POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Tenez-bon Mr John Kerry devant l’impunité de l’allié

La paix israélo-palestinienne et le sionisme colonial !

mercredi 9 avril 2014
par N.E. Tatem


Alors que l’interruption de la confiscation des terres palestiniennes par l’occupant sioniste n’est pas acquise, on rêve encore d’une perspective de paix. Obliger l’Etat hébreu de revenir au dialogue avec les palestiniens, ne trouve aucune réponse dans la diplomatie internationale. Le secrétaire d’Etat américain est en défaut, pathétiquement désavoué et impuissant devant l’impunité dont son pays est 1er responsable.

Le processus de paix israélo-palestinien revient à son éternel point de départ. C’est-à-dire à son arrêt. Sous la surveillance du John Kerry, Israël abandonne la table des pourparlers et bloque l’action de libération d’une 4ème vague de prisonniers palestiniens, inscrite dans le plan de paix.

Nous avons cité dernièrement le cas de l’espion israélien, Jonathan Pollard condamné à vie aux Etats-Unis, pour espionnage au profit d’Israël. Dont la libération est, sous-table, proposée comme éventuelle offre à l’Etat hébreu pour rester dans les négociations avec les palestiniens. La mobilisation dans le Monde et les Etats-Unis particulièrement se multiplie pour forcer les protégés des States de se déterminer dans le conflit qui les opposent aux palestiniens.

L’incapacité du secrétaire d’Etat américain à obliger les responsables israéliens au respect du processus de paix, est devenue un vrai casse-tête à l’administration d’Obama. Quant à l’obstination de poursuivre la spoliation colonialiste des palestiniens et l’insoumission aux lois internationales, le secrétaire d’Etat se trouve comme inopérant.

C’est delà que des personnalités américaines ont publié une tribune dans le site-Web « Politico-Magazine », intitulée : « Tenez ferme, Mr John Kerry - Il est temps pour le secrétaire d’État à insister sur la position américaine sur la paix au Moyen-Orient. »

Il s’agit de : Zbigniew Kazimierz Brzeziński [1], Frank Carlucci [2], Lee Hamilton, Lee Hamilton [3], CARLA A. HILLS [4], Thomas Pickering [5] et HENRY SIEGMAN [6].

Ils commencent ainsi leur appel : « Nous nous félicitons des efforts extraordinaires du secrétaire d’État John Kerry, dans la reprise des pourparlers et négociations relatives pour un accord cadre de paix, et du fort soutien de son initiative reçue de président Barack Obama pour mettre fin au conflit israélo-palestinien. »

Ils dénoncent la colonisation des territoires occupés par le gouvernement israélien comme « illégitime et inutile » . Et ils qualifient l’obligation de reconnaître Israël comme Etat juif, permettrait des pratiques discriminatoires internes à l’encontre des populations non-juives.

Pour le litige territorial, ils exposent :«  exiger d’Israël un compromis acceptant la souveraineté palestinienne selon les limites frontalières de 6 Juin 1967  ». Ils insistent que la sécurité d’Israël est liée à la question des injustices territoriales qui déclenchera toujours des violences dans la région.

Notes

[1] (politologue américain d’origine polonaise. Il a été conseiller à la sécurité nationale du Président des États-Unis Jimmy Carter, de 1977 à 1981.)

[2] (secrétaire à la Défense des États-Unisde fin 1987 à 1989)

[3] (Ancien président de la commission des affaires étrangères de la Chambre)

[4] (Ancien ministre du logement)

[5] (ambassadeur américain aux Nations Unies de 1989 à 1992)

[6] (Président du « Projet US / Moyen-Orient". Professeur de recherche non-résident au Programme Sir Joseph Hotung Moyen-Orient, l’École des études orientales et africaines. Et ancien président du congrès juif américain.)

Répondre à cet article