civilian Joint Task Force). Une Force d’intervention civile conjointe à l’armée, formée d’une milice d’autodéfense nigériane dont la formation revient à 2013.

- Nigeria, des mariages collectifs pour juguler l’islamo-terrorisme
24 octobre 2013,

La mission de ces équipes commandées par des militaires est de lutter contre le terrorisme de Boko Haram. Le général Buratai, à la tête de l’état-major de l’armée de terre nigériane depuis 2015, a déclaré que les deux événements faisaient partie des activités conçues pour la poussée finale visant à mettre fin aux activités de Boko Haram dans la région du Nord-Est.

Il faut savoir, que ces milices (JTF) ont une connaissance du terrain, car recrutées de la population locale. Ainsi que leur rapprochement avec des habitants généralement isolés, permet grandement l’identification des membres de Boko Haram. Une expérience qui a déjà fonctionné ces dernières années, en dépit des fréquentes frappes des criminels.

Cet officier a encore renouvelé son appel aux pseudo-insurgés qui se cachent dans la forêt et les buissons de Sambisa, en bordure du lac Tchad à déposer les armes et à se rendre. «  Pour ceux qui sont encore dans la brousse, terrorisant des vies innocentes et détruisant des propriétés, je les appelle tous à se rendre...  » a-t-il dit.

«  Vous tuez vos frères et sœurs, détruisant vos propres infrastructures qui ont été construites avec l’argent généré par les impôts de vos ancêtres. Aujourd’hui, nous avons tous vu le niveau de dévastation, personne n’est resté, nous sommes tous affectés d’une manière ou d’une autre...  », a insisté le général devant une assistance de citoyens.

CJTFMichika2.jpg
Par VOA Domaine public, Lien Wikipedia - Des miliciens de la CJTF à Michika, le 14 juin 2016.

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.


Voir en ligne : Notre dossier Boko Haram (tous nos articles)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don