POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le gaz de schiste donne ses preuves



Une révolution énergétique mondiale se met en place


samedi 26 janvier 2013
par jaco


A l’occasion du Forum de Davos de janvier 2013, la star reconnue pour la relance économique des pays riches est le gaz de schiste. Une note le cite comme vecteur de la reprise économique. L’énergie étant une matière incontournable pour tous appareils industriels, elle trouve sa réponse idoine alors qu’elle angoissait. Que cela puisse étonner ou agacer, depuis 2006 les émissions des gaz a effet de serre se sont amenuisées de 8%...

Les études préliminaires localisent des réserves du gaz de schiste en Europe, importantes en France et en Pologne, devant l’Ukraine, la Suède ou encore l’Espagne. En Amérique, le Mexique et l’Argentine semblent bien dotés. Et en Asie, la Sibérie occidentale et l’Arabie saoudite, de même que la Chine, sont bien pourvus aussi.

Contrairement aux idées reçues, seuls 10% du pétrole consommé aux Etats-Unis provient des pays du Golf arabique. Tout en diversifiant leurs fournisseurs et en encourageant les partenariats avec leurs voisins, les USA ont aussi opté à l’exploitation du gaz de schiste sans lever les oppositions. Les débats environnementaux continuent sans être des blocages.

Mondialement, la bataille effrénée pour les énergies mobilise en réalité tous les pays. Ceux qui ont des bases industrielles ne pouvant fonctionner sans ce moyen de production, se prémunir de la dépendance étant leur objectif. Cependant le sujet du gaz de schiste reste brûlant. Ses opposants tentent d’obstruer la percée de cette ressource jugée néfaste sur l’environnement, non pas son usage mais la technologie de sa prise des sous-sols.

PDF - 90.6 ko
L’essentiel sur le Gaz de Schiste
Comprendre le Gaz de Schiste, les données essentielles dans ce document.

Document : Les explications pertinentes concernant la technique d’exploitation du gaz de schiste. Afin de mieux appréhender la polémique le contestant et qui donne argument idéologique aux "Verts".

Barack Obama, aborde son second mandat dans la sérénité comme la relance économique se dessine amorcée. Elu en 2008 pour les énergies vertes, le-voilà revenu avec les fossiles. Depuis plus d’un an le chômage est jugulé et la catastrophe des « subprîmes » semble être dépassée. Ce revers infligé aux classes moyennes a paupérisé nombreux américains qui s’étaient faits déshérités de leur habitat, après coup, ils remontent péniblement la pente.

En 2013 les Etats-Unis vont être les premiers exportateurs mondiaux de l’énergie, grâce au gaz de schiste. Et les observateurs présument un éventuel effondrement du prix de l’or noir n’est pas à exclure dans les prochaines années. Dès que les pays qui ont opté à l’exploitation du gaz de schiste, qui connaît une grande adversité citoyenne pour les questions écologiques, mettront sur le marché leurs productions, le prix du pétrole chutera et ce dans une échéance.

Au bas mot, ce nouveau créneau énergétique générera aux Etats-Unis environ un million d’emplois dans environ une décennie. L’autre effet non négligeable qu’est la stabilité du prix de l’énergie, les coûts de revient de plusieurs industries énergivores chutent et continuant d’assurer la concurrence des pays développés face à ceux émergents.

En France comme aux Etats-Unis les factures de gaz des ménages connaissent des baisses. Moins 0,05 % a été annoncé par le gouvernement socialiste de France dès janvier 2013. Alors qu’aux USA, il est déjà quatre à cinq fois moins cher pour les ménages.

Aux Etats-Unis, les premiers projets pour extraire le gaz de schiste datent les années 70, sans connaître un engouement comme une réelle innovation, puisque le pétrole était à son apogée. Le gisement de Barnett (Nord du Texas) est le premier à avoir été exploité, sa production ayant atteint environ 75 milliards de mètres cubes en 2011.

Pour l’ensemble des USA, environ 30 milliards de mètres cubes ont été produits en 2006. Puis 55 milliards en 2008, 85 milliards en 2009 et seraient d’environ 260 milliards de mètres cubes en 2012 selon la US Energy Information Administration (EIA).

D’ici 2017 les Etats-Unis seront le plus gros producteur d’énergie (pétrole) et passeront premier exportateur de brut autour de 2030. La compétitivité de la première puissance du Monde reste vissée sur cet atout qui fait tourner toutes machines où qu’elles peuvent exister : l’énergie sans l’embarras à propos de sa provenance.