POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

FETE DE L’HUMA 2008 : AUTOPSIE DE LA GAUCHE FRANCAISE.

Une choucroute, des frittes, du couscous... Et de la politique ouvrière, on en fait encore.

 

dimanche 14 septembre 2008, par Hugo Mastréo

Au PCF, outre la réduction des moyens matériels et la forte pression enclenchée avec la chute du mur de Berlin et son corollaire le démantèlement de l’URSS, une certaine aura donne au parti l’image de proue d’être un pole de référence sur l’échiquier national. Le marxisme auquel généralement se réfèrent les militants de base reste très présent dans les réflexes mais une certaine évolution s’exprime de ne pas l’imposer comme l’exclusif : « La tâche primordiale des communistes est de donner une expression concrète à cette nécessité dans le programme, la théorie et la pratique du parti. »

Voir en ligne : CONSULTER LE PROGRAMME DE LA FETE DE L’HUMA 2008.

Problème avec la poste ou désordre dans la paperasse de la LCR (ligue communiste révolutionnaire), l’invité Besancenot dit n’avoir pas été convié à la fête de l’huma 2008, pour un débat qui n’a pas lieu et qui n’a jamais été prévu. Ce que réfute avec un brin d’ironie madame la camarade Marie-George Buffet… Mais finalement comme à l’accoutumé, il a pointé minimisant sa boutade qu’il n’a pas été convié… Car l’essentiel est ailleurs ?

Formulée comme une laconique déclaration, la lettre du facteur de Neuilly publiée dans le monde du samedi 7 septembre, la primordiale opposition à la droite et au Medef qu’incarne Sarkozy n’avait été avancée en tant que telle. C’est que cette missive, de la main d’un employé de la poste à la tête d’une formation politique, se positionne en sonde exploratrice ou vaisseau éclaireur. A la veille de la traditionnelle cérémonie festive de 3jours, généralement tenue en second week-end de septembre, elle n’annonce sa proposition que pour distinguer la particularité de la ligne politique qui la paraphe. Une manière flagrante qui manque de subtilité, de dire : je passe à la fête, attendez-moi et je prends, comme les sondages me donnent le premier opposant à Sarkozy avant Bayrou et Hollande, rendez-vous pour être plus à la tête.

Fête de l’Huma 2008, LE PROGRAMME

« Sur le terrain politique, nos alliances et notre stratégie ne sont pas les mêmes et nous amènent à marcher séparément ». « Il nous semble que l’heure est venue de renouer le fil du dialogue afin de faire face à l’avalanche de mauvais coups que le capitalisme porte contre l’ensemble de la population. » Trouver le principal, le côtoyer et placer l’appât pour mettre le grappin sur les militants mécontents d’une gauche presqu’en déconfiture et où Besancenot se porte le mieux. La course ouverte, ne tient pas du tout compte de l’indispensable, justement qui se limite à l’identification des forces en mesure de tenir cette voie et d’assumer la tâche à effectuer. Aujourd’hui ce sont les déçus, se situant à la base du PS, par les éléphantesques comportements de leurs leaders, qui sont convoités, de part leur tentation de se radicaliser dans une gauche plus sociale, par les verts, les communistes et bien sur la LCR. Or la construction d’une alternative politique globale, pouvant destituer la droite UMP en mal d’un libéralisme à visages découverts, s’envisage mieux avec un PS redressé qu’avec un parti, le plus grand de la gauche et de l’opposition, en déroute. Et ce que n’envisage pas ouvertement l’expéditeur du courrier publié par le journal parisien du soir.

Plus contestataire, c’est-à-dire comme d’habitude porté sur les manifestations de rue créées par le mouvement social revendicatif. Ou désormais versé à l’exercice de la démocratie, au sens politique en donnant l’occasion aux citoyens d’élire leurs représentants dans les rouages. Telle l’interrogation que les français se posent pour l’évolution de la carrière d’Olivier Besancenot, surtout à cette orée de la légalisation du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) en janvier prochain. Est-ce un cadre qui aspire à la gestion des affaires locales, déconcentrées et de contrôle au niveau de la nation, ou bien une autre ligue qui tourne le dos ou ignore la vie publique, qui se fait politiquement par le libre choix des responsables des collectivités locales et des élues pour les hautes instances législatives. Cette lancinante énigme identitaire à laquelle est confrontée la nouvelle formation politique (NPA) qui a seulement créé l’esprit du retrait effectif du patriarche Alain Krivine des commandes de la ligue, dépasse toutes considérations pour l’opinion et est un préalable aux yeux qui suivent de ceux l’évolution de la LCR. D’ailleurs à la tribune de la fête, le socialiste François Hollande, la communiste Marie-George Buffet et l’écologiste Cécile Duflot ont relancé le projet d’union "durable" de la gauche de gouvernement. Et dans lequel jamais la LCR n’a pu trouver sa place.

Parmi les belles culturelles de la fête : Vidéo François Béranger, hommage.

La gauche française dans son ensemble et sans exception va vivre des assises de congrès aussi cruciaux pour les uns que pour les autres.

• AU PS, LE MALADE IMAGINAIRE EST SOUFFRANT.

• Pour le PS, en novembre le congrès de Reims désignera le nouveau premier secrétaire avec une forte perspective que le maire de Paris, Bertrand Delanoë, effacerait l’échec de Ségolène Royal. Le parti vit des revers affligeants de l’ouverture du pouvoir UMP. Cette dernière lui enjoint une relative clarté, comme une radiographie, par rapport aux divergences criardes entre ses endogènes assemblages, qui aussi hétéroclites qu’ils le sont font apparaître une extrême, paradoxale et générale fragilité. Le leadership de Bertrand Delanoë marqué de l’allégeance exprimée par Martine Aubry après l’université d’été à la Rochelle où elle est devenue 3ème personnage du parti pousse, selon des observateurs avertis, Ségolène Royal vers le centre et inéluctablement dans les bras du Modem.

• LE PCF, ENTRE TOURNER ET OUVRIR LA PAGE. Image hébergée par servimg.com - Image hébergée par servimg.com • Au PCF, outre la réduction des moyens matériels et la forte pression enclenchée avec la chute du mur de Berlin et son corollaire le démantèlement de l’URSS, une certaine aura donne au parti l’image de proue d’être un pole de référence sur l’échiquier national. Le marxisme auquel généralement se réfèrent les militants de base reste très présent dans les réflexes mais une certaine évolution s’exprime de na pas l’imposer comme l’exclusif : « La tâche primordiale des communistes est de donner une expression concrète à cette nécessité dans le programme, la théorie et la pratique du parti. » la base Le 34ème congrès, est semble-t-il le point final de la réforme du parti survenue en post-guerre-froide. L’offensive libérale a atteint ses limites avec une récession économique alarmante aux USA qui a obligé le trésor public de mettre sur table 400 milliards pour la juguler sans en assurer l’endiguement définitif. Outre les échecs en Afghanistan et en Irak… Dans cet état des choses, une évolution des gauches révolutionnaires et populaires ont fortement émergées en Amérique latine. Dans ce contexte le PCF reste un parti qui ne souffre pas autant, que ses compères de la gauche, de l’incertitude idéologique malgré les houleux débats de ces dernières années.

• UNE SALADE VERTE PLANTEE DANS L’ASPHALTE.

• Les verts veulent garder le cap qui a permis, ces dernières années, à leur parti d’émerger sur la scène politique. Présenter aux français une formation politique qui fait bon y vivre attachée à des valeurs naturistes, la rhétorique du parti est fixée comme finalisée au niveau de la recherche des idées qui persuadent. Mais les discussions s’éternisent autrement, comme totalement absorbées à la structuration des rangs et à la participation dans la pratique démocratique à travers les élections, sous le socle de la solidarité. De ce fait le prochain congrès est axé essentiellement à instaurer une direction. La tâche historique à soumettre à la population n’est pas encore paramétrée ! Mais les choses se traduisent bien : Daniel Cohn-Bendit, la direction des Verts, José Bové, des proches de Nicolas Hulot et des acteurs associatifs ont élaboré un "projet d’accord" pour constituer des listes communes aux élections européennes de 2009, a-t-on appris jeudi 11 septembre au sein des Verts.

• LE NPA, quant à lui n’arrive pas à trouver son identité, l’ombre de la LCR est omniprésente. Prônant une même démarche mais certainement plus volontariste, d’abord une fête le 27 septembre et ensuite le congrès… Mais le passage obligé est du 13 au 15 septembre à la Courneuve.

Votez pour cet article : Fête de l’huma 2008 : Autopsie de la gauche française.

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT