POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Sionisme ou Al-Jazeera en finale de coupe du Monde en Egypte

Sionisme ou Al-Jazeera en finale de coupe du Monde en Egypte



Le légendaire nationalisme égyptien constate sa ruine...


vendredi 11 juillet 2014
par jaco


Il est impensable que la culture égyptienne ait été plongée dans la décadence, depuis que la moralisation des islamistes d’Al-Azhar ont imposé la censure. Très ressentie dans la production télévisuelle, le mouvement réactionnaire arabe a aussi pu orienter les arts égyptiens, qui étaient les plus florissants, vers une moralisation ruineuse. Mais c’est aussi les cas et situations de nombreux pays dits arabes... La coupe du Monde football 2014, oblige les Egyptiens à concéder une fierté, que leur nationalisme légendaire n’admet guère.

C’est avec le retour aux valeurs dites traditionnelles, mais en réalité des préceptes confessionnels réactionnaires, que plusieurs domaines ont été frappés d’ostracisme. Ce qui créa les conditions pour qu’émergent des puissances régionales nouvelles, comme le Qatar, l’Arabie Saoudite et même Israël.

Même les moyens technologiques et les créateurs, d’ordre humain, ont été transférés vers le Qatar, Bahreïn et nouvelles petites monarchies aux ambitions animées de fortunes monétaires. La spoliation des entrepreneurs égyptiens de communication est certainement la plus visible du Monde, puisque le pays jouissait d’un potentiel de rayonnement qui aujourd’hui est inexistant.

En 2014, les amateurs égyptiens de football sont obligés de se tourner vers un diffuseur israélien, qui s’exprimera en hébreu, ou bien la chaîne de TV Al-Jazeera, pour voire la finale de la coupe du Monde de football qui se déroule au Brésil. C’est un choix douloureux et inéluctable s’impose pour l’un ou l’autre.

Les nationalistes égyptiens sont face à ce double choix difficiles entre les deux réseaux considérés « ennemies ». Mais la plupart des gens ne vont pas se soucier de la source des images qu’ils regarderont, au point de manquer le grand spectacle d’un sport qui tient sa meilleure compétition dans un pays qui en a fait un mythe de son ambiance.

Si pour Israël, outre la contrainte de la langue, il est aussi question de politique où le nationalisme égyptien reste, dans sa région, le mieux combatif contre la colonisation sioniste et ses projets expansionnistes. Quant à al-Jazeera, ce canal arabe est vu par de nombreux Egyptiens comme un ennemi de leur Etat, notamment pour ses soutiens à la secte de la criminalité religieuse des « Frères Musulmans ».

BeIN Sport, qui diffuse en arabe est le diffuseur officiel, ou bien le plus usité, de la Coupe du Monde au Moyen-Orient. Mais un abonnement mensuel coûte environ 80£ (environ 137 $ ou 101 €), soit 10 jours de salaire pour l’Egyptien moyen.

Cependant Amos, le diffuseur qui émet à partir d’Israël, il est gratuit. Mais son commentaire est de langue hébraïque. Malgré le traité de paix dit de «  Camp David  » entre les deux nations, paraphé il y a 30 ans, l’Etat hébreu reste très diabolisé en Egypte. Et nombreux observateurs croient qu’il l’est plus que tout autre pays arabe.

Des associations, notamment de journalistes sportifs, d’intellectuels et militants progressistes égyptiens se sont exprimées sur ce dilemme. Certains groupes ont qualifié le tarif de d’abonnement de BeIN constituait un complot d’al-Jazeera, pour forcer les pays arabes à regarder les chaînes sionistes. Et les pousser à normaliser leurs relations avec Israël.

Répondre à cet article