POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Palestine : victoire à l’ONU, le colonialisme sera jugé pour ses actes...



Une nouvelle étape d’espérance aux palestiniens, que les armes n’ont pas concrétisé.


vendredi 30 novembre 2012
par Damien Djamel Bouch’Raf


"Jour pour jour", quant à la naissance de l’Etat hébreu -ISRAËL-, le 29 novembre 1947, le peuple palestinien voit naître sa nation parmi les autres pays du Monde. Une reconnaissance devant l’ensemble des peuples, ayant acquis l’aval d’une respectable majorité à l’assemblée de l’ONU. Laquelle a approuvé la mise à niveau, de simple existence du peuple palestinien reconnu sans droits internationaux par le passé, il dispose maintenant d’un Etat membre observateur auprès de l’instance internationale.

Le processus qui a fait tomber l’apartheid en Afrique du Sud, par le combat paisible de l’ANC l’organisation de Nelson Mandela, semble commencer pour Israël. Avec 138 voix pour l’admission de l’Etat Palestinien en membre observateur de l’AG de l’ONU, 41 abstentions et 9 contre, les TPI et CPI, Cours et Tribunaux internationaux auront du pain sur les planches.

En se tournant vers la diplomatie, l’OLP vient de concrétiser ce que ses propres armes n’avaient pas réussi, pendant des décennies de combats, de concrétiser. Même s’il s’agit de la moitié de la souveraineté, l’ennemi, spoliateur de la terre d’un peuple colonisé, se prépare à des jours où tous ces crimes seront jugés.

En dépit des menaces des États-Unis et d’Israël pour punir les Palestiniens, en leur refusant les fonds attribués, sous formes d’aides pour les premiers et droits de douanes et de leurs échanges internationaux, au gouvernement Cisjordanie, le « certificat de naissance » d’un Etat palestinien vient d’être signé à l’ONU en ce jour du 29 novembre. Cette date est aussi celle où a été adoptée la résolution 181, qui partage la terre historique de la Palestine en deux Etats, réalisant l’existence d’Israël.

L’ambiance du vote à l’assemblée générale s’est déroulée avec facilité, malgré les tensions créées par les représentants israéliens qui s’étaient pris d’une panique furieuse. Mahmoud Abbas a tenu de son côté, de marquer la victoire qui a été fêtée depuis la veille par tous les palestiniens du monde (Gaza, Cisjordanie et exilés), avec ces propos clairs et offensifs. Quand il a pris parole du podium des Nations Unies, il a sollicité la reconnaissance de la Palestine, mais aussi il a tenu à dénoncer Israël ainsi : « politiques agressives et la perpétration de crimes de guerre » Ces remarques ont suscité une réaction furieuse des représentants de l’Etat juif. Pas moins de 17 pays européens ont voté en faveur de la résolution palestinienne, y compris ceux qui étaient hostiles par le passé, comme l’Autriche, la France, l’Italie, la Norvège et l’Espagne. Abbas avait concentré ses efforts de lobbying en Europe, ensemble qui fournit une grande partie de l’aide à l’Autorité palestinienne. Cependant d’autres pays comme la Grande-Bretagne ou l’Allemagne ont choisi de s’abstenir. Ils étaient contre par le passé.

La République tchèque est le seul pays européen à rejoindre les Etats-Unis, Israël, le Canada, le Panama et les petits États insulaires du Pacifique comme Nauru, les Palaos et la Micronésie ont voté contre.

Encaissant le coup, l’ambassadrice américaine à l’ONU, Susan Rice, a appelé à la reprise immédiate des pourparlers de paix. "Les Etats-Unis appellent les deux parties à reprendre les négociations directes sans conditions préalables, sur toutes les questions qui les divisent et nous engageons à ce que les Etats-Unis seront là pour soutenir les parties vigoureusement à ces efforts" , a-t-elle déclaré selon Reuters.