POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La superstition s’empare de l’Algérie



Digne de la série "X-files", les "Djins" s’accaparent les esprits !


lundi 4 mars 2013
par N.E. Tatem


Quand on entretient l’irrationnel par les relais sociétaux comme les médias, et avec des philosophies ayant trait à la vie, telle la religion ou l’horoscope, entre autres, tous les fléaux destructeurs se liguent. Alors la contestation du savoir, et des sciences, frappe irrémédiablement avec la calamité de la superstition. D’ailleurs c’est le cas du système éducatif d’un pays livré à la gabegie qui en souffre le plus...

Dans un lycée de la wilaya (département) d’El-Asnam (200km à l’ouest d’Alger), les élèves sont pris d’une hystérie collective, laissant croire que des "djins" occupent les lieux. Et sèment des attaques répétées...

A bien mesurer ce désastre digne de la série "X-files", il y a une source indéniable, qui est ce grand recul de la société algérienne dans l’obscurantisme. C’est à partir d’Algérie que la rumeur, semblable au phénomène du "conspirationnisme", avait dit que Niel Amstrong n’a jamais marché sur la lune. Et que c’était une mise en scène d’Hollywood.

Dans la vidéo suivante, des insectes étranges qui dévorent les maisons. Matériellement le phénomène est visible. Cependant, on est loin de la mesure qui alerte de la complexité du monde des insectes. A l’image des détériorations qu’a subies la science ces dernières décennies, il est recommandé d’utiliser le mot "L’entomologie" avec plus de précautions, que le déversement que font les médias algériens...

La génération de "Derwichs" !

Un certain Al-Ghazali imam Azhari, payé 1 million de dollars par an, a été appelé en Algérie dès le début des années 80 pour pousser les algériens à l’application immédiate de la charia islamique. Delà, est venue la reconnaissance des "djins" cités dans le coran et même dans les autres valeureux livres saints !

Quelques mois après l’arrivée de ce Faqih, les premiers groupes terroristes se sont attaqués à l’école police, puis la déferlante a semé les carnages qui restent parmi les faits les plus sanguinaires qu’a connu le monde ces dernières décennies. Le vase clos de la superstition où verse la religion planchant à être un programme militant incontournable, a fait de la jeunesse algérienne une génération de "Derwichs" !

Selon un commentaire d’un expert international de l’islamo-terrorisme, un kamikaze sur 5 mort en Irak, pendant la dernière décennie pour le compte d’Al Qaeda, était algérien. 60% des terroristes, qui sévissent dans la géographie "martienne" du Nord-Mali, sont algériens... Les "djins" ont transformés des descendants de révolutionnaires, des psychopathes égarés.