POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.

Accueil > International > Femme 1er-ministre en Tunisie, le défi aux traditions obsolètes.

Femme 1er-ministre en Tunisie, le défi aux traditions obsolètes.

Renforcement du régime présidentiel avec des scientifiques aux institutions.

mercredi 29 septembre 2021, par Azouz Benhocine

Il est indéniable que parmi les catégories socioprofessionnelles celle des enseignants des grandes écoles est considérée la plus intègre ainsi que des mieux formées. Même si l’évidence de la compétence n’est pas assurée à l’épreuve du terrain du travail réel, il y a au moins la vision scientifique et la probité. Elle met une confiance pour un pays qui aspire à décoller.

C’est ainsi que la nomination d’une femme 1er-ministre en Tunisie, le 29 septembre 2021 et après plusieurs semaines de vide intenté par le président Qais Saeed, n’est guère un anodin acte politique. Cette désignation est appréhendée tel un coup de force contre l’obscurantisme et le dépit d’un blocage économique et institutionnelle.

En Tunisie, le président équilibriste entre laïcité et islamisme.
7 septembre 2019

La 1ère femme 1er-ministre, dans ce qui est le Monde arabe, est ainsi tunisienne. Donc c’est aussi la percusseuse dans son pays à occuper une telle fonction. Ce qui est aussi remarquable, l’actuel président voue de la considération aux universitaires de son pays. Car il s’est entouré de ces qualifiés, alors qu’on sait les secteurs de la corruption sont légendaires dans les services comme l’armée…

Si au poste de ministre, la 1ère femme fut une soviétique, qui a été chargée des affaires sociales. Il s’agit d’Alexandra Kollontaï, dont le ministre était dit « commissaire du peuple ». La rareté de chef de gouvernement ou de présidente demeure partout dans le Monde. En France, ce n’est par hasard que la responsabilité de la défense lui revient.

Président de Tunsie avec son épouse.

L’arrivée de Najla Bouden, une spécialisée en géologie, à ce poste a surpris plus d’un parmi les observateurs. C’est un message fort aussi pour l’occident qui se tourne vers les pays d’Afrique du nord par le prisme de la migration. En effet l’apport psychologique est pesant, alors que l’islamisme tunisien a connu ses pires revers.

Passant de directrice du projet de réforme de l’enseignement supérieur dans son pays, financé par la banque mondiale, à celle de chef de l’exécutif gouvernemental, cette scientifique a de lourdes besognes à accomplir. Sortir le pays du marasme économique

Insolite vote en Tunisie, prétendant à la magistrature suprême derrière les barreaux
27 septembre 2019

D’abord c’est une surprise parce que la personne est inconnue. Outre bien sûr qu’une femme ait en charge ces hautes, mais dans les milieux aussi bien politiques que médiatique on savait déjà que cette option était en l’air. C’est un coup de la pure tradition tunisienne, Bourguiba avait de telles démarches hautement politiques et non conformistes.

La probabilité qu’en Tunisie une certaine Nadia Akacha, du cabinet même du raïs, allait être à ce poste de 1er-ministre, circulait. Finalement une leçon du pays maghrébin ayant longtemps entretenu une démarche révolutionnaire en matière de rupture épistémologique avec la tradition aux fanfarons arabes & pseudos révolutionnaires du Maghreb. Femme désormais symbole !

Née en 1958 dans la province de Kairouan, elle est professeure de l’enseignement supérieur à l’École nationale d’ingénieurs de Tunis, spécialisée en géosciences, dirige actuellement un plan chargé de mettre en œuvre les programmes de la Banque mondiale au ministère de l’Enseignement supérieur et des Sciences Recherche.

Ce que la Tunisie évite en concentrant les pouvoirs avec le président, c’est le régime parlementaire comme en Algérie ou en Irak. Ce sont des modèles sans issue, avec la corruption et l’incompétence des élites qui dirigent. Ainsi que l’absence quasi totale du contrôle populaire, alors que le parlement et les autres assemblées sont bourrées de personnels inertes. Sans de tels choix, ces pays auraient eu de l’émergence. L’actuel président tunisien donne une autre option aux institutions...

Minaret de la Mosquée de la Zitouna, Tunis, 21 septembre 2013, (09).jpg
Par Français : Crédits à Habib M’henni / Wikimedia Commons mosquée ZEYTOUNA


Voir en ligne : Tunisie

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


Articles les plus lus.
  1. Fetwa d’Ahbab Errassoul en Mauritanie contre Aminatou 2014-06-23 19:28:50 - 118696 visites
  2. Carte professionnelle aux artistes et auteurs algériens, un acquis social... 2015-02-16 23:42:03 - 35623 visites
  3. Wikileaks avertit sur 140 choses que les journalistes ne devraient pas dire à propos d’Assange 2019-01-09 19:58:33 - 35083 visites
  4. Guerre sans issue contre la Russie accusée d’avoir la main sur la Maison Blanche 2018-12-18 18:04:55 - 32919 visites
  5. Les USA quittent les instances de l’ONU pour les violations des droits de l’homme 2019-01-05 14:26:17 - 29987 visites
  6. Grève des enseignants algériens, l’incurie des sous-valeurs traditionnelles 2015-03-04 15:01:37 - 29836 visites
  7. MALI (Maroc) : Mouvement alternatif pour les libertés individuelles 2010-01-08 11:04:24 - 29139 visites
  8. Les horreurs scientifiques de la CIA, même Frankenstein n’avait pas tant imaginé 2018-12-12 12:52:26 - 27773 visites
  9. Gaza totalement clôturée, le but du bagne à ciel ouvert est atteint par les sionistes 2019-01-03 20:25:59 - 27121 visites
  10. Etats-Unis et France : plus de visiteurs du sondage sur présidentielle 2019 en Algérie 2019-01-03 16:28:55 - 26418 visites
Soutenir par un don