POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Pakistan : Manifestation bloquant les sites d’où partent les frappes des (...)

Pakistan : Manifestation bloquant les sites d’où partent les frappes des drones



Les Talibans ne promettent aucune paix, pourtant on les aime !


lundi 25 novembre 2013
par Gros Emile


« Jusqu’à ce que les frappes s’arrêtent », tel est le mot d’ordre de la manifestation organisée par un parti propulsé dernièrement, après les élections de 2013, comme 3ème force politique du Pakistan. Une manifestation a commencé depuis 2 jours, dans l’espoir de persuader les Etats-Unis et leur CIA de cesser les frappes de drones qui éliminent depuis déjà 3 ans, les plus redoutables des Talibans qui se cachent, en se mêlant aux civils, dans le nord du pays.

Le « Mouvement pour la justice » est un organisation politique créée en 1996 par l’ancien joueur de cricket Imran Khan Niazi, devenu aussi entraîneur de l’équipe nationale, qui a mot d’ordre « Justice, Humanité et Estime de soi ». Ce parti nationaliste a été longtemps, pendant 17 ans, marginal et seul son leader a siégé comme député.

Ses négligeables résultats lors des élections législatives de 1997 et de 2002, n’ont pas découragé son fondateur. Depuis cette année, il commence à émerger. Après avoir pris part au mouvement des avocats en 2007 et boycotter les élections législatives de 2008 pour protester contre les mesures prises par le président Pervez Musharraf.

Finalement, après son essor qui s’est fait ressentir dès 2011, le « Mouvement pour la justice » est devenu tout dernièrement irrésistible en se plaçant comme la 3ème force politique du Pakistan. Avec cette position, il arrive à mobiliser.

Cette manifestation fait suite à la mort, la semaine dernière, d’un des principaux chefs du réseau Haqqani. Ce groupe d’insurgés afghan est un noyau des Talibans qui utilise le Pakistan comme base arrière, pour lancer des attaques transfrontalières sur les troupes des États-Unis et de l’OTAN en Afghanistan.

Les manifestants membres du parti de Khan harcèlent les conducteurs de camions sur la route, obligeant certains de leurs camions, endommageant leurs convois, et ont même tabassé un chauffeur. Dans le même temps, le Jamaat-e-Islami, un allié islamiste de Khan, a mené un rassemblement de milliers-forts à Karachi, où les camions commencent leur voyage.

Le vacarme agité des chansons populaires ayant une didactique nationaliste, lors de ce Sit-In qui ne compte pas être levé jusqu’à l’obtention de l’arrêt des frappes de drones américains visant les leaders des Talibans qui se cachent dans la zone montagneuse, aux confins avec l’Afghanistan du Nord.

La foule, agitant des drapeaux du pays avec enthousiasme, qui ne compte pas cesser ses protestations jusqu’à la satisfaction de sa revendication, croit à une controversée et aléatoire paix avec les Talibans d’origine afghane et pakistanaise. Les manifestants acclament les dirigeants du parti qui prennent la parole pour dénoncer les frappes de drones.

La classe politique pakistanaise d’un autre côté, principalement les 2 autres grands partis la « Ligue islamique » et le « Parti du peuple pakistanais », considère l’opinion d’Imran Khan comme laxiste envers des terroristes. Alors que le « Mouvement pour la justice » soutient un processus de dialogue informel entre les autorités pakistanaises et les « Talibans » réfugiés dans une région endiguée et aux reliefs des plus accidentés, et véritables pièges aux troupes qui s’y aventurent. Seuls les drones permettaient d’atteindre l’ennemi imbattable et d’une guérilla de montagnes.

Nous avons expliqué dans un de nos articles sur Populi-Scoop, le processus de dialogue en cours avec les Talibans au Pakistan. L’armée américaine et ses alliés sont suppliés par les autorités Afghanes et à leur tête Hamid Karzaï de demeurer sur place, en reportant à des échéances ultérieures leur retraits, prévu en 2014.

La force de frappe des Talibans est intacte depuis que les forces de l’Otan ont envahi après les attentats du 11 septembre, il y a plus de 10 ans déjà, le pays devenu sanctuaire d’Al-Qaïda et des Talibans. Ces derniers s’empareront du pouvoir à Kaboul comme un jeu d’enfants. L’armée afghane n’est pas encore en capacité de combattre un adversaire insaisissable et l’ennemi reprendra ses activités.

Les autorités pakistanaises officielles considèrent cette manifestation sur le chemin des bases américaines, comme une atteinte à leur allié les Etats-Unis. De telles protestations ont déjà eu lieu en 2011. Alors que ce pays joue un rôle ambigu avec l’islamisme et son corollaire l’islamo-terrorisme, elles reviennent avec plus de manifestants.

Les dirigeants d’Islamabad mènent des négociations avec les « Talibans » soutenus par le parti du Mouvement pour la justice. Lequel voit avec les frappes des drones une sape à une paix illusoire !

Répondre à cet article