POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > La presse assigne Google de payer...

La presse assigne Google de payer...



La presse européenne veut un usage payant de ses articles par les moteurs de recherche du Web


samedi 27 octobre 2012
par Damien Djamel Bouch’Raf


Le bras de fer entre Google et la presse se propage. Cette guerre inter-médias, où s’arrachent les ressources dites directes générées par la publicité, n’aura pas d’épilogue sans un divorce, d’après la première alliance acquise entre les journaux français, italiens et allemands. La presse pense que la disponibilité de ses sujets, matière essentielle de la mission que le moteur de recherche diffuse, alimentant les données de ce partenaire incontournable. Et quand il les accompagne automatiquement de ses annonces, il gagne au moindre clic...

Notre précédent sujet : Google et la presse, Business is Business !

A chaque page du Net, les produits ont leur pub.


Voir en ligne : Lire notre GRAND Dossier : Presse et Google

Tout le Web est en quête d’un modèle économique en matière de droits d’auteur surtout. La presse européenne assigne Google de payer pour exposition de ses articles. Cette dernière génère des visiteurs aux sites-Web ayant ces contenus informatifs, ce qui est la prestation gratuite de Google. Aussi bien le moteur de recherche que les journaux font usage de publicité montrée à chaque consultation d’une page par un internaute. Et donc à qui revient de l’autre des revenus ?

La guerre pour engranger les pubs qui s’apparentent depuis des décennies à un créneau à forts revenus, n’est pas prête de s’estomper. Elle existait déjà entre les différents supports médiatiques et dans tous les pays. L’appel, des presses européennes, aux gouvernements de légiférer pour rétribuer la mise en ligne des articles par les moteurs de recherche sur Internet, principalement le géant Google, a déjà gagné les soutiens des ministres concernés.

Cette controverse avec Google déclenchée en Europe par la presse française, vient de connaître une nouvelle escalade sur le vieux continent. L’Italie et l’Allemagne comptent donner du fil à retordre au moteur de recherche.L’association de la presse d’information politique et générale (IPG) pour la France, de la Fédération italienne des éditeurs de journaux (FIEG) et leurs homologues allemands (BDZV et VDZ) se sont retrouvés à Rome, mercredi 24 octobre. Leur unanime communiqué met la pression...

Eric Schmidt, selon le site anglophone Quartz, doit rencontrer François Hollande dans la semaine du 29 octobre au 5 novembre 2012, ainsi que les ministres du numérique et de la culture, Fleur Pellerin et Aurélie Filippetti. Il a été déjà reçu par le précédent président français. Le sujet de la confidentialité sur Internet est dépassé, voire encore en débat. L’urgence est de la presse...

L’avènement d’Internet a des incidences multiples, modifiant les divertissements, la culture et bien d’autres pratiques dont le commerce. La plus ressentie est la lecture de la presse via le Web, où avec chaque page son égal d’encarts de pub. Cette révolution a déjà poussé depuis quelques années déjà à une mutation du journalisme en général, la réactivité des lectorats est devenue instantatnée.

Nous avons publié sur POPULI-SCOOP dernièrement, parmi nombreux par le passé, deux sujets successifs qui soulèvent cet enjeu du marketing animé de réclame. Le premier a été consacré à l’explosion des revenus publicitaires sur le Net pour les 3 premiers trimestres 2012 et le second a fait part du déclenchement d’une revendication de la presse française, auprès du moteur de recherche Google, quant à la mise en ligne de ses contenus.

Certains journaux dont l’attrait, la crédibilité et l’importance reviennent à leurs titres qui ont gagné leurs lettres de noblesse avec des décennies de pratique ou d’autres grâce à un professionnalisme performant pour les plus récents, ont été chamboulés dès l’orée du nouveau millénaire. Le presse est attendue à être plus sur le Web désormais...

La presse écrite en générale et dans le monde a subi le passage à Internet, avec la réduction de ses ventes du support traditionnel en papier. Newsweek a abandonné définitivement, depuis 4 jours, la formule papier et le prestigieux journal français France-Soir a fermé boutique. Appelée à s’adapter aux nouvelles exigences du lectorat contemporain plus féru du Web, la presse traditionnelle est tenue de faire de ses organes de vrais médias interactifs par le Web, sinon la mort...

Google présume répondre à cette demande en désindexant tous les sites de la presse qui compte le taxer. Il est dit précisément par le manager de Google : "Le retrait de Google-News", la page qui relaie l’actualité dès sa parution. C’est-à-dire l’annulation de la prestation du moteur de recherche, qui consiste de montrer les sujets selon un classement dont il maîtrise leur exposition dans uniquement cette plateforme... La "désindexation" ou "déréférencement" des sites, c’est plus vaste et de plus lourdes conséquences.

Les prévisionnistes de la communication estiment que les formules papiers de la presse classique sont devant l’amenuisement final. L’avancée technologique des tablettes étant celle qui fait l’ultime, car suggestive de l’application propre à chaque site…

Si les autres moteurs de recherche (Bing, Yahoo !, Baidu, Yandex, Blekko, Iminent, Lycos, Voila...) suivent cette doléance de la presse, même en rétribuant modestement, le monopole Google risque d’être entamé.

Notre précédent sujet :

Google et la presse, Business is Business !

A chaque page du Net, les produits ont leur pub.