POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Syrie : une autorité parallèle se dessine



L’opposition s’organise : un projet et une composante plus large que le CNS.


mardi 13 novembre 2012
par Azouz Benhocine


Les révoltés syriens sont arrivés enfin à se faire représenter. Des personnalités réunis à Qatar ont mis la main dans la main afin de dégager une structure chargée de sonner le glas du régime du « Baâth » et de la dynastie Al-Assad dont la militarisation a beaucoup sévi contre son peuple et sa jeunesse. Notamment pendant la révolte où, à ce jour, 38 000 victimes et plus d’un million d’exilés dans le monde et les pays voisins.

Voir en ligne : Notre dossier : SYRIE

Il était déjà vraiment difficile d’identifier les rebelles syriens. Ni sur le plan idéologique, ni des organisations déclarées n’avaient réussi à donner "l’identité" des milliers de jeunes qui se sont armés pour en finir avec la coterie qui a main basse sur l’économie du pays. Les syriens ne tiennent pas à un pouvoir doué de bonne propagande et ayant la main de fer pour taire toutes aspirations à la liberté ! Ces jeunes syriens anonymes et qualifiés de terroristes, rêvent encore les armes à la main...

PDF - 39.9 ko

Les membres de la Coalition et le texte de l’accord de la : « Coalition nationale des Forces de la Révolution et de l’Opposition syrienne » Document :

Une révolution qui a commencé avec des manifestations paisibles exigeant la reconsidération du pouvoir politique, voire la fin de règne de Bashar qui pour son âge risquait de durer pas moins d’un autre demi-siècle. De quoi brûler des générations et instituer la monarchie dont aucune dictature, telles que celles qui sévissent dans cette région du Monde ou ailleurs, ne se priverait guère de réaliser ses songes macabres.

Nous l’avons annoncé sur POPULI-SCOOP le 17 octobre, décisive est la réunion marathonienne qui a débuté le 5 novembre. Initialement pour 3 jours et s’est étalée sur toute une semaine. Un conclave qui a effectivement signé l’acte de naissance d’une nouvelle classe politique syrienne, la « Coalition nationale des Forces de la Révolution et de l’Opposition syrienne ». En effet les acteurs en lutte contre la dictature se sont enfin croisés. Nombreux des présents ne se connaissaient pas…

L’ex Conseil National Syrien a remis la feuille de route qui lui permettait, d’ailleurs sans grands échos et suffisamment de crédibilité, de s’exprimer au nom des jeunes ayant pris les armes pour venir à bout du despote. Bashar n’a rien à envier au cynisme et à l’oppression de ceux indécollables, déchus ou encore place dans le Monde Arabe, des pouvoirs accaparés par le népotisme…

La population syrienne attendait beaucoup que des responsabilités soient prises pour mettre fin à la guerre civile et la concrétisation « historique » d’un changement ! L’illusion d’un dialogue quelconque de l’émissaire onusien Brahimi tombe de son côté en désuétude, « Les parties signataires ont pour objectif commun de renverser le régime, ses bases et ses symboles, démanteler les appareils sécuritaires et déférer en justice ceux qui ont été impliqués dans les crimes commis contre les Syriens. »

La ligue arabe a été convoquée pour se réunir en urgence, la voie s’ouvre pour faire transiter la Syrie sur une nouvelle ère interpelle aussi toute la communauté internationale. A ce propos les pays occidentaux n’attendaient que se cristallise un pouvoir parallèle à celui hérité d’un père… Des tuteurs sur le peuple syrien.

Et comme le Qatar est derrière l’aide principale que reçoit cette opposition, faut-il pour cela repenser le Monde afin de parer à la chute d’un tyran !