POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Le nettoyage ethnique n’aura pas lieu à Afrin, l’armée turque va à l’enlisement

Jamais la traîtrise des occidentaux ne s’est tant montrée indifférente que les Kurdes.

 

jeudi 15 mars 2018, par Azouz Benhocine

L’extermination des Kurdes peut advenir dans les pays où vivent cette population. N’importe quand, des massacres sont risqués, dès lors que des circonstances les provoquent donc les légitiment. La Turquie a, par le passé, tenté de mater ses Kurdes, en vain. Cette fois, pour l’assaut sur Afrin en Syrie, Ankara a une vraie opportunité, pour sonder jusqu’où il est possible de poursuivre le progrom qui se commet, en dehors de ses frontières et avec un laisser-faire... Le pourrissement, d’une région du Monde livrée à moult crises, est propice...

Cette communauté différente des Arabes comme en Syrie ou en Irak, des Perses iraniens, des Turcs, existe dans ces pays où on peut l’utiliser contre toute invasion ou le terrorisme. Daesh, à l’instar des autres hordes de criminels qui rendent détestable l’islam, s’en est pris à tous les peuples, dont la minorité "yazidi" dont certains de ses membres se sont armés pour se défendre. Les islamistes armés s’en prennent à ceux qui ne répondent pas positivement à ses appels et n’adhèrent pas à ses projets.

Les combattants aguerris comme les Peshmergas ont défié l’EI. Mais maintenant le nationalisme Kaméliste en Turquie est associé aux islamistes de l’AKP, pour un génocide aveugle qui vise principalement les Kurdes qui ont toujours eu des milices armées, leur permettant de résister. Car plus vulnérables que jamais en Syrie et proches du PKK qui, depuis des décennies, mène une lutte jalonnée de bien des batailles.

Les Etats-Unis restent équivoques sur le sort des kurdes...

L’action turque qui a commencé, dès fin février 2018, avec un siège, suivi d’un pilonnage, d’Afrin. Elle se rajoute à l’affreuse cruauté infligée au peuple syrien, exilé à environ 50 % par Bashar El-Assad. Ces opérations militaires s’attaquent aux populations d’une la région frontalière longue de plus de 600 km, où se trouvent les traces des passages, depuis 2011, des terroristes internationaux, ainsi que la ville de Kobané, sur laquelle notre article à été publié lors de combats antérieurs.

Casser du kurde, comme l’a gazé un certain Saddam, est assumé par un discours qui justifie la traque de terroristes associés au parti séparatiste kurde du PKK. Puisque certains kurdes sont armés et un conflit les rend protagonistes. Dans toute la région, les civils sont livrés à des crimes terroristes et des incursions turques. Après le déferlement des djihadistes, l’agression avalisée par les fameux représentants de la communauté internaionale. Jamais les pays occidentaux ne se sont montrés si traîtres que pour le cas des Kurdes d’Afrin...

Profitant de l’instabilité de la région et en montrant aux Kurdes turcs qu’il écrase toute velléité, telle la rébellion du PKK, le parti de gauche qui depuis des années mène une lutte armée, Erdogan compte anéantir les Kurdes. Pour cette macabre besogne, le nouveau pacha turc est lâché par l’OTAN. Cette dernière a pour allié, dans la lutte antiterroriste, les FDS, organisation d’alliance dirigée par des kurdes, où figurent d’autres syriens, dont nous vous avons parlé, lire notre article (sur FDS) ICI.

Cependant à l’instar de la moindre région de tous les pays arabes, la Syrie est traversée par des segmentations idéologiques, tribales, religieuses et d’autres clivages qui recentrent les populations à leurs pulsations identitaires. Mêmes les kurdes perdent leur fierté d’appartenance nationale, devant leur propre identité. En Irak, au temps du Daesh le référendum sur le Kurdistan a été abandonné, dès que le pseudo-EI (Etat Islamique) a été battu.

... Alors que les Kurdes sans distinctions vont être frappés et s’impliqueront les armes à la main.

Dans ces sociétés du Moyen-Orient, les différences communautaires sont fortes. Et les groupes ne sont guère conséquents ou très pragmatiques avec leur sort ou leurs idées. Les opportunistes de tous acabits tissent leurs alliances. Nous avons vécu en Algérie des démocrates défendre becs et angles les islamo-fascistes qui leur promettent la mort.

Il est très difficile de prévoir, ou comprendre, comment la composition actuelle, et les agissements, des factions kurdes. Plus généralement de l’inopérante opposition syrienne servile au premier-venu, ne se développe avec autonomie. Cependant il est saisissant que la Turquie compte contrôler les Kurdes chez ses voisins, ceux qui sont actuellement à sa portée sont agressés. Si Ankara est maintenant en mesure d’organiser des massacres, comme jadis pour les arméniens, d’autres préoccupations sont discutées à l’ONU. On ne se donne la peine d’empêcher Erdogan de commettre le pire.

En réalité la Turquie comptait énormément sur les terroristes qui ont déferlé d’abord en Irak puis en Syrie pour procéder à l’élimination des militants kurdes. D’ailleurs les méthodes de liquidation personnalisées qui ont été largement suivis en Algérie et dernièrement en Tunisie, relèvent de ce qui existe dans les pays où les islamistes sont les locomotives de partis politiques et d’idéologie exterminatrices, par la cruauté, de populations récalcitrantes à l’application des règles dites divines et d’islam.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT