POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Home de Yann Arthus-Bertrand, l’œuvre majeure du nouveau millénaire.

Un cinéma qui varie les mentalités vient de naître, « Home » pour l’homme.

jeudi 7 mai 2009
par Damien Djamel Bouch’Raf


Grâce aux producteurs Denis carot (Elzevir Films) et Luc Besson (Europacorp) et au financement de François-Henri Pinault du groupe PPR, le film de Yann Arthus-Bertrand, à but non lucratif, sortira officiellement le 5 juin à Mexico dans le cadre des célébrations officielles du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Et sa diffusion, le même jour, ratisse large sur le surface de la Terre…

Une première dans l’histoire des médias et du 7ème art, « Home » de Yann Arthus-Bertrand qui sortira le 5 juin 2009 à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, le sera simultanément sous et sur tous les supports existants : Internet, CD, télévision et salles, avec sa disponibilité dans 70 pays et dans 23 langues.

Loin d’être un simple projet économique commun, les bénéfices de cette réalisation cinématographique, comme le répète si bien le photographe réalisateur, sont le nombre de personnes qui le verront pour être sensibilisés aux idées de sauvegarde de la Terre, que les recettes qu’il fera.

En effet l’expérience qui l’a précédé, d’avoir tenté de faire une salve sur tous les moyens de diffusion et en désobéissance à la chronologie d’exploitation, est le film « Buble » du cinéaste américain David Soderberg en 2006. Ce fut un échec, les rigides canons de l’économie n’ont pas fléchies… La règle est toute intransigeante : le cinéma d’abord, puis la vidéo, ensuite Internet et enfin la télévision payante à laquelle suivra aussi la gratuite. Cette noble cause, c’en est une parmi les grandes, pliera-t-elle enfin le roseau sans le briser ?

Comme jamais, à ce jour, dans l’histoire de l’humanité une telle prouesse n’a été tentée en matière d’arts audiovisuels. Cette œuvre bouleverse l’ordre établi que cela agace les comptables et autres productivistes qui font de la matière culturelle un simple business. Son entière gratuité remet en cause bien des considérations, même si on essai risque et provoque d’amoindrir son exemplarité. A l’heure où en France le débat autour de la loi sur les téléchargements fait rage et mobilise tant la classe politique que les créateurs, elle survient comme une révolution. Qui dit mieux ?

Il va sans dire que la réticence des exploitants de salles, attachés et soumis par l’ordre des choses à la rentabilité, n’a pas encore pleinement cédée. A l’heure où nous mettons sous presse ce sujet, il n’y a que l’attente et les démarches pour qu’ils participent à une cause comme il n’y a point de plus noble et juste. Mais l’initiateur ne perd pas espoir de les convaincre, du moins de persuader nombreux à la distribution de « Home » au moins pendant la journée du 5 juin. L’idée se propage, finalement tanpis pour les crédules et les mornes, le peuple reconnaîtra les siens. Et puisque le film le sera donné gracieusement, une réduction de 50% sur le coût des places est souhaitable. Quant au prix du CD, qui sera disponible dans les FNAC ainsi que d’autres réseaux, il ne dépassera pas 5 €.

Dans tous les genres, ce film consacré à la question de l’environnement que tout être conscient, comme l’humain, considère comme cruciale et commune aux êtres terriens, est une perle qui sert d’idéal à la réflexion sur, outre les messages de grandes valeurs humanistes, l’accès aux œuvres artistiques. Tant d’abord et surtout parce que « Home » se rapporte à l’univers premier : la planète Terre qui héberge nombreux et variés habitants. Parmi lesquels l’homme s’apparente comme le plus, tirant profits, néfaste à son propre destin et aux autres espèces qui le côtoient.

« Le message porté par ce film est extrêmement important car il met en évidence la question de la survie. Nous avons besoin de plateformes accessibles et puissantes comme YouTube et Google Maps pour toucher le plus grand nombre », a déclaré Yann Arthus-Bertrand, réalisateur et producteur du film Home.

Bande annonce du film

Home © Non disponible

Quatre chaînes YouTube en français, anglais, espagnol et allemand, permettent de découvrir le making-of du film. Des clips, extraits du long-métrage de 90 minutes et des interviews approfondies, sont aussi dans la promotion et déjà visibles. Google Maps s’associe au projet en lançant cinq cartes thématiques, pour permettre au public, entre autres, de soutenir le film et sa cause. Les internautes accèdent ainsi plus facilement aux lieux de projection du film.

Du genre documentaire commenté par des voix off, le film a mobilisé bénévolement nombreuses tonalités et pour différentes langues. Celle de Jacques Gamblin est pour la version cinéma, de Yann Arthus-Bertrand pour la télévision française (car nombreuses dont la chaîne Al-Jazeera, entre autres, prennent part), de Glenn Glose en anglais et Salma Hayek en espagnol.

Déjà membre de l’académie française, Yann Arthus-Bertrand vient d’être nommé ambassadeur de bonne volonté du Programme des Nations-Unis pour l’Environnement. Pour son « Home », il a été financé de 10 millions d’€ par François-Henri Pinault et pour la coproduction il a été soutenu par Denis Carot Luc Besson.

Votez pour cet article Home de Yann Arthus-Bertrand, l’œuvre majeure du nouveau millénaire.