POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Sangaris-2 en Libye, à la barbe d’un gouvernement islamiste

Sangaris-2 en Libye, à la barbe d’un gouvernement islamiste

La traque du général Haftar s’attend à une opération de grande envergure

mercredi 4 juin 2014
par Gros Emile


L’insécurité en Libye continue de se dégrader. Les luttes pour le pouvoir s’exacerbent et les effets des troubles de ce pays se propagent sur la région du Maghreb et le reste du Monde. Surtout, elles causent des souffrances à la population libyenne. La "Djamahirya" (république) partie en miettes, elle ne transite pas vers l’harmonie. Le printemps arabe, une révolution trahie par des tribuns qui se déchirent, assoiffés de s’accaparer la rente...

Voir en ligne : Notre dossier : Transition Libye

L’insécurité actuelle en Libye est une nouvelle épreuve pour une population qui a vu s’effondrer une dictature, laquelle a emporté avec elle les bribes de « Djamahirya » (république). Les solutions sont proposées, mais il est encore difficile de les concevoir. Des opérations, comme pour le Mali, permettront de déloger les islamo-terroristes qui sont combinées aux milices locales

Le général Khalifa Haftar mène une rébellion contre le pouvoir en place qui lui n’a aucune emprise, sinon entretient le pourrissement, sur les forces paramilitaires qui déstabilisent le pays. Après avoir mené une opération contre une milice islamiste se réclamant d’Al-Qaïda pendant le mois dernier, basée aux environs de Benghazi, l’ancien soldat qui était directeur de la 1ère école militaire avec l’ancienne monarchie des Senouci en Libye, a vu son domicile visé par un attentat, dans la nuit du 2 au 3 juin.

Un kamikaze s’est présenté à la maison du général Haftar, avec une voiture bourrée d’explosifs et s’est fait pulvérisé. Il a causé la mort de 5 soldats et en a blessé 8 autres. Des hélicoptères, sous les ordres de cet ancien militaire décidé de changer les choses en Libye, ont riposté pour bombarder des repères de terroristes… Cet acte rappelle l’attaque trop similaire exécutée en Tunisie de la maison du ministre de l’intérieur à Kasserine, une attaque contre la maison du ministre de l’intérieur.

La Tunisie a brusquement annulé une réunion internationale de deux jours, consacrée à l’instabilité politique et ses conséquences sécuritaires de son voisin instable, la Libye. La rencontre a été bloquée un jour avant qu’elle devait commencer, quand le roi du Maroc devait entamer sa visite de 3 jours, à l’ouverture de ces discussions regroupant des ministres des cinq pays d’Afrique du Nord, dont la Libye.

Selon, Associated Press, la réunion prévue, pour le 1er et le 2 Juin, devait être suivie, par des envoyés spéciaux ou des représentants de l’Organisation des Nations Unies, de l’Union européenne, des Etats-Unis, Entendre OTAN, de la France et d’autres nations qui se sentent concernées par ce qui passe en Libye.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères tunisien, Mokhtar Chaouachi, a déclaré que «  il n’y a pas des interlocuteurs clairs avec la présence de deux gouvernements en Libye . »

En effet le pouvoir en Libye est entre les mains d’un certain Abdullah al-Thinni désigné premier ministre par le Parlement dirigée par des islamistes. Il semble ménager aussi bien les milices héritées de l’insurrection de 2011 et il gère mollement la présence des islamo-terroristes échappés du Mali, dont Belmokhtar qui est signalé être actuellement en Libye.

Nos précédents sujets :

- La Libye, bastion d’Al-Qaïda pour l’Afrique et le Maghreb

Désarmer les Libyens est une fatalité pour les islamistes armés !

- Un général libyen décidé de restaurer son pays

Des manifestations en soutien à Khalifa Haftar pour demain vendredi.

Répondre à cet article