POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Ce que l’islamiste algérien fait en Syrie ?



Dernier bilan des algériens impliqués dans le terrorisme en Syrie.


lundi 20 janvier 2014
par Damien Djamel Bouch’Raf


Si trois islamo-terroristes d’origine algérienne ont été identifiés officiellement tués pendant le mois de janvier 2014 en Syrie, le nombre des anonymes seraient au moins le double pour la même période. Souvent ce genre d’informations nominatives concerne d’abord les Emirs, ou chefs de factions. De simples téléphones cellulaires, et de vieille génération, servent aux contacts, y compris familiaux.

Deux des Algériens sont originaires de la même wilaya (département), d’El Oued, située à 600 km au sud-est d’Alger et frontalière avec la Tunisie. Et le 3ème est descendant d’une famille algérienne émigrée en Belgique. Il est connu, dans les milieux islamistes de Belgique et de Syrie, sous l’appellation d’Abou Al Bara El Belgiki.

Au total 276 Algériens ont perdu la vie en Syrie selon l’agence américaine des statistiques « Pentapolis ». Les chiffres, côté algérien, ne sont pas établis, sinon ils ne sont jamais donnés par les autorités. L’agence américaine a publié d’accablantes données, impliquant les islamistes dans le Monde, quant à la présence des criminels arabes liés à la pseudo-idéologie issue de la théologique islamique.

1902 « djihadistes » tunisiens ont été tués en Syrie ainsi que 1807 Libyens, 1432 Irakiens, 1002 Palestiniens, 828 Libanais, 821 Egyptiens, 714 Saoudiens, 571 Yéménites, 412 Marocains, 273 Algériens, 71 Koweïtiens, 42 Somaliens, 21 Omanais, 19 Bahreinis, 9 Emiratis, 8 Qataris, 3 Soudanais et un Mauritanien.

Les deux ressortissants d’El-Oued, le département connu être à égalité avec celui d’Alger la capitale, pour avoir eu le plus grand contingent d’Algériens ayant pris part aux combats anticommunistes en Afghanistan (plus de 1000 combattants), sont Youcef Nasba (alias Abou Oubaida, 28 ans) et Mohamed Toufik Ounoussi (alias Abou Alqama al-Djazairi, 25 ans). El-Oued est aussi connu avec l’attaque de Guemar en 1991, conduite par un ancien djihadiste, Tayeb El-Afghani, contre un casernement de l’armée algérienne.

L’élimination de Nasba est parvenue jusqu’en Algérie, suite à un appel téléphonique reçu lundi 13 janvier 2014, depuis Alep par sa famille et faisant état du décès de leur enfant. Pour ce qui est de la mise hors d’état de nuire de Mohamed Toufik Ounoussi, l’information a été diffusée par un site jihadiste et attribuée à Saïf Allah El Masloul, affiliée au groupe terroriste de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Les islamistes étrangers en Syrie cible des rebelles locaux !

« Abou Al Bara El Belgiki » (le Belge), dirigeait la phalange de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) dans le gouvernorat d’Idleb, en Syrie. Il a été tué par des éléments d’Al-Nosra, organisation terroriste affilée à Al-Qaïda comme la sienne. La télévision syrienne a pour sa part, précisé que la phalange dirigée par ce « djihadiste » s’était vengée en tuant des dizaines d’éléments d’Al Nosra et en assassinant deux civils kurdes.

Selon nombreux observateurs de la crise syrienne, des coalitions de rebelles uniquement syriennes ne cessent de se nouer, sur le terrain strict de l’opposition armée qui combat le régime. Excédés par les exactions attribuées à l’EIIL, les rebelles ressortissants locaux, toutes tendances confondues, éliminent à vue les étrangers.

Les rebelles syriens veulent en terminer avec L’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). L’organisation liée aussi à Al-Qaïda, fait face depuis début janvier à une offensive, où la volonté d’hégémonie sur la révolte regagne sa légitimité, les syriens. Ces derniers retournent leurs armes contre leurs anciens alliés, en commençant par ceux dans les zones sous leur contrôle dans le nord du pays.

C’est dans ce genre d’organisations, NOSRA ET EIIL (les deux font allégeance à Al-Qaeda mais en conflit pour diriger les massacres) que se retrouvent les étrangers comme les algériens. Dans les rangs des hordes appartenant à la franchise internationale Al-Qaïda, sont tassés les Djihadistes venus de plusieurs pays du Monde.

L’Arabie Saoudite finance et les mosquées liguent les individus. En Syrie atterrissent des jeunes, où une extermination massive se dessine... Selon un bilan officiel donné par l’OSDH, (l’Office Syrien des Droits de l’Homme) 700 jihadistes et rebelles ont été tués dans les combats depuis le début de l’offensive rebelle déclenchée depuis le 3 janvier. Aux Djihadistes étrangers en Syrie, l’enfer a commencé...

Répondre à cet article