Accueil > High-tech / Sciences > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > Une législation européenne menace les travaux sur l’IA en Open-Source.

Une législation européenne menace les travaux sur l’IA en Open-Source.

Les experts dénoncent une réglementation contre-productive.

mercredi 7 septembre 2022, par Jaco

Les bonnes intentions des lois, tentant de parfaire la vie des gens, sont souvent des enfers pour certains sujets et administrés qui les subissent comme des feins à leur création de scientifique, de technologue ou d’artiste. Les régulateurs de l’UE se mettent à limiter le champ d’action des outils libres et gratuits, dits plus souvent "open-source" en matière d’IA. Ils devraient se concentrer sur des applications spécifiques de cette dernière, une fois présente dans leurs juridictions. Alors qu’ils tentent une législation qui a un effet dissuasif sur les progrès académiques et sur la reproductibilité des résultats scientifiques.

Une nouvelle législation européenne est sur le point d’être promulguée en matière des conceptions en IA (Intelligence artificielle). Elle est considérée controversée, avertissent les technologues. Fief de moult innovations, l’ancien continent obéit, depuis des années, à des tendances idéologiques dites économiquement « ultra-libérales ». Il opte donc à une intransigeance, avec des prétextes peu intéressés, envers le mode "open-source" en informatique surtout.

Or une éthique, d’ailleurs la plus générale depuis que les nouvelles technologies existent, est établie. Les « licences d’IA responsables » (RAIL) permettent aux développeurs de restreindre l’utilisation de leur technologie d’IA afin d’empêcher les applications irresponsables et nuisibles. Et le reste relève d’un travail de police et justice en aval de l’innovation...

Les développeurs open source devraient respecter des directives en matière de gestion des risques, de gouvernance des données, de documentation technique et de transparence, ainsi que des normes d’exactitude et de cybersécurité. Or ce sont des matières ou des spécialités transversales, relevant d’autres responsabilités, qui peuvent être adoptées sans réticences comme directives et règles.

Notre dernier article sur l’IA : IA pilotée par Google offre en 3D les structures des protéines...
23 août 2022

Les nouvelles technologies aident les pays, les entités économiques, l’éducation et les individus à trouver des solutions à leurs besoins. Mais le législateur qui prétend une lourde responsabilité avec le décideur politique, joue le plus souvent au rechignement de l’évolution qui s’impose chaque jour. Et plus souvent, les meilleures créations de cette dernière sont libre d’accès ou en Open-Source.

La réglementation de l’IA à usage général (GPAI) est actuellement débattue par les organes législatifs de l’Union européenne, alors qu’ils travaillent sur la loi sur cette méthode technique des machines en apprentissage. Un changement proposé par le Conseil de l’UE (le Conseil) prendrait la mesure inhabituelle et nuisible de réglementer la GPAI open source. C’est la crainte qui s’est manifestée dans les milieux concernés.

Le Conseil de l’UE (le Conseil) est sur point de prendre une mesure nuisible de réglementer la GPAI (partenariat mondial en IA) en open source. Bien que destinée à permettre une utilisation plus sûre de ces outils, la proposition créerait une responsabilité légale pour les modèles libres, ce qui compromet leur développement. Gratuites, elles ont un public défavorisé et surtout c’est lui aussi qui en est le principal fournisseur des créations libres d’accès.

Panique devant l’IA, le progrès dépasse l’instrumentalisation.
16 août 2022

Déjà au niveau mondial, il existe très peu de modèles open source issus d’initiatives à but non lucratif, laissant le domaine dépendant des grandes entreprises technologiques. Et cette orientation européenne, pourrait concentrer davantage le pouvoir sur l’avenir de l’IA dans les grandes entreprises ayant déjà de vrais monopoles. Et elles empêcheraient la recherche essentielle à la compréhension de l’IA par le public, c’est-à-dire en dehors de ses labos.

Le débat qui s’est déclenché en ce début de rentrée, 2022/2023 est outre-Atlantique comme pour cet institut, avec une alerte de journalistes et de technologues. Il s’est manifesté alors que l’UE opte être avec moins de GPAI open source. Or, dans ce cas, le public en saura moins. Et les mêmes grandes entreprises technologiques auront plus d’influence sur la conception et l’exécution de ces modèles.

En dépit que des analyses expliquent comment les logiciels d’IA open source accélèrent l’adoption de de cette dernière et lui permettent une plus juste ainsi que plus fiable progression des sciences qui l’utilisent, cette législation est négative. Cela se répercute également et plus largement vrai pour la GPAI au-delà des confins où elles sont conçues.

Au lieu de chercher à aider la perfection en facilitant le développement des technologies dont celles autour de l’IA, ce qui est généralement déjà en place, tel pour la cybersécurité entre autres balisage juridique, les législateurs européens sont dénoncés, par les cercles concernés, de porter la promulgation d’une restriction d’une merveille technologique déjà utile à plus d’un titre...

Getty image, de robertiez


Voir en ligne : IA - Intelligence Artificielle

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?