POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les prostituées du Carlton de Lille, proies vulnérables dans les griffes perverses de puissants proxénètes.



Anne Synclair se ressaisit mais aussi victime du lynchage !


lundi 14 novembre 2011
par Rebel Kazimir


Ce qui a le plus choqué l’opinion générale, que ce soit en France ou dans le monde, c’est le soutien indéfectible de l’épouse DSK qui se voyait première dame de France. Le verre a débordé, ce couple fatalement tenu par des frasques de mœurs où la qualité familiale est tombée au plus bas avec des plaisirs de chair. Le mari qui s’est empressé, dès le 1er jour, de se faire entendre par la police dès l’éclatement de l’affaire dite de proxénétisme à l’hôtel Carlton de Lille (Nord). Le haut cadre de la finance international échoit sur une effroyable fin.

Voir en ligne : Notre dossier DSK

Le lynchage médiatique dont l’image de l’arrestation aux USA qui a choqué, à comparer au calvaire des prostituées restées anonymes, questionne la France entière : un discernement collectif. Où la sagesse permet de regarder, la vie publique, à travers les dorures qui bardent de sainteté les premiers chefs... La saga DSK se termine ou continue ?

Même après la lecture des SMS détaillant des usages d’un banditisme inimaginable, DSK a insisté pour s’expliquer, alors que les policiers lui réservaient la sourde oreille afin de ne tomber dans le tissage d’un justiciable à la puissance d’intouchable. Le tribunal concerné, par on ne sait quelle manoeuvre secrète, devait être écarté de poursuivre son travail.

Dans cette autre intrigue où ne ressort aussi aucune inculpation, l’exaspération a atteint son apogée. Maintenant les profils bas de toutes les protections qui réconfortaient l’ex directeur du FMI, se taisent toute infamie consommée. Et aux USA la procédure civile qui va sur un jugement plus incassable que celui qui a été convenu pour le viol présumé du Sofitel new-yorkais, trouve de nouveaux arguments moins mensongers.

Ce que doivent les français à Nafissatou Diallo, c’est certainement de bons baisers de reconnaissance. L’indéfendable femme et non-reconnue victime, par la justice des plus officielles et exemplaires car relevant de la meilleure démocratie du Monde, parce que ses mensonges antécédents et sans rapport avec l’affaire qui l’a fait connaître, mérite bien…

Elle a fait éviter à la France la candidature d’un présidentiable pour 2012 qui, sous l’air d’un bon père de famille et de haut cadre de la finance internationale, se fait aussi éclabousser plus lamentablement au Carlton de Lille. Et là résonne de mornes pratiques, où faire prostituer des femmes sans-papiers par le chantage et la pression donne au lissage fait de ce que sont les « agapes de DSK » d’hirsutes et cinglants rebondissements. Nous sommes dans un cas d’esclavage sexuel, de traite de femmes étrangères et vulnérables. Des crimes que seules de crédules justices prétendront faire taire !

Selon une enquête publiée par le Figaro, les limites de l’indécence sont atteintes dès lors que des trafics de tous genres existent dans cette affaire. L’agression sexuelle devient un geste anodin, que même les lois se confrontent à sa qualification et le distinguer d’une séduction. En même temps des soutiens, sur nombreux plateaux de télé, font avec becs et ongles pour limiter l’expression au sujet de cette grande perversion. Mais ce qui a le plus choqué l’opinion générale, que ce soit en France ou dans le monde, c’est le soutien indéfectible de l’épouse DSK qui se voyait première dame de France. Le verre a débordé dans ce couple

Retour à l’hôtellerie à prix exorbitants et payables par on ne sait quelle richesse ? L’épouse allait devenir première Dame de France, reste loyale dans un lynchage médiatique. Nafissatou a commencé par détricoter le tissage, Banon en a donné le teint du fil et un réseau de bordels de luxe vient débobiner une affaire de mœurs qui relèverait de la vie privée ! Rien que ça, que pour ceux qui ne veulent pas encore aller loin dans le parcours sexuel de l’ancien directeur du FMI…

Madame Anne Synclair contentée d’un second rôle, dont la loyauté de première dame a jusqu’à là été démontrée, n’est moins qu’une indifférence. Ce comportement insaisissable, pour une journaliste déjà influente, l’oblige envers son public, de se mettre sérieusement à gérer une crise où elle ne doit rien. Sauf de dire aux autres conjointes de ne plus laisser-faire la fidélité au point que d’autres femmes, plus exposées à la plus insupportable exploitation de souteneurs ayant la force de l’argent et du pouvoir pour rester impunis. Et à vie !

La presse a passé le week-end de mi-novembre à rapporter qu’un livre sera signé en 2012 par celle que l’opinion voulait entendre, comme femme publique et journaliste. Elle exige, en fin de compte, de se faire rembourser les énormes sommes payées aux avocats américains. Et la séparation est plausible ainsi que celle des biens du couple est en marche…

Or l’essentiel est la condition de toutes les femmes épouses légales et prostituées livrées à la débauche des cercles plus publics que privés !