Accueil > High-tech / Sciences > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > Les vocations pour l’usine de l’espace désormais cernées.

Les vocations pour l’usine de l’espace désormais cernées.

Stratégie pour la technologie et les médicaments de haute qualité.

mercredi 29 juin 2022, par Jaco

En vertu de l’expérience des satellites puis des stations spatiales, la technologie de pointe ambitionne actuellement de fonder un usinage dans l’immensité sidérale qui coiffe nos hauteurs et abrite tout l’univers. En effet, ils se dessinent que deux secteurs d’activités vont connaitre leur meilleure expansion dans l’espace céleste, ce qui n’est facile mais est réellement stratégique. Des produits technologiques et certains médicaments ont un brillant avenir dans l’espace...

Il est connu que les expériences effectuées dans l’ISS ainsi qu’avec d’autres embarcations d’exploration du ciel, soient d’une utilité inégalée pour certaines productions notamment technologiques. Les médicaments et autres marchandises, à forte plus-value ainsi que de haute qualité y sont aussi réalisés. Une meilleure fibre optique est obtenue ainsi, ce qui est vérifié depuis 2014.

La révolution industrielle lorgne aux 1ères usines spatiales.
6 OCTOBRE 2021

D’emblée les planificateurs songent à l’encombrement du ciel par divers objets et le problème des débris flottants est aussi pris en compte. Mais une version plus importante de l’enlèvement de fragment par un vaisseau, da la société "Astroscale" basée à Tokyo, qui vient de lever 14,8 milliards d’investissement, rasure plus d’un. Sa mission de l’année dernière a prouvé qu’elle peut éliminer les restes des satellites et autres morceaux égarés.

En économie, l’entreprise privé est un vecteur essentiel quand le secteur public, essayé dans les expériences socialistes qui ont émergé à l’orée du 20ème siècle, n’a pas probant. Les raisons de l’effondrement sont multiples. Alors que maintenant le sauvetage de la planète est crucial. C’est pour cela que la pointe en industrie songe à construite ses prochaines usines dans l’espace.

Les meilleures technologies verront également leurs coûts se réduire. Bien des biens peuvent être fabriqués parmi les étoiles et d’ores et déjà dans l’environnement proche de la Terre. En s’appuyant sur des astronautes et des installations coûteuses, cela rend ces biens de prix prohibitifs. Mais une infrastructure autonome serait moins chère et évoluera par la suite. Elle pourrait changer la donne pour les entreprises qui s’investissent à réaliser des biens uniques en microgravité.

Nous avons déjà publié un article pour l’éventualité des usines spatiales, voire le lien en dessus. Voilà maintenant que les analystes appréhendent et comprennent la stratégie américaine à ce sujet. Le gouvernement pourrait utiliser les services spatiaux, au cours des prochaines décennies, pour des financements et l’usage de technologie autour d’objectifs à connaissance très poussée. Il est plus question de technologie que d’agro-alimentation ou de mécanique.

D’un coup, SpaceX transfert 60 satellites, sur 12 000, de Starlink, pour améliorer Internet
24 mai 2019

D’où la sélection de satellites comme cibles pour la prolongation de leur durée de vie. À la Maison Blanche, Uzo-Okoro, ingénieure venue de la NASA, travaille sur cette voie. Une tâche clé, dit-elle, sera d’aligner les investissements gouvernementaux sur ces outils. C’est pour émettre aux entreprises un signal clair de la tendance qu’elles peuvent montrer et emprunter à leurs investisseurs.

Ces idées sont accompagnées du plan de retour sur la Lune qui est devenue un objectif avec ses ressources et sa position stellaire. Les ingénieurs spatiaux comptent extraire la glace lunaire et de la transformer en eau, en oxygène et en carburant de fusée. Cela aussi nécessite le type de détection et de manipulation autonomes que l’entretien des satellites démontrera par l’exercice d’apprentissage.

L’un des produits qui fait rêver sont les télescopes moins chers et plus puissants qui pourraient être construits, si l’humain, assisté en permanence de robots, deviendrait capable de les assembler en orbite. Ce qui éviterait les manœuvres encourues, telles avec James Webb, lancé l’année dernière, dont l’immense miroir se plie comme un origami. Ce qui a pris du risque et plus de complexité.

Une industrie dans le ciel est idoine aux besoins qui s’annonce risqués. Ce qui arrange la limitation, voire l’arrêt, de la catastrophe écologique qui indispose la Terre et toute l’humanité qui y habite. Dans l’espace sidéral, ce qui peut être fait avec une fusée est bien plus minime que ce qui être avec toute une infrastructure industrielle. Et les stations orbitales, comme l’ISS, ont servi de préalable expérimental ouvrant les portes de l’avenir.


Voir en ligne : Espace & Satellites

     

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?