POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Juliano Mer-Khamis, les enfants palestiniens orphelins de leur THEÂTRE DE LA LIBERTE



Le martyr de la paix...


mercredi 6 avril 2011
par Hugo Mastréo


L’engagement du comédien et réalisateur Juliano Mer-Khamis est d’abord contre l’occupation israélienne, qu’il a toujours dénoncée. Il vient d’être tué, le 4 avril, dans son théâtre de Jénine où il offrait, depuis quelques années, aux enfants la possibilité de s’adonner et de voir du théâtre. Il était juif palestinien !

La dernière production, du « théâtre de la Pierre » qui devient après sa reconstruction, « théâtre de la Liberté » est « Alice au pays des merveilles ». Situé dans le nord de la Cisjordanie, il était destiné aux enfants palestiniens…

Sa mort constitue une perte considérable, pour la notion lumineuse de « paix juste et irréversible » au Proche-Orient. Un conflit qui s’éloigne, avec le pouvoir de la droite israélienne, de sa fin. L’artiste militant encombrait d’ailleurs les deux camps antagoniques de la violence qui se pratique sans perspective de fin. Celui des criminels de guerre de Tsahal favorisant l’expansion colonialiste, et celui des « Fascislamistes » qui ne se reconnaissent pas dans les efforts de l’OLP de suivre une résistance paisible et non-violente.

En effet la perte de Juliano Mer-Khamis, inexpliquée car commise par des hommes masqués, débarrasse les forces colonialistes et les combattants palestiniens qui ne croient pas aux enseignements de Gandhi et Mandela, d’un témoin et un militant. L’artiste qui ne rentre pas dans les pratiques et paramètres des deux violences, gênait des deux côtés. Zakaria Zubeidi, un chef de file de la Brigade des martyrs d’al Aqsa organisation qui veut changer de méthode de lutte, fréquente le théâtre comme un enfant. Il était l’un des grands meneurs des 2 Intifadhas...

Pour Abou Nidal qui a été tué en Tunisie et pour le responsable du Hamas abattu dans sa chambre d’hôtel à Dubaï, il était question de terroristes, selon la désignation dominante en occident et la plus privilégiée par Israël. Mais les enfants de Gaza massacrés par centaines, comme les 65% des 1500 victimes de l’opération Plomb Durci, il est n’est point expliqué par nombreux médias le génocide…

Cette mort suscite aussi la question des « islamo-fascistes » qui n’étaient en odeur de sainteté avec lui, le jugeant libérale du point des mœurs donc dérangeant, d’après les connaisseurs du terrain à Jénine… La structure théâtrale qu’il dirigeait a été déjà visée par deux jets d’incendiaires, qui ont causé à deux reprises des dégâts importants. Il vient d’être abattu par des hommes masqués, à quelques mètres du « théâtre de la Liberté »… Il était trop libertin, et considéré comme quelqu’un qui éloignait la jeunesse de la religion…

… Du « théâtre des pierres » fondé, en 1989, originellement par sa mère, Arna Mer (1930-1995), pendant la première Intifada (et en hommage à elle) dans le camp de réfugiés de Jénine, est né le « théâtre de la Liberté ». La mère de Juliano Mer-Khamis est une dramaturge juive mariée à un chrétien palestinien et dirigeant du parti communiste israélien. Créer cette structure théâtrale pendant la première Intifada et dans le camp de réfugiés de Jénine, ce fut un symbole. Détruit en 2002 par l’armée israélienne, il a été avait rouvert en 2006, grâce à la volonté du fils qui vient de trouver la mort.

Arna Mer, Mère de Juliano, dans son oeuvre avec la marmaille palestinienne

EXTRAIT DE FILM DE Juliano

Mer Khamis est apparu dans un certain nombre de films israéliens après son premier rôle au cinéma dans la production de 1984 du roman de John Le Carré "The Little Drummer Girl", sur la chasse du Mossad pour un combattant de l’OLP... Et qui devint le film qui retrace le monde l’espionnage côté conflit du Proche-Orient.

Il vivait dans l’espoir de rapprocher les deux peuples en conflit, son rêve qui est celui de nombreux palestiniens à vouloir montrer la justesse de leur cause… S’est donné un martyr !