POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > Humanit > Monde, actualit internationale, politique, relations, diplomatie, affaires trangres > Politique, France, francophonie, Algrie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde arabe, vi > BOUTEFLIKA ou REQUIEM POUR UN FOSSILE

BOUTEFLIKA ou REQUIEM POUR UN FOSSILE

Aprs 50 ans dindpendance : lobsolescence dune constitution viole !

lundi 15 juillet 2013, par Djamal Benmerad

Plusieurs annes avant son AVC Bouteflika, qui neut durant son rgne pas une once dhumanit pour son peuple, tait dj un fossile, puisquen trois mandats il a t hospitalis (toujours en France) 4 fois - dont une pour un cancer lœsophage -, mais un fossile qui voudrait emmener dans sa tombe le fauteuil prsidentiel. Cest surtout un fossile qui a gard une norme capacit de nuisance, vu les relais dont il dispose au sein des institutions, commencer par le Conseil constitutionnel qui lui est entirement dvou.

Si la parole a besoin de laction, laction, elle, na pas besoin de paroles Georges Habache

Par : DJAMAL Benmerad - Journaliste Algrien -

Dernier livre publi : nouvelle biographie du Che

<doc1090|left>

Notre dossier : LAlgrie et le Projet Dmocratique.

La majeure partie du microcosme politique algrois (et non algrien car la base sociale de la majorit des partis ne dpasse gnralement pas les limites de la capitale) est en moi depuis laccident vasculaire crbral (AVC) survenu Bouteflika, lindus occupant de la Prsidence de la Rpublique.

Certains, qui ne durent leur existence qu la Prsidence, et pour qui nous reprenons lappellation coloniale de Bni oui-oui, se mirent redoubler de dclarations de vux et de soutien celui qui nest dsormais quun fossile. Dautres demeurent dans lexpectative. Tandis que dautres, rares comme Mohamed Mechati, survivant des 22 historiques qui dclenchrent la guerre dindpendance ou le Front national algrien de Moussa Touati ou encore Me Ali-Yahia Abdennour, prsident dhonneur de la Ligue algrienne des Droits de lHomme, demandent lapplication sans tarder de larticle 88 de la Constitution. Cet article de la Constitution que nous reproduisons dans sons intgralit, stipule que :

Lorsque le Prsident de la Rpublique, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilit totale d’exercer ses fonctions, le Conseil Constitutionnel, se runit de plein droit, et aprs avoir vrifi la ralit de cet empchement par tous moyens appropris, propose, l’unanimit, au Parlement de dclarer l’tat d’empchement.

Le Parlement sigeant en chambres runies dclare l’tat d’empchement du Prsident de la Rpublique, la majorit des deux tiers (2/3) de ses membres et charge de l’intrim du Chef de l’Etat, pour une priode maximale de quarante cinq (45) jours, le Prsident du Conseil de la Nation, qui exerce ses prrogatives dans le respect des dispositions de l’article 90 de la Constitution.

En cas de continuation de l’empchement l’expiration du dlai de quarante cinq (45) jours, il est procd une dclaration de vacance par dmission de plein droit, selon la procdure vise aux alinas ci-dessus et selon les dispositions des alinas suivants du prsent article.

En cas de dmission ou de dcs du Prsident de la Rpublique, le Conseil Constitutionnel se runit de plein droit et constate la vacance dfinitive de la Prsidence de la Rpublique.

Il communique immdiatement l’acte de dclaration de vacance dfinitive au Parlement qui se runit de plein droit.

Le Prsident du Conseil de la Nation assume la charge de Chef de l’Etat pour une dure maximale de soixante (60) jours, au cours de laquelle des lections prsidentielles sont organises.

Le Chef de l’Etat, ainsi dsign, ne peut tre candidat la Prsidence de la Rpublique.

En cas de conjonction de la dmission ou du dcs du Prsident de la Rpublique et de la vacance de la Prsidence du Conseil de la Nation, pour quelque cause que ce soit, le Conseil Constitutionnel, se runit de plein droit et constate l’unanimit la vacance dfinitive de la Prsidence de la Rpublique et l’empchement du Prsident du Conseil de la Nation.
Dans ce cas, le Prsident du Conseil Constitutionnel assume la charge de Chef de l’Etat dans les conditions fixes aux alinas prcdents du prsent article et l’article 90 de la Constitution. Il ne peut tre candidat la Prsidence de la Rpublique
. Fin de citation

Sauf quen Algrie, o le sport prfr du rgime est de contourner les lois, cet article de la Constitution sannule de lui-mme car :

 1. Larticle 88 ne peut tre appliqu quavec lassentiment du clan de Bouteflika.
 2. La procdure dempchement ne serait lance que sil y a consensus sur le nom du prochain prsident au sein du rgime.

Aprs un premier volet consacr linterprtation thorique de larticle, voici un deuxime volet expliquant la ralit de lapplication (ou plutt de la non-application) de la procdure dempchement en Algrie.

Tout dabord, quest-ce quun empchement ? Dans son sens commun, cest une impossibilit dagir, une difficult ou encore un obstacle surmonter. Nul ne peut contester quAbdelaziz Bouteflika soit dans une situation dempchement du fait de son tat de sant. Il ne peut assurer ses fonctions la prsidence El Mouradia. Et quand bien mme il serait juste convalescent aux Invalides Paris avec toutes ses facults mentales et physiques, il ne peut y traiter des dossiers relevant de la souverainet du pays au risque de mettre en pril des secrets de lEtat algrien. Et la visite son chevet Paris du Premier Ministre Abdelmalek Sellal et du Chef dtat-major Ahmed Gad Salah ne lve pas toutes les interrogations ce sujet.

Dans son sens politique, le mot empchement dsigne une mesure, vote par un parlement ou un jugement dcid par une juridiction spciale, visant destituer ou suspendre un chef dtat ou une haute personnalit du pouvoir excutif. Cest lobjet de larticle 88 de la constitution algrienne qui stipule quen cas de maladie grave et durable, le prsident peut tre suspendu de ses activits pendant une dure de 45 jours. Et sil nest pas apte reprendre sa fonction la fin de ce dlai, ltat de vacance est alors dclar.

Ouvrons une parenthse pour dire que si cette dcision dempchement tait virtuellement dcide aujourdhui mme, labsence de Bouteflika peut techniquement totaliser 90 jours - soit le quart de sa dernire anne de mandat - sans quil se retrouve destitu ! Il lui suffirait alors de revenir El Mouradia couler ses derniers jours de Chef dEtat. Mais fermons vite cette parenthse toute virtuelle. En thorie, cest le Conseil constitutionnel (CC) qui est charg de sassurer que la constitution - le texte fondamental de la rpublique - soit bel et bien respect. Cette haute juridiction aurait du sautosaisir afin de garantir la bonne marche des institutions de lEtat. Nul besoin denvoyer une dlgation en France, le CC peut constater la carence du pouvoir directement au palais dEl Mouradia Alger. Cest bien moins loin !

Mais dans le contexte algrien, le CC nest quune vitrine lgaliste sans crdibilit. Avec la crise politique gnre par la maladie du prsident, le CC attend les instructions avant de ragir. Loin dtre un gardien du temple, le CC nest quun rouage du pouvoir. Une autre absurdit : les mandats de lancien prsident Boualem Bessaih et de plusieurs autres membres du CC staient termins au mois de septembre 2011. Ils ont quand mme continu siger. Et cela ne les a pas empchs dentriner des lois organiques comme la loi sur les partis politiques ou le code de linformation dbut 2012. Un travestissement du texte fondamental qui aurait t frapp du sceau de la nullit dans toute dmocratie qui se respecte.

Le successeur de Boualem Bessaih nest autre que lancien ministre de la Justice Tayeb Belaz. Aussitt nomm en mars 2012, il se fait remarquer au mois de mai suivant en battant un record qui devrait figurer dans les annales. Il a fait valider les "rsultats des lections lgislatives" sans avoir techniquement les donnes dtailles pour le faire. Avec lui, le Conseil Constitutionnel devient une simple chambre denregistrement. Une mission quil avait dj russie au ministre de la Justice de 2003 2012. Pas dindpendance de la justice, pas de respect de la constitution. Pourquoi se gner avec la lgalit !

Le Conseil Constitutionnel est verrouill. Parmi ses neuf membres, on retrouve danciens dputs et snateurs des partis du pouvoir FLN et RND. La stabilit du pays rside dans son immobilisme. Il ne faut pas esprer dinitiative autonome de ce ct l.

Et quand bien mme, mme si le CC sautosaisit et lance la procdure dempchement, il lui faut passer par un vote la majorit des deux tiers des membres du parlement, assemble nationale populaire et conseil de la nation runis. Et sur les 606 parlementaires - 462 dputs et 144 snateurs - combien doivent leur situation personnelle leur asservissement un clan du pouvoir ? Bref, une situation de blocage ce niveau nest pas une hypothse carter. Moins pour des raisons politiques que pour assouvir leur cupidit. La plupart des parlementaires tant passs matres dans la montisation de leur statut, il faut sattendre une surenchre de demandes sonnantes et trbuchantes ou davantages matriels. La notion dintrts suprieurs du pays tant dailleurs particulirement trangre la culture de certains "lus" vus les conditions dans lesquelles ils ont t slectionns.

Ensuite, imaginons que toutes ces entraves soient finalement surmontes, cest le prsident du Snat qui assure lintrim. Il sagit de Abdelkader Bensalah. Un autre proche du clan Bouteflika. Ce qui laisse augurer que rien de toute cette procdure ne serait possible sans lapprobation des proches du prsident actuel.

Tous cela fait dire aux observateurs quAbdelaziz Bouteflika avait verrouill larticle 88 lavance, de peur davoir un coup dtat mdical la Bourguiba. Le politologue Mohamed Chafik Mesbah, un ancien colonel des services secrets, le rsume ainsi :

On peut reprocher Abdelaziz Bouteflika de ne pas avoir de stratgie, mais sur le plan tactique, il est imbattable. Ce nest pas pour rien quil a plac Tayeb Belaz au Conseil constitutionnel. Tant que la situation sera contrlable, Belaz refusera dappliquer les dispositions constitutionnelles .

Il lui suffirait alors au fossile de revenir El Mouradia couler ses derniers jours de Chef dEtat.

Une succession prsidentielle nest pas une affaire simple dans les coulisses du pouvoir algrien. Le consensus est souvent obtenu lusure aprs un long processus. Pour le moment, il semble quaucun candidat ne fait lunanimit. Mais si jamais larticle 88 est enclench, sur initiative principale des services secrets et de larme, et approbation des diffrents clans du pouvoir, dtes- vous bien que le deal a t entrin et que le poulain prsidentiel est dj choisi.

Maintenant, en attendant le retour dAbdelaziz Bouteflika ou sa peu probable destitution, il faut shabituer aux habituels manquements la lgalit constitutionnelle. Ainsi en est-il du ministre des Affaires trangres Mourad Medelci qui reoit les copies figures des lettres de crance de plusieurs nouveaux ambassadeurs en Algrie. En totale contradiction avec larticle 78 de la constitution qui stipule que seul le Chef de lEtat "reoit les lettres de crance et de rappel des reprsentants diplomatiques trangers," un pouvoir quil ne peut aucunement dlguer en vertu de larticle 87. La situation politique actuelle en Algrie est un coup anticonstitutionnel permanent, mais cela nest pas nouveau. Cela fait des annes que cela dure.

Cependant, et croyant connatre les murs du pouvoir, cela ne se passera pas ainsi.

Certains partis, ou plutt clients du pouvoir, avaient dj dclar leur soutien la quatrime et non moins illgitime candidature de Bouteflika la Prsidence car, rappelons-le, la prcdente Constitution limitait les mandats prsidentiels deux (02). A cette occasion, rappelons que Bouteflika, prenant soin de multiplier le salaire des dputs par 300, demanda au Parlement damender la Constitution auparavant pour une dure illimite des mandats. Comme on ne proteste pas la bouche pleine, les dputs votrent avec les deux mains - et mme avec leurs deux fesses - le nouvel amendement.

Mais revenons au dbut de la db cle nationale.

Tout commena en 1998 lorsque larme prsenta Bouteflika, quelle avait import auparavant des Emirats Arabes Unis o il stait rfugi fuyant la Justice algrienne, aux prdentielles. En effet, suite la mort en 1979 du Prsident Houari Boumediene, dont Bouteflika tait ministre des Affaires trangres, la cour des comptes dcouvrit que ce dernier avait prlev pour son compte personnel des milliards de dollars sur des fonds destins aux chancelleries algriennes ltranger, somme quil avait plac sur deux comptes en Suisse. Par crainte dtre jug et, ventuellement condamn, Bouteflika prit la fuite vers les Emirats Arabes Unis qui navait pas de trait dextradition avec lAlgrie.

Cette mme arme, aprs avoir assassin en direct des crans tl le Prsident Boudiaf, prsenta Bouteflika aux lections prsidentielles en tant que candidat unique, les autres postulants stant retirs de la course pour dnoncer les conditions dorganisation du vote. A laide dune fraude massive, il fut lu avec le score brejnvien de 74 % de voix.
Cest l que saggrava la rgression de lAlgrie, commence sous la prsidence de Chadli Benjedid et que dbuta l-plat-ventrisme de Bouteflika, -plat-ventrisme idologique face aux USA et conomique vis--vis de la France.

Ds son arrive au pouvoir, Bouteflika entreprit le dmantlement de lhritage de Boumediene timidement commenc lre Chadli. En matire sociale, il commena par abolir ce qui faisait, entre autres, la fiert des Algriens : la mdecine et lducation gratuites, ainsi que la subvention tatique du livre soudain considr comme un produit de luxe.
Puis il sen prit au secteur public industriel qui reprsentait lcrasante majorit de linfrastructure conomique, allant jusqu dnationaliser le gant Sider, le plus grand complexe sidrurgique dAfrique qui se permettait, au-del de satisfaire lautosuffisance nationale, dexporter vers ltranger ses produits.

Profitons de ce passage pour rappeler que Boumediene faisait payer des pays du Tiers-Monde la moiti du prix international du ptrole, ce quon appelle un tarif prfrentiel.

Pour parachever sa besogne, Bouteflika supprima le monopole de lEtat sur le Commerce extrieur, ouvrant la porte une faune de nouveaux riches qui, bnficiant dun registre dimport-export que lhumour algrien surnomma import-import - car ces spculateurs ne produisant rien navaient navait rien exporter - qui importaient des produits africains via la France. La France est le passage oblig, mme pour limportation de produits africains ! Le clbre dramaturge Abdelkader Alloula, assassin (par les islamistes, semble-t-il), en fit une pice de th tre pourfendant ces arrivistes intitule Les sangsues .

Tout cela se fit sur recommandation du FMI alors quun pays riche tels que lAlgrie pouvait se permettre dignorer cette institution, aussi internationale soit-elle. Et pour ce faire il sest adjoint son frre Sad, vritable Raspoutine, en le nommant Conseiller la Prsidence.

Et cerise sur le g teau, il dbaptisa les rues dhrones martyres de la guerre dindpendance. Cest pour se gurir dun complexe, surtout sagissant de femmes. Cela se comprend, sans ladmettre, de la part dun homme qui a fait la guerre dans les cabarets dOujda et qui ne participa la guerre dindpendance quen tant que secrtaire administratif de Boumediene, alors chef dEtat-major de lArme de Libration Nationale.
Contrairement ce que dit sa biographie officielle, Bouteflika na eu, durant la guerre dindpendance, aucun grade militaire dans lArme de Libration Nationale, Un grade se gagne au combat et Bouteflika na jamais particip aucun combat. Il n’a jamais touch une arme, sauf peut-tre en tant que Prsident, au Muse de L’Arme.

N Oujda, bourg marocain frontalier de lAlgrie, et peu dou pour les tudes, il fut renvoy de lcole pour manque dassiduit.
Dans cette mme ville tait stationne l arme des frontires compose de bataillons de lArme de Libration Algrienne (ALN). La mre de Bouteflika, quil continue appeler affectueusement El Walida, possdait dans cette ville un hammam qui avait deux entres, lune donnant sur le hammam et lautre, plus discrte, sur une maison close quelle avait faite enregistrer comme dpendance dudit hammam, les maisons closes tant svrement taxes. Les soldats de lALN qui frquentaient l(es)tablissement(s) de Mme Bouteflika chargeaient son fils de diffrentes petites courses : tabac, sandwichs, etc.

Intrigant prcoce, Bouteflika gr ce ces petites courses, russit se faufiler au sein de lALN et se faire recruter comme secrtaire administratif de son chef dtat-major : Houari Boumediene.

Avec le temps et pour des raisons ignores, o que nous voulons ignorer parce quil sagit de la vie prive de la mre Bouteflika et de Boumediene, celui-ci en fit son confident et cest ainsi que Bouteflika, sans comptences particulires, se retrouva, lindpendance de lAlgrie, ministre de la Jeunesse, puis ministre des Affaires trangres.

Une rpression multiforme

Voici, par exemple, ce que dclarait la Coordination Nationale pour le Changement Dmocratique (CNCD ) dont le prsident est M. Ali Yahia Abdennour, doyen des Droits de lHomme en Algrie dans sa plate-forme de sortie de crise  : Le changement aura lieu dans la rue, dune manire pacifique mais rsolue a averti Matre Ali Yahia Abdenour loccasion dune confrence de presse organise par la CNCD (compose essentiellement d’acteurs de la socit civile). Le prsident dhonneur de la ligue algrienne pour la dfense des droits de lhomme (LADDH) na pas t complaisant et a dress un tableau trs sombre de la situation politique en Algrie. Pis, lAlgrie toute entire serait dans une phase dangereuse , estime le confrencier qui soutient quune tempte est en train de se prparer et va emporter le rgime, comme cela sest pass en Tunisie et en Egypte . Cela ctait le 15 juin 2012.

Ali Yahia Abdenour propose de destituer le chef de lEtat en sappuyant sur la Constitution, notamment dans son article 88 qui prvoit, ajoute-t-il, le remplacement du prsident de la Rpublique en cas de maladie grave . Le prsident dhonneur de la LADDH dira quil a trouv le discours la nation de Bouteflika pathtique . Tous les changements lintrieur du systme ne seront daucun effet, estime encore lavocat qui soutient que le dpart du prsident de la Rpublique doit tre un pralable tout changement . Les rformes annonces par le chef de lEtat ne sont que de la poudre aux yeux pense Ali Yahia Abdenour qui remontera dans lhistoire en affirmant quentre le colonialisme et le pouvoir actuel rien na vraiment chang. Les citoyens algriens sont rests des sujets, comme lors de la colonisation dira-t-il en soulignant que la rvolution algrienne a t dtourne de son sens depuis 1962 .

Pour sortir de cette crise , la CNCD propose une srie de mesures, contenues dans une plate- forme distribue aux journalistes, en marge d’une confrence de presse organise Alger. Le premier pralable cest lorganisation dune confrence nationale et qui aura pour mission de dsigner un conseil national de transition dmocratique (CNTD), est-il expliqu. Compos de personnalits rsolument engages pour le changement dmocratique , le CNTD aura un mandat qui ne devrait pas dpasser les 12 mois, ajoute- t-on encore en soulignant que la commission doit veiller dissoudre toutes les assembles lues , nommer un gouvernement de transition pour grer les affaires courantes et enfin se prparer pour engager le pays dans une refondation nationale dont la cl de vote sera la rdaction dune Constitution qui sera propose au peuple algrien par voie rfrendaire . Le CNTD mettra en place une commission indpendante qui proposera les modalits de restitution du sigle FLN la mmoire collective. Cette commission aura pour mission dtablir la vrit et la justice sur toutes les atteintes subies par les Algriennes et les Algriens aprs lindpendance est-il stipul dans le cinquime point de la plate- forme pour le changement dmocratique . Cette dernire, propose par ailleurs que durant cette phase de transition larme et lensemble des services de scurit seront placs sous lautorit du CNTD et auront pour mission la dfense du territoire et du caractre rpublicain et dmocratique de lEtat .

Interrog sur la faible participation des citoyens aux marches hebdomadaires de la CNCD, le dput du RCD, Besbs Tahar incombe cela au dispositif scuritaire dploy chaque samedi. Par ailleurs, la reprsentante du parti pour la libert et la dmocratie (PLD), Mme Aouicha, est intervenue au sujet de l’assassinat dAhmed Kerroumi, lenseignant universitaire, militant au sein du MDS et membre de la CNCD dOran. Cest un assassinat politique dont lobjectif est de nous faire taire a-t-elle dclar. A noter quen dehors de laction de samedi, cest la premire fois que la CNCD organise une confrence publique. Plusieurs personnalits politiques nationales et des ambassadeurs ont t invits et les reprsentants des chancelleries bases Alger, des USA, dEspagne et dItalie sont venus participer la rencontre.

Le violent Bouteflika ne pardonne qu la violence, pour preuve il a amnisti plusieurs milliers de terroristes, dont leurs chefs, reconnus coupables de massacres et de viols.

Bouteflika accordait au parti qui le demande un agrment dEtat, dont il ferait plus tard un client , tout en linfiltrant par le DRS. Cependant, durant ces trois mandats prouvant pour le peuple algrien, il rejeta toutes les demandes dofficialisation demande avec insistance par divers syndicats qui ont pourtant dmontr, par leurs actions, leur reprsentativit. Au contraire, ces syndicats furent rprims et plusieurs de leurs membres, dont des grvistes de la faim, furent incarcrs.
Cette rpression nous rappelle celle dont fut lobjet le CNCD. La marche organise par le CNCD le nous donne un aperu sur la rceptivit du pouvoir de toute forme de contestation.

La marche du 12 fvrier 2011

Plusieurs milliers de manifestants se sont runis Alger, le 12 fvrier 2011 autour de la place du 1er mai, pour manifester contre le pouvoir algrien l’appel de la CNCD, qui rassemble des partis d’opposition, des reprsentants de la socit civile et des syndicats non officiels. Le rassemblement, interdit par les autorits, s’est cantonn la place, sous la surveillance d’un impressionnant dispositif de rpression - 30.000 policiers, selon les chiffres officiels - qui a dispers la foule.

Mais auparavant, il y eut ce que la mmoire collective retiendra sous le titre de Printemps noir.

Lors de la commmoration en avril 2001 du Printemps berbre par des militants qui revendiquaient lamazighit (berbrit) de lAlgrie, par une marche pacifique, Bouteflika fit tirer sur la foule laide de balles explosives qui firent 126 morts et plusieurs milliers de blesss. La majorit des victimes ont reu les balles dans le dos et hauteur de la nuque : larme avait donc tir pour tuer et elle ne pouvait le faire si elle nen avait reu lordre du Commandant suprme des forces armes, savoir le chef de lEtat. Ce massacre restera dans la mmoire collective sous le nom du Printemps noir. Pour moins que a des chefs dEtats furent jugs par la Cour pnal international pour crimes contre lhumanit, mais on ne traduit pas en justice, fut-elle internationale, un protg de Washington. Au lieu de cela, Bouteflika reut les flicitations du Fonds Montaire International pour sa bonne gestion de lconomie algrienne, alors que ce mme FMI tait au fait des meutes contre la chert de la vie qui avaient rgulirement lieu dans les principales villes du pays telles que Bougie, Tizi-Ouzou, Annaba, Constantine

Isral, Isral !

Les relations - officieuses mais fructueuses pour lEtat hbreu - avec lEtat dIsral commencrent lors du premier mandat de Bouteflika. Alors quil avait dj entrepris des relations avec lEtat dIsral, le Prsident pronona cette phrase dapparence anodine lors dun de ses nombreux discours : Lorsquun mdecin me prescrit un mdicament je ne veux pas connatre la nationalit du pharmacien . Cette phrase qui prfigurait les relations algro-israliennes chappa dans un premier temps au peuple algrien, sauf aux initis. Mais de quelle maladie souffrait lAlgrie hormis celle de lincurie de son Prsident ? - pour que lui soit prescrite la relation avec lEtat tueur denfant palestinien Isral ? -Cette relation qui faisait suite une injonction des Etas-Unis commena par limportation dIsral de tests de grossesses. En dehors de son aspect politiques, non nombre dconomistes internationaux furent ahuris : quest-il besoin daller chercher aussi loin des tests de grossesses alors quil tait possible de les acqurir plus vite et moins cher moins cher et dans pays proches, ce qui reviendrait moins cher ?

Ensuite il y eut les ufs. Bouteflika les faisait importer dIsral via lEspagne o ils changeaient l’estampille de provenance.

Tout cela ntait que lintroduction une autre forme, de collaboration, celles des services de rpression.

A dater de lan 2000 - nous navons pas la date prcise - le Shin Beit, service de scurit de lintrieur isralien, prit en charge la demande de Bouteflika, la formation des officiers suprieurs de la police et du service de scurit intrieur algriens

Puis on passa, de 2005 2012, lachat de matriel militaire isralien que par souci de discrtion on fit transiter par la Grande-Bretagne. Cette information a t rvle par le quotidien Haaretz. Cette mme source affirme que des armes ont t galement livres au Maroc, aux Emirats Arabes Unis et lEgypte.

LAlgrie na ni dmenti ni confirm ces rvlations.

* * *

Plusieurs annes avant son AVC, Bouteflika tait dj un fossile, un fossile utile, certes, pour la bourgeoisie arriviste, mais aussi un fossile qui voulait emmener dans sa tombe le fauteuil prsidentiel

A loccasion de son dcs - que nous nesprons pas - il y aura toujours des concierges pour le pleurer, parce quelles sont des concierges.


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.