POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Qui de la Jordanie ou du Liban est au programme de l’EIIL ?

Qui de la Jordanie ou du Liban est au programme de l’EIIL ?



La place des islamistes modérés dans la fécondité du terrorisme.


mardi 1er juillet 2014
par Azouz Benhocine


La force de frappe de la nouvelle organisation terroriste (EIIL, ISIS ou DAASH) qui sévit au Moyen-Orient, fédère tous les islamistes. Frères Musulmans d’Egypte, fanatiques et leurs complices du Maghreb et Mosquées du Monde entier travaillent pour semer la haine et la violence parmi les musulmans. Alors une question est posée à propos du climat de cette région : QUI SERA LE PROCHAIN PAYS QUI SERA ENVAHI par les djihadistes ?

Voir en ligne : Notre dossier : Liban et EIIL - ISIS - DAASH

Les jeunes musulmans qui intègrent l’EIIL, la nouvelle organisation terroriste, sont pris sur les zones, villages et villes conquis. Mais aussi des militants islamistes venant du Monde entier la rejoignent. En effet, la faction islamiste qui s’est développée en Irak, dans son combat contre les américains, est en dissidence avec Al-Qaïda qui est plus un label qu’un organigramme international. Les hommes d’ISIS ont tué un représentant, venu en Syrie chercher à imposer la marque créée par Benladen et la CIA.

Très peu de statistiques peuvent maintenant, sans une étude avancée, révéler le nombre d’hommes devenus criminels exécutants des pires violences que connait l’humanité en Irak et en Syrie. Mais les capacités sont assez grandes, le Qatar et l’Arabie Saoudite ont fourni l’essentiel des moyens matériels. Les humains, les mosquées du Monde participent à trouver de la chair à canon.

Alors les questions que se posent maintenant tous les observateurs à propos de l’EIIL (isis ou daash), sont en rapport avec l’évolution des forces de cette organisation. Très peu de politiciens croient que l’Irak sera sauvé. Les déchirements se sont complètement incrustés dans les rouages et les croyances sectaires qui se sont substituées à la chute du régime du baâth en Irak et entame le même modèle du nationalisme arabe en Syrie.

Avant même l’actuelle situation où Baghdad est menacée de tomber sous la coupe des hordes terroristes, l’Irak était livré à l’action terroriste, alors qu’elle était considérée combattre les américains, donc moins grave. Chaque jour des dizaines d’irakiens trouvaient la mort, mais c’était le produit de la présence d’une armée étrangère. A force de tolérer les crimes, on n’en est pas ressorti de la spirale : Alors, que sera l’avenir ?

L’avenir du Proche-Orient, où sont nés la pseudo-idéologie de l’islamisme et son bras armé, fait peur.

Certaines anticipations ont préconisé que la Jordanie était, après l’Irak qui a a suivi la Syrie, la prochaine étape de l’EIIL. La monarchie hachémite recèle de vrais islamistes, dangereux et ressemblants beaucoup aux voisins syriens qui ont ouvert leur pays à Al-Qaïda contre la dictature du baâth. Et d’autres y voient plus le Liban qui sera la prochaine pièce à tomber, dans l’effet de domino qui se joue dans la région du Moyen-Orient, avec l’avancée de l’EIIL.

Le pays du cèdre avait déjà connu, sur son territoire, les pires attentats signés par les organisations terroristes qui sanctionnaient le Hizbollah de son soutien au régime syrien. Trois attentats à la bombe en cinq jours, entre le 26 juin et le 1er juillet 2014, disent qu’il y a plus de craintes que la poudrière sectaire du Liban pourrait éclater.

Ces derniers attentats sont très différents des précédents qui ont visé le Hizbollah. Le pays recèle la pire haine qui vise la communauté chiite. La faute revient à l’entretien par le parti de Nasrollah d’une armée parallèle à celle de l’Etat, et ressemblant plus à une organisation terroriste qu’à un bataillon d’une armée structurée.

Le Liban couve ce clivage, maintenant plus exacerbé, que celui des ethnies et communautés religieuses à l’origine de la guerre civile des années 70. La brutalité du Hizbollah et des éléments de l’EIIL, sunnite comme Al-Qaïda, est utile, mais...

Une réalité s’est établie ces dernières années, il s’agit d’une dynamique d’entente entre l’armée libanaise, au niveau des services de renseignement militaires, avec leurs homologues du Hezbollah. La coopération mais pas la rivalité, s’était déjà installée pour les agressions et la criminalité de Tsahal, l’armée de l’Etat colonialiste qui sévit dans la région. Et cette collaboration, entre l’armée libanaise et le Hizbollah, devient maintenant vitale pour le Liban.

Répondre à cet article