POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Ahmed Badaoui, persécuté comme témoin gênant.



Algérie : mimétisme dans les répressions et les immolations de désespoir !


lundi 17 janvier 2011
par N.E. Tatem


Le syndicaliste Ahmed Badaoui a été arrêté à son domicile à Alger, par l’appareil répressif des dictateurs algériens, pris de panique devant un mimétisme des évènements de Tunisie. Le même jour un jeune de la wilaya (département en France et Gouvernorat en Tunisie) de Tébessa s’est immolé, sous les regards de la foule qui l’accompagnait devant le siège de la mairie (Boukhadra) où il réside. Et le lendemain une vaste fuite de capitaux…

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Fuite de capitaux, commençons par l’essentiel, qui est la grande panique des détrousseurs algériens appartenant au clan de Bouteflika.

L’équipement informatique, du syndicaliste Badaoui, a été confisqué et des documents ont été saisis à son domicile. On y voit l’acte de la mafia algérienne qui gangrène l’Etat, du fait que ce rebelle des douanes exerçait dans un point de passage, DOUANES ALGERIENNES, de tous les trafics où nombreux affairistes sont associés à des responsables de hauts rangs.

Parmi les zones de corruption et de contrebande, les douanes algériennes sont indiscutablement le point où la corruption est même légendaire. C’était le cas de la Tunisie, où la police passe en premier. Elles sont suivies, dans la hiérarchie des réseaux de la corruption algérienne, par l’appareil institutionnel administratif composé des ministères (tous), des préfectures et des mairies. Ce qui est plus grave, mais au niveau des douanes c’est un partage à ciel ouvert ! Entre trafiquants, douaniers et protecteurs dans les ministères et surtout parmi les militaires.

L’intéressé est connu pour avoir subi des persécutions en 2008, alors à se rendre en Tunisie avec sa famille. Mr Badaoui est un syndicaliste intègre, dont on redoute ses capacités à divulguer ce qu’il a vécu dans les douanes. Le point de passage désobligeant des pratiques plus connues sous l’import/export et sur lequel règne de vrais seigneurs. Des corrompus aux postes de commandes, des rabatteurs qui jouent les sauveteurs des entrepreneurs rackettés et

UN entrepreneur algérien, émigré raconte A PROPOS DES DOUANES : Bouakaz.

En 2008, à sa sortie du territoire nationale pour un séjour de vacance au pays voisin, un titre de congé lui a été exigé alors qu’aucune loi n’instaure une telle norme. En plus il était depuis déjà plus de trois années (2005) en rupture de contrat, car suspendu abusivement et sanctionné comme syndicaliste. Malmené pendant 2 jours aux frontières du pays, il fait demi-tour avec sa famille en pleurs.

Il est accusé « tentative de renversement de l’Etat » avec une action ouverte dans des conditions totalement nébuleuses par le Procureur de la République près du tribunal d’Alger. Dans la journée de son arrestation, il a participé à la réunion du Comité de défense des droits et des libertés syndicaux. Dont il est l’un des membres fondateurs. Cette réunion, tenue à la rue Tanger à Alger, devait réfléchir sur les actions du mouvement de contestation social dans le pays.

Ex-secrétaire général du syndical national des douanes et ex-membre dirigeant de l’UGTA, Ahmed Badaoui subi depuis 2005 aussi maintes persécutions. Le pouvoir algérien se plaît à rendre la vie dure à des personnes isolées. Les poètes Bachir-Ali et Smaïn Aït-Djââfar, tous deux aux journalistes, ont été torturés pendant des années avec les applaudissements de Messaädia, Mehri, Bouteflika et consorts.

Les activités syndicales de Badaoui sont qualifiées de « troubles graves à l’ordre public ». Depuis 2005, sans salaire et sans aucune indemnité, pour un père de famille est la pire des humiliations. A propos de l’UGTA, il dit sur son blog « L’organisation syndicale à laquelle j’appartenais –véritable appendice du pouvoir– n’a pas trouvé mieux que de m’exclure de ses rangs et cela sur injonction du pouvoir » Il a lancé, depuis une année, une pétition on line pour dénoncer cette situation.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Nous organisons des sondages, merci de vous inscrire à nos panels.