POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > Les Algériens seront soulagés, de la lenteur d’Internet, avant la fin de (...)

Les Algériens seront soulagés, de la lenteur d’Internet, avant la fin de l’année 2018

La nouvelle économie numérique n’attend pas les retardataires, les grands travaux sont faits !

dimanche 29 avril 2018
par N.E. Tatem


L’Algérie met les bouchées doubles, pour atteindre les performances escomptées dans les nouvelles technologies, notamment de connectivité et d’utilisation d’Internet. L’APS en a présenté, à ce sujet, un bilan 2017, basé sur une étude de l’Autorité de la régulation du ministère la Poste et des Télécommunications. On ne peut faire plus reluisant, même si l’évolution se fait à une vitesse de "sur les chapeaux de roues". L’essor de la vitesse de la bande passante qui sera acquis avant la fin de cette année, marquera la différence...

Le plus vaste pays d’Afrique, et du Monde arabe, dispose de 34,6 millions d’utilisateurs de l’Internet fixe et mobile en 2017. Ils sont 43 millions d’abonnés (personnalités morales et physiques) en télécoms, pour une population de plus de 42 millions. La hausse de plus de 21 %, par rapport à l’année 2016, relate la dynamique enclenchée ces 3 dernières années pour le Web. Quelques 31,46 millions des utilisateurs d’Internet le font par des outils mobiles, ce qui explique la donne naissante des consommateurs assiégeant les outils légers et individuels.

De son côté le gouvernement fait d’énormes efforts pour être à la hauteur d’une demande déjà bien installée. L’exécutif a annoncé dernièrement, par la voix de Houda Imane Feraoun, ministre algérienne de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, devant le Conseil de la Nation algérien (assemblée), la Chambre haute du Parlement algérien (sénat), la volonté des décideurs d’exploiter de nouvelles perspectives qui se présentent favorablement.

L’intention des décideurs algériens ne fait que rattraper un immense retard, dû aux conditions géographiques d’éloignement. Du point de vue de l’immensité des distances aux jonctions de connexion du réseau local avec les repères méditerranéens, une avancée avant fin 2018. L’interface du pays nord-africain avec deux nouveaux câbles sous-marins à fibre optique, certainement à sa portée par rapport aux anciennes infrastructures du genre, plus présentes côtés italien et espagnol.

Avant la fin de l’année, les câbles Alger-Oran-Valencia (Orval) et Annaba-USA serviront pleinement la toile algérienne, de manière à ouvrir ses échanges à l’international. Ce qui devrait renforcer la capacité du réseau de fibre optique déjà existant et qui a desservi l’Algérie les années passées. Les câbles Sea-Me-We 4 et MED Cable relieront respectivement Annaba à Marseille et Alger à la même ville du sud de France. Le fournisseur "Orval" a pris projet en 2016 et a initialement fixé l’achèvement de sa prestation en 2017, mais des retards...

Pour satisfaire à l’explosion de cette tendance, l’Algérie est en train de construire, en internet et en externe, un réseau national de fibres optiques à haute vitesse pour fournir de meilleurs services Internet. Environ 90,85% des dépenses dans ce domaine sont consacrées aux réseaux mobiles qui s’avèrent être largement employés. Quant aux revenus des opérateurs fixes et mobiles en 2017 se sont élevés à 429,4 milliards de DA.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article