POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Geeks : redoutable à 19 ans.

La culture, sur le net, chapardée par un modeste et cupide savoir technologique...

mercredi 20 juin 2012
par N.E. Tatem


On ne doute que peu, avoir à 19 ans un compte en banque doté de 190 000€ et 13 000 en espèces sous son matelas ne relève pas d’une leçon d’économie au lycée. Ici nous sommes dans la traque d’une délinquance que des jurisprudences récentes, inspirées par la protection des droits d’auteurs… Une richesse détournée par des pratiques désignées illégales.

Sur plaintes datant de 2010, de la SACEM (Société des auteurs …) et de l’ALPA (Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle), des recherches ont été menées… pour tomber sur des jeunes français s’adonnant aux partages de fichiers contenant des œuvres protégées. L’information a été rapportée par l’AFP.

Commentée par un site reconnu comme bien abreuvé au monde des avaloirs du Net (alias les geeks), elle est mise au conditionnelle : « si arrestations ont bien eu lieu ? »

Deux administrateurs et deux des membres les plus actifs du forum Planete-lolo, qui proposait jusqu’ici du contenu piraté, ont été arrêtés à Marseille et à Bordeaux. Les sites fermés et les premiers impliqués ont été pris la main dans le sac, la fortune pour s’éclater…

Quand on se réfère au précédent fait international de « Megaupload », et à l’enrichissement de ses propriétaires, les produits culturels sont un filon de gains illicites lucratifs. Derrière Mégaupload, une société, créée par trois types deux allemands et un finlandais et basée à Honk Kong. La contrefaçon prend un caractère juridique où s’implique le conventionnement international

L’affaire est jugée actuellement aux USA. Ses principaux protagonistes ont été traqués pendant des mois, voire des années par le FBI. Et la procédure a été suivie et médiatisée, suite à des poursuites d’un tribunal et d’un juge provincial de Virginie. Cette catégorie de receleurs a toutes les chances de faire son beurre, dans la mesure où Internet efface les frontières administratives.

Les appareils de répression des fraudes en France restent peu prolixes, même si l’AFP a réagi. Gendarmes et policiers se retiennent de communiquer afin que l’investigation aille dans les ramifications des réseaux, et l’enquête soit menée à bout.

Assurer la couverture entière des droits de justiciables lésés que sont les artistes, c’est aussi pénaliser des consommateurs avides de gratuité…