POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Blogueur Saoudien Raif Badawi condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans de (...)

Blogueur Saoudien Raif Badawi condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans de prison



Les libertés d’expression et de conscience dans la pire monarchie du Monde Arabe


samedi 10 mai 2014
par N.E. Tatem


Nous avons mis en ligne dernièrement deux sujets sur les libertés en Arabie Saoudite, et voilà qu’éclate la pire condamnation d’un jeune blogueur à 10 ans de prison. A cette peine de détention, se rajoutent 1000 coups de fouet, comme nous a habitué cette monarchie à pratiquer la barbarie la plus primitive.

- Une loi saoudienne qualifie l’athéisme en terrorisme.

Toute dissidence, même par les idées, se trouve criminalisée !

- Faut-il interdire le Hadj musulman à cause du Coronavirus ?

Panique pour une grippe, depuis des années, couvée sous le Kamis saoudien !


Voir en ligne : Notre dossier : Arabie Saoudite

cyberaction PETITION  : Libérez Raef Badaoui condamné à 1000 coups de fouet

Le 7 mai, un tribunal pénal de Djeddah a condamné le blogueur Raif Badawi à dix ans de prison et mille coups de fouet pour “insulte à l’islam”. A cette double peine, se rajoute une 3ème, il est également condamné à payer une amende d’un million de rials (environ 266 600 dollars US).

Une particularité se dégage de ce "cyberactiviste". Il est l’un des rares à soulever une critique envers une société à deux vitesses, qu’est la saoudienne. Où les castes régnantes sont intouchables et les communs des sujets sans citoyenneté, notamment les plus pauvres, sont écrasés. Raif Badawi a fait un appel à toute l’humanité pour le respect de l’opinion libre. Si c’est un crime dit-il dans son blog, alors je me déclare un criminel.

A se demander, de quel droit une nation quelconque, de quelques millions d’âmes, peut-elle prétendre prononcer des sanctions au nom d’une religion qui a plus d’un milliard et de demi d’adeptes ?

Badawi était poursuivi pour la création, lancé en 2008, de “Saudi Arabian Liberals”, (Libéraux saoudiens, entendre Saoudiens libres). Ce forum en ligne est ouvert pour débattre du rôle de la religion dans le royaume conservateur, ce qui est vraiment une question qui se pose à tous les musulmans.

Âgé de 32 ans, Raif Badawi est défendu par Waleed Abu al Khair, un avocat fondateur de l’Observatoire des droits de l’homme en Arabie Saoudite -VOIR ce lien-. Aussi à cette organisation, les autorités ont refusé d’accorder une licence, soit l’agrément pour qu’elle puisse activer dans la légalité. La demande date de 2007, sollicitée auprès même du roi Abdallah mais aucune réponse ne lui signifiée.

Arrêté en juin 2012 et jugé en juillet 2013, Badawi a d’abord été condamné à six ans de prison et 600 coups de fouet. Lors de cette parodie de procès, les procureurs l’avaient accusé d’apostasie. Cette accusation peut être sanctionnée à la peine capitale dans le royaume saoudien.

En décembre 2013, une cour d’appel a annulé le verdict initial et a renvoyé l’affaire à la Cour pénale de Djeddah. Par la suite, le 25 Décembre 2013, le juge de la Cour pénale a statué qu’il n’avait pas compétence pour examiner l’affaire en faisant valoir que les accusations portent sur " l’apostasie ", ce qui sort de sa compétence.

L’actuel verdict prononcé contre Raif Badawi est susceptible d’appel et la procédure se poursuit. Les mouvements contestataires ne cessent de se développer dans le Monde Arabe depuis 2011, pour accéder au modèle démocratique. Ce qui est aussi poursuivi par l’éveil par l’islamo-terrorisme que le régime saoudien entretient étroitement.

Notant aussi que le poète palestinien Ashraf Fayadh est emprisonné en Arabie Saoudite depuis 2013, pour avoir prôné l’athéisme et avoir des cheveux longs. Ce poète, a grandi en Arabie Saoudite. Il a été arrêté en août 2013, après le dépôt d’une plainte contre lui par un lecteur qui prétendait que ses poèmes contenaient des idées athéistes...

Ces accusions n’ont jamais pas été prouvées, il a été libéré dans un premier temps. Et de nouveau arrêté le 1er janvier 2014.

- Une loi saoudienne qualifie l’athéisme en terrorisme.

Toute dissidence, même par les idées, se trouve criminalisée !

- Faut-il interdire le Hadj musulman à cause du Coronavirus ?

Panique pour une grippe, depuis des années, couvée sous le Kamis saoudien !

Document des ONG qui soutiennent Raif Badawi et les libertés en Arabie Saoudite.

Répondre à cet article