POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le député algérien qui veut l’impunité à des criminels condamnés en Irak



Hassan Aribi préconise le rapatriement de terroristes condamnés à mort


jeudi 29 septembre 2016
par Damien Djamel Bouch’Raf


Le député algérien Hassan Aribi continue de faire parler de lui. Du Front de la justice et du développement (en arabe : والتنمية العدالة جبهة), un parti islamiste des plus réactionnaires que connait ce pays d’Afrique du nord longtemps proie de l’islamo-terrorisme, cet élu s’est illustré par moult crasseuses interventions sur les médias, sans qu’aucune institution ou autre personnalité publique ne lui a vraiment mis le holà !

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Selon une dépêche de l’édition en anglais du journal Echorouk, diffusée en ligne le mercredi 28 septembre, Aribi compte se rendre personnellement à Bagdad, la capitale irakienne, pour rapatrier les prisonniers algériens, détenus pour des affaires liées au terrorisme (lire ICI). Quand ce même malheur a frappé l’Algérie, la filière afghane a été celle l’une des initiatrices. Pendant la décennie noire nombreux Emirs afghans, d’origine algérienne, étaient à la tête des factions de barbares qui s’adonnaient aux tueries.


- Symposium africain sur les droits des victimes du terrorisme à Alger 28 octobre 2014

D’abord ce fut des opérations d’envoi d’islamistes locaux, via l’Arabie Saoudite et le Soudan quand Hacène Ettourabi était premier ministre, pour combattre le régime d’Afghanistan que les USA et leur agence CIA avaient décidé de chasser les communistes de ce pays jugé roche de l’ex-URSS. C’était un certain Mahfoud Nahnah, connu pour des chèques saoudiens, qui a publiquement déclaré avoir dépêché des djihadistes algériens pour guerroyer pendant les années de la décennie 1980.

Après cela, ce fut le rapatriement après la secousse populaire du 5 octobre 1988, qui a rameuté les tueurs super-entraînés. Ils ont semé l’une des plus grandes tragédies contemporaines qu’a connue l’humanité, où quelques 200 000 Algériens ont été massacrés avec la complicité des réconciliateurs que Bouteflika a coiffé avec le reniement des droits des victimes et l’égard démesuré des bourreaux.


- MALG, SM et DRS : l’ennemi intérieur reste, Toufik s’en va. 13 août 2015

C’est dans cette sphère que se situe notoirement l’islamiste Aribi Hassan, pour prétendre réhabiliter des criminels, à la barbe des autorités alors que nombreux d’entre eux sont déjà recherchés et condamnés en Algérie. La majorité sont condamnés à mort en Irak, pour avoir commis les pires forfaits sous la bannière du Daesh et des autres organisations terroristes.

La source du journal et chaîne de télévision Echourouk qui assume ouvertement une ligne éditoriale pro-islamiste, est selon son article des autorités compétentes. Elles ont signalé qu’un certain nombre de parents des personnes détenues en Irak, ont obtenu que ces terroristes algériens soient bientôt de retour.


- Faire du 22 mars une journée nationale des victimes du terrorisme islamiste en Algérie 17 juillet 2011
- Victimes du terrorisme en Algérie, journée contre l’oubli 19 mars 2015

D’après le même article, les prisonniers algériens ont été regroupés en prison Kadhimiya dans la capitale irakienne de Bagdad. Certaines familles savaient que leurs enfants étaient en Irak pour faire le djihad et que tous ceux vivants, même ceux qui ont été condamnés à mort, reviendront prochainement an Algérie. Les provinces de Bordj-Bou-Arreridj, Chlef, Alger et El Oued renferment le gros du bataillon.

Hassan Aribi a dit à Echorouk, qu’il a des indicateurs positifs à ce sujet du rapatriement, sans ajouter plus de détails. Et il prétend qu’il se rendrait personnellement à Bagdad bientôt afin de suivre l’affaire avec les autorités officielles en Irak. En l’absence de démenti des autorités judiciaires algérienne, aussi Echourouk que cet élu sont bizarrement sur la stupéfiante information et démarche de mettre en place des cercles djihadistes en liberté.


- 5 fronts où le terrorisme ne cède pas : #analyse 30 janvier 2016

Ce député islamiste a déjà présumé par le passé avoir rencontré le général de corps d’armée, Mohamed Médiene, dit Toufik, après sa mise à la retraite, lors d’une visite à l’occasion de l’Aïd. Sujet pour lequel Populi-Scoop a rapporté que certains dossiers de corruption on été rendus par cette voie (lire ICI). Elle reste à ce jour sans démenti de la part de l’ancien responsable du l’ex-DRS, les services secrets algériens.

Hassan Aribi s’est aussi illustré avec une fielleuse diatribe à l’égard de la ministre de l’Education nationale, Mme Nouria Benghebrit. Livrant un véritable réquisitoire contre cette dame qui lancé une réforme de modernisation du système scolaire algérien, il l’a accusée carrément de «  trahison  » et de «  reniement des principes fondamentaux de la société algérienne  ». Dans une question écrite adressée au Premier ministre, ce député, a exhorté Abdelmalek Sellal à mettre fin à une «  opération secrète de francisation  » de l’école algérienne.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article