POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Syrie et Arabie Saoudite : la guerre des agents.



En temps de colère des peuples : Chocs et complots des espions et diplomates arabes


lundi 30 juillet 2012
par Damien Djamel Bouch’Raf


L’information du réseau Voltaire, selon laquelle la Syrie aurait éliminé le prince saoudien Bandar ben Sultan, désigné le 24 juillet chef des services secrets saoudiens, l’un des agents arabes les plus serviles à la CIA, tend à se confirmer. Le coup attribué aux syriens, entendre de Bashar Al-assad, date du 26 juillet, tel que l’avaient annoncé les médias yéménites. Voilà qu’il il aurait finalement succombé à ses blessures.

CERTAINS sites-Web sont catégoriques : cette Info est une propagande du régime syrien


Âgé de 63 ans, il était le fils du prince Sultan qui a été ministre de la Défense du pays de 1963 à sa mort en 2011, enfanté avec une esclave. Bandar était le diplomate préféré du roi Fahd, qui régna pendant 23 ans (1982/2005) à la tête de l’Arabie Saoudite.

Epoque de la naissance des groupes terroristes, dans le monde, comme fruit et surenchère à la secte des frères musulmans égyptiens. Ambassadeur à Washington tout au long du règne roi Fahd ben Abdelaziz Al Saoud, le défunt avait tenu le rôle principal dans les relations et actions diplomatiques d’une période marquante où les américains intervenaient en Orient. Il s’était alors, lors de sa présence aux USA, intimement lié à George H. Bush, alors vice-président des États-Unis.

En représailles à l’attentat de Damas du 18 juillet, il a été visé. Les services saoudiens, avec l’appui logistique de la CIA, étaient parvenus à faire exploser le siège de la Sécurité nationale syrienne lors d’une réunion de la cellule de crise. Les généraux Assef Chaoukat, Daoud Rajha, Hassan Tourkmani et Hicham Ikhtiar, le Staff chargé de mater la révolte du peuple. Les autorités saoudiennes gardent le silence sur la mort de leur prince.

Bandar Ben Sultan est impliqué dans la construction des sphères « djihadistes », alias la nébuleuse… Depuis les premières factions qui ont délogé le communisme d’Afghanistan, jusqu’aux liens personnels qu’il avait avec Ben Laden. Chose qui met les Ibn Saoud dans l’embarras de ne jamais peut-être annoncer cette mort. L’homme chapeautait les filières transitant par Peshawar, où Al Qaeda a été instituée.

Début 2010, le prince Bandar tenta de renverser le roi Abdallah pour placer son père Sultan sur le trône. Le complot échoua et il fut banni du royaume. La santé du monarque déclinant, il revient en Arabie saoudite un an plus tard. Après la mort du prince Sultan, il était devenu de facto le chef de la maison des « Sudeiris », le clan des faucons au sein de la famille royale. Ceux qui interviennent…

CERTAINS sites-Web sont catégoriques : cette Info est une propagande du régime syriens