POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Burkini, fondation pour l’islam et cruauté terroriste, indissociables dans un débat incomplet.



Bordures d’une identité froissée par la théologie de l’intolérance .


jeudi 18 août 2016
par N.E. Tatem


Les musulmans de France, devant l’énormité des dégâts prêchés par une théologie criminelle, cherchent à se démettre d’accablantes barbaries qui activent l’islamophopbie. Souvent évoqués comme des intrus parmi une société largement sécularisée par la laïcité et tous les leviers de modernité, ces croyants ne séduisent pas quand ils brisent leur silence. Mais aussi quand se taisent les paroles de ceux qui héritent, sans l’avoir choisie, une religion, au détriment même de leur athéisme avéré, il manque la touche de la liberté.

Voir en ligne : Notre dossier : ISLAM

Pendant des décennies, indiqués par un racisme quasi industriel qui est souvent tapissé de la mémoire de décolonisation, où particulièrement l’Algérie constitue l’angle de frappe des nostalgiques d’une citoyenneté à double standards, les musulmans français se démarquent, selon leurs expressions des élites éclairées, du tutorat et du paternalisme qui leur recommande de baisser l’échine par la discrétion. Pourtant, ils ne peuvent plus désormais raser les murs, tant qu’ils sont cibles de moult réparties dégradantes, encore plus virulentes et déchaînées que jadis.


- Une vidéo d’Arabie Saoudite où l’image écornée de l’islam 21 janvier 2015
- Chalghoumi vecteur de désolation pour les musulmans de France 12 mai 2016

Les adeptes du message divin délivré au prophète Mohamed, sont plus souvent et depuis longtemps discriminés pour l’ostentation de leur croyance. Cela est aussi lié à leurs comportements, indiqués de part leur confession, qui sont à l’épreuve d’un mode de vie différent de leur culture cultuelle. Et leur désorganisation, rajoutant un « chouiya », ne leur assure guère une représentation institutionnelle sérieuse, qui leur attribue pleinement l’adoption des règles, notamment constitutionnelles, de la terre d’accueil.

L’intégration sans mode d’emploi...

Les controverses parées d’une pseudo-idéologie, l’islamisme, que la dernière grande révélation à divinité monolithique traîne comme une hideuse hydre de haine, se multiplient. Les islamistes tiennent à la « Sahwa » (renaissance) pour ne pas lâcher du leste concernant le foulard, amplifié en Burka, et l’endoctrinement des générations juvéniles. Là où existent des musulmans, des prédicateurs au prosélytisme placardant l’identité viendront mettre l’huile et le feu !


- Double crainte des musulmans de France après les attentats d’un vendredi 13 à Paris 17 novembre 2015 Décryptage d’un nouveau mouvement antiraciste en France 3 novembre 2015

Des faits ont placé désormais la France, au détriment de la paix sociale, parmi les pays à grands risques terroristes, après les actes qui ont résulté d’un fanatisme que l’angélisme a toléré. Des attentats ont causé plus de 230 morts en l’espace de quelques mois de la fin de 2015 et du premier semestre 2016, alors que la dénonciation communautaire est, inaudible, sans la vigueur de distanciation par rapport à l’islamo-terrorisme.

... entretient une exclusion néocoloniale...

La communauté musulmane française vit donc l’histoire du « Burkini », du rappel de la « fondation de l’islam » (lancée par Mr J-P Chevènement dont la création est faussement -usurpée- attribuée à Sarkozy) et d’une forte exposition de pratiquants qui se livrent au terrorisme qui sont, ces derniers, plus exposés que les débonnaires croyants. Les pays occidentaux sont aussi pris dans cette démence, une conséquence largement advenue des relations internationales et des diplomaties qui entretiennent l’éternité d’un conflit d’illégalité internationale au Moyen-Orient…


- Théorie du complot : amitié fantoche de l’occident avec l’Arabie Saoudite 10 mars 2015
- L’EI s’adresse aux musulmans, aux bons entendeurs qui relaient 2 février 2015

Comme la différenciation des concepts « musulmans et islamistes » qui s’appliquent à deux catégories d’êtres et peuvent se chevaucher en une personne, ainsi que le terme « islamique » qui ramène aux lieux, situations et objets, n’est pas pleinement interprétée, alors le commun des musulmans cacherait-il souvent un criminel ?

... en territoire métropolitain et assimilé.

L’étouffement de l’esprit pluraliste des musulmans, à l’image de toute l’humanité, contredit les essors que les chinois ou bien les japonais, de même d’autres peuples de la Terre qui partagent ces idées faussement attribuées à l’occident, ont suivi pour s’élever. Non, les musulmans qui ont créé le « sirwel » (littéralement le pantalon que les pirates des mers ont été les premiers à vulgariser) ne sont point obligés de porter Kamis ou Burka ! A moins que le verset de couvrir le corps féminin, interdise à Satan d’introduire le physique et s’établir dans l’âme !


- 19 mars en France : la mémoire interrompue ! 20 mars 2016
- Un vendredi 13 noir : le Daesh frappe Paris ! 16 novembre 2015

La domestication et le paternalisme envers la communauté des musulmans français n’ont jamais été réduits. La Fondation pour l’islam de France est seulement réactivée, elle existait sous une forme ou une autre, sans qu’elle n’ait apporté un quelconque encadrement du culte. L’accoutrement est un symbole fort, inégal à une soutane couvrant strictement un activiste catéchiste, qu’on généralise imperturbablement au moindre être aux anges de sa fréquentation des 5 pléthoriques prières quotidiennes…

Question n° 1 : Comment des personnes par pudeur religieuse cacheraient-elles leurs corps, peuvent se balader et observer d’autres individus nus, sans être offensées ou choquées ?

Question n° 2 : Les chinois qui ont une grande civilisation sont-ils dans l’erreur, contrairement aux musulmans, en poursuivant les acquis de l’humanité et continuant les normes de la vie occidentale ?

Répondre à cet article