POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Egypte : panique, effervescence et préparatifs de #TAMAROD



L’an-1 de Morsi : un emballement populaire en prévision de perturbations


mercredi 26 juin 2013
par N.E. Tatem


Craignant une répétition des perturbations de 18 jours qui ont provoqué la chute d’Hosni Moubarak en 2011, les égyptiens se ruent en cette dernière semaine de juin sur les commerces pour stocker des provisions, en vue des manifestations du 30 juin. Cette date est celle d’un an du pouvoir détenu, comme volé avec la voie religieuse, par les Frères Musulmans. Elle est le jour du TAMAROD !

Voir en ligne : Notre dossier : L’Egypte dans le Printemps Arabe.

La réussite de la pétition "TAMROD" (dont nous vous avons déjà livré le sujet) disent ses organisateurs, est qu’elle a réuni ses 15 millions de signatures. Soit plus que le nombre de voix ayant voté pour Mohamed Mursi, élu avec près de 13,5 millions (des suffrages exprimés alors qu’il y a plus de 38 millions d’inscrits) lors de la présidentielle de l’année dernière. Les initiateurs de la pétition TAMAROD

D’un côté les militants anti-Mursi sont très stimulés par l’élan de la campagne de recueil des signatures, commencée il y a un mois, afin de retirer la confiance du président. Connu avec le vocable "Tamarod" ou "rébellion" en langue arabe, ses initiateurs la jugent comme réussie. Les adversaires au président sont libéraux, de gauche et laïcs, et ont appelé les Egyptiens à descendre dans la rue le 30 Juin.

De l’autre côté, la coalition des partisans islamistes soutenant Mursi, dont les Frères Musulmans de son parti, a appelé à des contre-manifestations, afin d’affirmer la légitimité du raïs. Ce qui soulève la possibilité d’affrontements entre les deux camps. Par peur que des violences éclatent, au regard d’une tension qui ne cesse de monter à 5 jours du jour "J", l’armée de l’Egypte a prévenu, qu’elle peut intervenir pour imposer l’ordre.

Les organisateurs de "Tamarod" ont appelé à des marches au centre-ville du Caire et dans les quartiers environnants, qui se dirigeront vers le palais présidentiel dans le quartier d’Héliopolis. Où, il y a quelques mois, des bagarres rangées entre les deux rivaux, partisans et adversaires de Mursi, se sont déjà tenues. Lors de ces dernières confrontations de plusieurs jours, des sévices -DES TORTURES- ont été commis, dans les barricades érigées et occupées par les islamistes, à l’encontre des opposants.

Egypte : Collectif TAMAROD Les militants des deux tendances, qui regroupent des activistes de divers partis et membres de la société civile, sont très effarouchés et se préparent à en découdre physiquement, voire les préparatifs actuels de la populations montrent des craintes de dérives. Les mosquées égyptiennes sont inondées par l’islam politique et nombreuses servent de QG aux meneurs de l’islamisme. Dans certaines banlieues du Caire, les habitants ont été étonnés des ruées de milliers d’islamistes, venus de partout, vers les lieux de culte.

Les Egyptiens font des provisions de nourriture, de carburant et de l’argent (retraits des banques) avant les manifestations du week-end prochain. Nombreux prédisent qu’elles seront violentes et perturberont les habitudes comme la distribution de denrées de première nécessité.

Les discussions autour de "TAMAROD" ont été couvertes par certains médias internationaux dont l’agence REUTERS, et ont montré une effervescence inhabituelle. Les blocages du transport est un vrai casse-tête, dans le pays arabe le plus peuplé.

Signature de Tamarod en Egypte Pour l’essence, les longues files d’attente sont continuelles dans les stations service. Le riz, les pâtes, le sucre, le lait, le pain et le fromage sont pris d’assaut. Certaines familles présument que les manques d’approvisionnements dureront au minimum une semaine. Les commerçants de la capitale égyptienne redoutent que leurs boutiques soient dévalisées ou brûlées, alors que leurs chiffres d’affaires sont en hausse.

L’ambassade des Etats-Unis a déclaré qu’elle sera également fermée le dimanche, jour de travail en Egypte et aussi celui des manifestations. Elle a exhorté les Américains à s’assurer qu’ils ont, à la maison, suffisamment de biens pour leurs besoins pendant « une période prolongée ».

De son côté, l’hôtel cinq étoiles "l’Intercontinental Semiramis", qui surplombe Square Tahrir et le Nil, a fini de mettre en place des barrières en acier tout autour de l’édifice. Lors de la journée du 25 janviers dernier, commémorant la chute de l’ancien régime, les pilleurs se sont attaqué à cet établissement touristique, saccageant le hall d’accueil et s’en prenant aux vitrines, alors qu’un groupe de la police anti-émeutes était là.